• CHAPITRE 793

    Le temps de lui donner un énième baiser, d’effleurer la pointe d’un sein, de caresser la rondeur d’une fesse et Derek s’arracha enfin au lit. Il passa hâtivement un boxer et sortit de la chambre pour grimper l’escalier en sifflotant. Dans la cuisine, il trouva Mark occupé à remplir la gamelle du chien. Tu nourris ton fils ? demanda-t-il avec un sourire moqueur, en voyant Murphy surveiller de près les faits et gestes de son sauveur. Il ouvrit la porte du frigo et inspecta ce dernier à la recherche d’un encas.

    En un seul regard, Mark nota la tenue de son ami, son sourire éclatant, ses yeux brillants et sa mine épanouie. Je suppose que tu t’es réconcilié avec Meredith, déclara-t-il sur un ton qui se voulait détaché.

    Derek émit un petit rire plein d’autosatisfaction. Oui. Il prit un plateau sur lequel il disposa de la vaisselle et des couverts. Pourquoi ? Tu en doutais ?

    Alors que d’habitude il s’en amusait, l’assurance de son ami, qui confinait souvent à la prétention, agaça prodigieusement Mark. Pas vraiment, répondit-il sèchement. Mais la prochaine fois que tu auras besoin de quelqu’un pour réparer tes conneries, oublie-moi.

    Derek se tourna vers son ami avec un air stupéfait. Réparer mes conneries ? Ce n’est pas ce que je t’ai demandé. Je t’ai seulement demandé de lui rappeler de prendre la pilule.

    Mark ricana. Et de lui tenir compagnie et de…

    Derek ne le laissa pas continuer. Tu ne manques pas d’air, toi ! C’est toi qui t’es proposé.

    Et qu’est-ce qu’il fallait faire ? s’écria Mark. L’abandonner ici, toute seule, en train de pleurer, parce que son mec s’était cassé sans se soucier d’elle et de ce qu’elle ressentait. Enervé, il déchira le paquet de croquettes du chien en voulant le refermer. En jurant, il entreprit de ramasser celles qui étaient tombées par terre.

    Les yeux de Derek lancèrent des éclairs. Ce n’est pas ce que j’ai fait ! martela-t-il d’une voix froide. Je ne me suis pas cassé, j’ai pris quelques heures pour réfléchir. Ce n’est pas ce que j’appelle un abandon. Et je me suis soucié d’elle. Il poussa un soupir. Il n’y a pas eu une seule minute où je n’ai pas pensé à elle.

    Peut-être mais ça, elle ne pouvait pas le savoir. Et ce n’est pas ton attitude en rentrant qui a pu lui indiquer que ça avait été le cas, lui reprocha Mark, bien décidé à ne pas se laisser fléchir par les remords apparents de son camarade. Elle a passé la journée en étant persuadée que tu lui en voulais. Pour ce que vous aviez fait tous les deux ! insista-t-il. Et quand tu rentres après des heures d’absence, tu l’ignores. Surpris par ces éclats de voix, Murphy se mit à aboyer.

    Je ne l’ai pas ignorée, protesta Derek, de mauvaise foi. J’attendais seulement le bon moment pour…

    Mark lui coupa la parole. Pour lui dire bonjour ? ironisa-t-il. Ne me prends pas pour un con par-dessus le marché. Tu aurais pu au moins lui sourire ou… je ne sais pas moi.

    J’étais emmerdé ! cria Derek. Je ne savais pas comment elle allait réagir et je n’avais pas envie qu’on s’engueule devant vous. Voilà. Tu es content ?

    Non, pas du tout ! tonna Mark en se relevant, renonçant pour l’instant à ramasser les croquettes. T’as eu une attitude déplorable, mon vieux. Désolé de te le dire ! Du début jusqu’à la fin. Mais qu’est-ce que tu crois toi ? Que tu peux disposer des gens comme bon te semble ? Tu la baises, tu te casses, tu reviens et tu la rebaises ? La ferme, Murphy, vociféra-t-il à l’intention du chien qui aboyait encore. L’animal rentra la tête dans les épaules, en poussant un gémissement, avant de se jeter sur la nourriture qui jonchait le sol.

    Derek mit son ami en garde. Ça suffit, Mark ! Tu dépasses les bornes !

    Et toi, alors ! Tu ne les dépasses pas, les bornes, en sautant la fille sans capote et en le lui reprochant par après ? Mark le défia du regard. Le plaisir, vous l’avez pris à deux ! T’aurais dû rester pour les emmerdes aussi !

    Venant de ta part, c’est d’un drôle ! persifla Derek. Tu es très fort pour édicter des principes que tu es le premier à ne pas appliquer.

    Mark écarquilla les yeux sous le coup de l’indignation. Je ne vois pas le rapport avec moi. Je ne vois pas le rapport du tout, d’ailleurs. Tu répètes tout le temps que Meredith est différente des autres…

    Elle l’est ! affirma Derek avec force.

    Alors, traite-la différemment des autres ! hurla Mark, au comble de la fureur. Tu as la chance d’être aimé par cette fille qui est – il se retint à temps de dire tout le bien qu’il pensait de Meredith – super. Alors, quand elle a peur, tu dois être là pour la rassurer et quand elle a des doutes, c’est à toi de les aplanir. Il pointa son index vers Derek. La capote, c’était à toi de la mettre et la pilule, c’était à toi d’aller l’acheter plutôt que d’aller parader sur les pistes. Etre en couple, ce n’est pas que les bons moments, mon vieux ! Il vit Derek ouvrir la bouche mais ne le laissa pas parler. Et ne viens pas me dire que vous n’êtes pas en couple ! Parce que franchement… – il baissa le ton et secoua la tête – tu es le seul à en être encore convaincu, Derek. Ouvre les yeux, bordel ! Ouvre les yeux et pose-toi les bonnes questions une bonne fois pour toutes ! conclut-il sur un ton las.

    Ce qu’il venait de dire renvoya Derek aux interrogations qui le hantaient depuis un bon moment déjà, mais son orgueil l’empêcha de le reconnaître, même devant la personne qui le connaissait le mieux. Pense ce que tu veux, je m’en fous, assura-t-il en dépit du bon sens. Etre l’ami de Meredith ne te donne pas le droit de t’immiscer dans notre vie. Il planta son regard d’acier dans ceux de Mark. Je ne te dois aucune explication. Je lui en ai donnée à elle, et ça lui a suffi. Je n’ai jamais prétendu être le petit ami parfait. Je fais ce que je peux, avec les moyens du bord. Désabusé, il haussa les épaules. Je suis conscient que ce n’est pas assez mais elle m’accepte comme je suis, alors… Il déposa sur son plateau ce qu’il trouvât dans le frigo, un peu au hasard, une tomate, deux bananes, des biscottes, du chocolat, avant de se retourner vers Mark. C’est tout ce qui compte pour moi. Il sortit sur ces mots et regagna le rez-de-chaussée.

    Quand il rentra dans la chambre, il vit Meredith qui dormait, nue, recroquevillée sur elle-même, sous l’effet du froid sans doute, les bras resserrés sur son oreiller. Il déposa le plateau sur un meuble et avança jusqu’au lit sur la pointe des pieds, pour ne pas réveiller la jeune fille. Attendri, il la regarda quelques minutes avant de s’allonger près d’elle. Il ramena la couette sur eux avant de la prendre dans les bras. Sentir le corps de Meredith contre le sien le détendit instantanément. Elle seule avait le pouvoir de calmer cette colère sourde, cette rage qui l’habitait depuis si longtemps. Mark avait raison. Un jour, il devrait se poser les bonnes questions. Un jour mais pas maintenant. Les réponses lui faisaient encore trop peur. Il se lova contre son amie et ferma les yeux, espérant trouver rapidement le sommeil.


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Mercredi 17 Octobre à 15:59

    Bonsoir à tous, comme d'habitude Mark a tout dit yescool

    Je cite:

    " Un jour, il devrait se poser les bonnes questions. Un jour mais pas maintenant."

    Mais quand alors? La situation perdure depuis un moment maintenant il est temps qu'il se décide . Enfin bref on a un couple et tous les deux ont peur de ce que leur réserve l'avenir . Ça promet !

    D'un côté on en a un qui semble prendre conscience de la réalité de la vie , qu'elle n'est pas aussi rose et idyllique qu'elle se l'imaginait en la personne de Meredith . Ça fait beaucoup après son agression.

    Et de l'autre on a son petit ami  qui lui contrairement à sa copine a toujours été parfaitement conscient de la réalité mais qui en revanche a peur  ou refuse de l'affronter.

    Ce n'est pas très solide tout ça c'est même fragile arf.  

    Bon mercredi après-midi en ce 17 octobre.

    2
    Butterfly
    Mercredi 17 Octobre à 19:47

    Oui leur relation est fragile, c'est clair. Au départ, ils voulaient des choses tout à fait différentes et je pense qu'à ce stade c'est encore le cas, ou en tout cas, il y en a un qui ne sait pas ce qu'il veut wink2 tant que Derek ne fera pas le point sur ses sentiments et qu'il attend de cette relation, ça ne marchera pas 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :