• CHAPITRE 780

    Bouleversé, Mark serra Meredith dans ses bras en fermant les yeux. La femme dont elle parlait, cela aurait pu être elle. Mais le hic, c'était qu'elle ne l'aimait pas et qu'elle ne l'aimerait sans doute jamais, du moins pas de la façon dont il le voulait. Comme pour lui confirmer ce triste état de fait, Meredith s'écarta de lui et descendit de son tabouret pour faire les cent pas dans la pièce, en ruminant son unique sujet de préoccupation. J'aurais tellement voulu que Derek réagisse comme toi. S'il m'avait dit, OK, ce n'est pas du tout prévu pour le moment, mais si ça arrive, on assumera et je serai avec toi, ça m'aurait suffi. Mais tu l'aurais vu ! Pour un peu, j'ai cru qu'il allait m'accuser d'avoir voulu le piéger, confia-t-elle à son ami. Alors que moi, j'avais rien demandé du tout. J'ai pas dit non mais j'ai pas proposé non plus. C'est lui qui a décidé. Il l'a fait parce qu'il en avait envie. Et ça a été fantastique. Ça a toujours été super bien entre nous à ce niveau-là, depuis la première fois, mais pas comme ça, poursuivit-elle. Hier, c'était magique. Déjà parce que c'était la première fois depuis mon agression et que je n'y ai pas du tout pensé, et aussi parce que ça n'avait jamais été aussi bien que ça. Et ce matin, j'avais espéré qu'on recommencerait et qu'on passerait la journée à faire l'amour, encore et encore. Mark serra les dents. C’était trop dur de l’entendre évoquer avec tant de fougue son désir pour Derek. Tu parles ! s'exclama-t-elle. Au lieu de ça, il s'est cassé. Il avait dit qu’il serait toujours là pour moi, Mark ! Il me l’avait promis. Sa voix s’étrangla. Mark se leva pour la rejoindre et la prendre dans ses bras. Mais il m'a abandonnée, conclut-elle tristement.

    Même si Mark n’approuvait pas le comportement de son meilleur ami, il se sentit obligé de prendre sa défense. T'en fais pas, Mer. Il va revenir.

    Meredith haussa les épaules. Ça m'est égal maintenant. C'est trop tard.

    Mark aurait tellement aimé que ce soit vrai mais tout dans l'attitude de la jeune fille prouvait le contraire. Tu dis ça mais une fois qu’il sera devant toi…

    Il m'a blessée, Mark, rétorqua-t-elle. On a fait l'amour et c'était génial. Agacé, Mark se retint de lui dire qu’il devenait difficile de l’ignorer étant donné qu’elle ne faisait que le lui répéter. Mais elle avait besoin de s’épancher, il l’avait bien compris et donc, il lui devait de rester stoïque en écoutant ses confidences qui, pourtant, le rendaient plus malheureux que les pierres. Il était tellement tendre, insista Meredith sans se rendre compte de la torture qu'elle était en train d'infliger à son ami. Et à un moment, j'ai même cru qu'il allait me dire qu'il m'aimait. Je ne sais pas comment t'expliquer mais j'ai senti qu'il était sur le point de me dire des choses qu'il ne m'avait jamais dites. Il ne l'a pas fait mais c'est pas grave, parce il l'a exprimé dans sa façon d’être. Et ce matin, j'ai espéré… Elle se mit à pleurer. Mais à la place de ça, il me dit que c'était une erreur et il me parle de pilule et d'avortement. Surpris par ce désespoir soudain auquel il ne s'attendait pas, Mark ne trouva pas les mots pour la consoler. Il se contenta de la reprendre dans ses bras et de lui passer la main dans le dos. Et puis, il m'a plantée dans la chambre en me disant de continuer à dormir, comme si j'allais pouvoir me rendormir après ça, raconta-t-elle en reniflant. Et quand il est revenu, il m'a annoncé qu'il allait skier avec Callie. Mais je ne te laisse pas seule, Mark va te tenir compagnie, qu’il m'a dit.

    En entendant ces détails qu’il ignorait, Mark sentit une bouffée de colère monter en lui. Il connaissait assez Derek pour savoir que Meredith n’exagérait pas. Comment pouvait-on être aussi goujat avec une fille aussi formidable ? Mark se promit de dire sa façon de penser à son ami dès le retour de celui-ci. Cependant, dans l'immédiat, la seule chose qui importait, c'était de réconforter Meredith. T'en fais pas, ça va aller, lui dit-il en l'embrassant sur les cheveux au sommet de son crâne.

    Elle releva la tête vers lui avec un regard encore plein de larmes. Il va bientôt revenir et j'ai peur. Je n'ai pas envie d'entendre encore ses reproches et j'ai encore moins envie de me disputer.

    Mais non, mais non, assura Mark d’une voix apaisante. Il se sera calmé après une journée passée au grand air. Il ne put toutefois pas s'empêcher de se montrer ironique. Il en avait besoin, paraît-il.

    Ouais, je l'étouffe, renchérit Meredith sur un ton amer.

    Ah ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit. Mark lui ébouriffa tendrement les cheveux. Je connais bien Derek. Quand quelque chose ne va pas, il a besoin d’être seul.

    Elle ricana. Seul ? Avec Callie, souligna-t-elle. Je sais, c'est ton meilleur ami, alors tu prends sa défense, mais avoue que là, tu dis n'importe quoi.

    Non, je ne prends pas sa défense, certifia Mark. Pas cette fois. Il a eu tort d’agir comme ça et je le lui ai déjà dit. Mais… - il prit la jeune fille par les épaules pour la ramener contre lui - ne t'imagine pas plein de trucs à l'avance. Tu verras bien comment il sera quand il rentrera. Et je suis certain que ça va mieux se passer que ce que tu crois, affirma-t-il pour lui remonter le moral. En réalité, il n'était certain de rien. Derek était tellement imprévisible parfois. Oui, il tenait beaucoup à Meredith, c'était évident, mais qui savait comment il pouvait réagir si ses démons prenaient le dessus ?

    Meredith ne cacha pas qu'elle était sceptique. Ouais, on verra, dit-elle en se dégageant de l'étreinte de son ami. Je vais aller voir comment va Murphy. Elle se dirigea vers le salon.

    Mark la suivit aussitôt. A ce propos, faudrait peut-être penser à la nourrir, cette bestiole.

    Oh mon dieu ! s'écria Meredith, horrifiée, en mettant une main devant sa bouche. C'est vrai. Ça m'est complètement sorti de la tête. Et on ne lui a pas donné à boire non plus. Le pauvre ! Il doit crever de soif et de faim. Mais qu'est-ce qu'il va manger ? Je ne crois pas qu'on ait quelque chose qui lui convienne.

    T’en fais pas pour ça. Je vais aller acheter ce qu’il faut, promit Mark. Le temps de me changer et j’y vais.

    Meredith lui adressa un sourire reconnaissant. Heureusement que tu es là ! Pendant ce temps-là, je vais lui donner à boire et après, j'irai prendre ma douche.


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Jeudi 27 Septembre à 17:59

    Bonsoir à tous,

    Je cite:

    " (...) Mais il m'a abandonnée"

    C'est nul ce qu'il a fait on est d'accord  mais comme elle y va tout de suite elle pense au pire. Elle a confiance en lui ou pas? On se le demande. Bon début de soirée à tous.

    2
    Butterfly
    Jeudi 27 Septembre à 18:54

    Je peux comprendre que sa confiance ait été ébranlée par l'attitude de Derek

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :