• CHAPITRE 795

    Au moment où Mark arriva sur le seuil de la cuisine, celle-ci était éclairée par un rayon de lune. Meredith était debout devant l'évier, vêtue uniquement d'une chemise d'homme qui ne cachait rien de ses superbes jambes et ses cheveux dénoués lui tombaient jusqu’au milieu du dos. Le tout donna à Mark l'impression d'une apparition féérique. Ah si seulement, un jour, elle lui permettait de l’aimer ! Il y avait tant de choses qu'il avait envie de faire avec elle. Un bref instant, il s’imagina à la place de Derek et se dit que lui, il n’aurait jamais invité des amis, même les plus proches, à les accompagner à Aspen. De son point de vue, Meredith était un trésor qu’on ne partageait pas. Appuyé contre le chambranle, il l'observa encore tandis qu'elle portait un verre à ses lèvres. Tiens, tu es là, toi ? dit-il enfin pour briser le silence qui devenait porteur de trop de tentations. Il est tard pourtant. Il avança dans la pièce et prit une bière dans le frigo.

    La surprise fit sursauter Meredith qui faillit en laisser tomber son verre. Elle le déposa sur l'évier et porta la main à son cœur. Oh tu m'as fait peur ! déclara-t-elle dans un souffle.

    Mark s'adossa au frigidaire. Désolé. Alors, qu'est-ce que tu fais là, toute seule ? Je pensais qu’après votre réconciliation, l’ami Derek t’épuiserait dans une nuit d’amour sans fin.

    Meredith sourit. T'es bête.

    Quoi ? Il ne t'a pas fait le coup de la réconciliation sur l'oreiller ? Mark but une gorgée de sa bière.

    Ça n'a rien à voir. Je me suis réveillée et je n'arrivais pas à me rendormir, lui confia la jeune fille. Alors, je suis montée pour manger un p'tit quelque chose et boire un verre d'eau.

    Donc, il y a bien eu une réconciliation sur l'oreiller mais ça ne t'a pas épuisée, sinon tu n'aurais pas des problèmes d'insomnie, insista Mark dans l'espoir, malsain, il le reconnaissait, qu'elle lui donnerait quelques détails sur ce qui s'était passé après que Derek l'ait emmenée hors du salon. Bizarrement, il avait envie qu'elle lui dise que tout allait merveilleusement bien avec son amant, qu’elle était follement amoureuse de lui, qu'il avait su la rassurer pleinement, que toutes leurs difficultés étaient aplanies. Il saurait alors qu’il n’avait plus aucune illusion à se faire et qu’il devait l’oublier. Mais elle ne lui répondit pas. Elle s'était postée devant la fenêtre et regardait fixement au-dehors. Mer, ça va ? s'inquiéta-t-il.

    Comment on sait qu'on éprouve de l’amour et pas seulement du désir ? lui demanda-t-elle à brûle-pourpoint.

    Qu'est-ce que tu veux dire ? Il le savait très bien. L'attitude de Derek amenait Meredith à s'interroger sur leur relation et les doutes naissants lui faisaient douter des sentiments qu'elle avait pour lui. Elle avait besoin de quelqu'un qui l'aide à y voir clair et c'était tombé sur lui. Un autre aurait sauté sur l'occasion pour en tirer profit mais ce n'était pas son genre. De plus, il ne tenait pas vraiment à lui donner son avis. Le terrain était miné, pour plusieurs raisons toutes aussi évidentes les unes que les autres.

    Meredith précisa son interrogation. Comment savoir qu’on aime vraiment quelqu’un ? Que ce n’est pas simplement du désir ? Comment faire la différence ?

    Mark se gratta le haut de la tête. Je ne pense pas être la personne la mieux indiquée pour parler de ça. Tu sais, l’amour et moi… Meredith se tourna vers lui avec un regard où brillait ce qui ressemblait fort à du désespoir. Il était incapable d'ignorer une telle détresse. Mais de ce que je sais… Il alla s’asseoir à la table de salle à manger et fit tourner la bouteille de bière entre ses mains pour se donner une contenance. Le désir… c’est un sentiment omniprésent, et incontrôlable. Il suffit de peu de choses pour qu’il surgisse. Il releva la tête quand elle prit place en face de lui, et lui sourit. Une silhouette, une odeur, un sourire… Il peut s’agir d’une parfaite inconnue dont tu as à peine croisé le regard. Et là – il fit voler sa main dans les airs – tes hormones s’affolent, tu as chaud, tu commences à fantasmer. Tu n’as qu’une envie, lui sauter dessus et lui faire l’amour, là et maintenant. Tout de suite. Parfois, après, tu as même envie de recommencer, conclut-il en souriant.

    Meredith pensa tristement que c'était tout à fait ce qu'elle éprouvait pour Derek. A chaque fois qu'elle était avec lui, son corps se mettait en ébullition et elle ne pensait plus qu'au moment où elle se donnerait à lui. Et l’amour ? murmura-t-elle.

    Ah l’amour ! Mark baissa la tête. Son expérience de l’amour était vraiment toute récente. Que pouvait-il en dire sans se trahir ? Pour moi, l’amour, c’est… enfin, je crois que ça doit être… – il prit une grande inspiration et se lança – une série de petites choses. Lui offrir des fleurs sans raison, juste pour le plaisir de la voir sourire. Ne pas râler parce qu’elle ne rebouche pas le tube du dentifrice. Lui laisser le dernier cookie. Prétendre qu’on adore ce qu’elle a cuisiné même si on a trouvé ça presque immangeable. C’est écouter une chanson de Justin Timberlake et trouver que, finalement, ce n’est pas si mal alors que jusqu’à présent on détestait tout ce qui n’était pas du rock pur et dur. Il se rendit compte que la dernière allusion était par trop flagrante. C’est une image. Juste pour que tu comprennes. N’y vois rien de personnel. Meredith le rassura d'un sourire en se demandant si l'évocation de Justin Timberlake était le résultat d'une confidence que Derek avait faite à son meilleur ami. Rire avec ta copine, sans savoir pourquoi, uniquement parce que tu la vois rire, ça, c’est de l’amour pour moi, reprit Mark. Trouver que ses défauts sont des qualités. S’intéresser à ce qui la passionne. Il lui sourit. ça pourrait être lire une biographie de Martin Luther King alors qu’on détestait l’histoire – c’était ce qu’il avait commencé à faire récemment, pour avoir l’impression de partager quelque chose de plus avec elle – et découvrir que finalement, on trouve ça super intéressant.


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Vendredi 19 Octobre à 11:07

    Bonjour à tous, Meredith est loin de se douter des sentiments de Mark mais avec les propos de ce dernier si elle ne commence pas s'interroger? sarcastic.

    Alors Docteur vous n'êtes pas loin de craquer et de commettre une bêtise que vous risqueriez de regretter ou pas?  Attention !!!

    Bon vendredi 19 octobre 2018 à tous.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :