• CHAPITRE 770

    Pour la première fois, Meredith fit un vrai sourire qui illumina tout son visage. Moi aussi, j’adore passer du temps avec toi. C’est pour ça que ça m’a fait aussi mal quand tu m'as dit que tu en avais marre.

    Mark passa ses doigts dans les cheveux de la jeune fille. Je ne me suis jamais ennuyé avec toi. Pas une seconde ! Je te le jure. Je suis désolé que mes paroles t’aient fait croire le contraire. Je ne voulais pas te faire de peine.

    Je sais mais tu m'en as fait quand même, insista Meredith.

    Mark la prit dans ses bras et la serra contre lui. Je te demande pardon. Tu sais, hier, tu m'as dit que tu ne pouvais plus te passer de moi. Enfin, de mon amitié, je veux dire.

    Meredith opina de la tête. C'est la même chose, certifia-t-elle.

    Emu, Mark l'embrassa sur le front. Moi non plus, je ne pourrais plus me passer de toi. Parce que tu comptes énormément pour moi. Alors, quand je dis des conneries comme hier, tu ne dois pas y accorder trop d'importance. N'oublie jamais que je suis ton ami et que je ne pourrais pas te faire du mal volontairement.

    Meredith lui rendit son baiser sur la joue avant de le gronder gentiment. Tant qu'on y est à faire des mises au point, je ne veux plus jamais t'entendre dire que ton existence est vide de sens. Pas avec ce que tu fais comme métier ! Tu aides des tas de gens à se sentir mieux dans leur peau. Grâce à toi, ils arrivent à mieux s'accepter. Et parfois, tu leur offres même une seconde vie quand ils ont eu un accident. Tu leur permets de redevenir ceux qu'ils étaient avant. C'est énorme. Alors je ne veux plus entendre que tu ne sers à rien.

    Mark lui sourit. D'accord.

    Elle lui jeta les bras au tour du cou. A part ça, je suis très contente que tu sois resté. C’est plus sympa d’être avec toi.

    Plus sympa que d'être seule ou plus sympa que d’être avec Derek ? Mark préféra ne pas creuser le sujet pour ne pas chasser le maigre espoir qui envahissait son cœur. Je savais que tu avais besoin de moi, plaisanta-t-il pour cacher son trouble. Il s’installa confortablement au fond du canapé, en regardant la jeune fille d’un air à la fois tendre et moqueur.

    Elle éclata de rire. Oh comme tu te la pètes ! Elle lui jeta un regard complice. Alors, qu'est-ce qu'on va faire pour passer le temps ?

    Heureux d’avoir retrouvé leur complicité intacte, il ne put s’empêcher de la chambrer. Mmm ! J’ai bien une idée. Il lui adressa un clin d’œil coquin. Retournons dans ta chambre. Je te montrerai.

    Elle rit de plus belle. Quoi, encore ? La fille de cette nuit ne t'a pas suffi ?

    Tu sais ce qu'on dit, c’est un peu comme une drogue. Plus tu consommes, plus tu as envie, plaisanta Mark.

    Meredith haussa un sourcil avec une expression un peu dédaigneuse. Ouais. Moi, je crois plutôt que la fille n'était pas aussi douée que tu veux me le faire croire.

    C'est vrai, j'avoue.

    Elle pointa le doigt vers lui. Ah ! Ah ! Je le savais ! s'exclama-t-elle en repoussant la main qui s'approchait pour lui ébouriffer les cheveux. Alors, qu'est-ce qu'on fait ?

    En cet instant, Mark maudit une fois encore Derek de ne pas être resté pour faire face à ses responsabilités et de lui laisser le mauvais rôle. Il chercha une façon diplomate de dire les choses, sans causer trop de peine à la jeune fille. Malheureusement, il n’y en avait guère. Eh bien, pour commencer, je crois qu'on doit passer au drugstore, dit-il simplement.

    Meredith se renfrogna. Evidemment, il n'a pas pu s'empêcher de tout te raconter, grommela-t-elle. Et en plus, il t'a chargé de me surveiller. Bonjour la confiance !

    Marc s'empressa de la corriger. Non, non, pas du tout. Il a confiance en toi. C'est plutôt qu'il a peur que tu oublies.

    Amère, Meredith ricana. Ça, ça risque pas, après tout le laïus qu'il m'a fait.

    Il a un peu paniqué, je crois, déclara Mark, Il s'agissait moins pour lui de défendre son ami que de rassurer la jeune fille.

    Meredith haussa une épaule. Oui, ça, j'ai bien compris mais ce n’est pas une raison pour tout gâcher. Ses yeux s'emplirent de larmes. On avait vraiment passé une bonne soirée, Mark. Et après, on est rentré et on est allé à la piscine et là… Ça s'est fait vraiment naturellement. Il en avait envie, moi aussi. On ne s'est pas posé de questions. Et ça a été magique, autant pour lui que pour moi. C'est lui-même qui me l'a dit. C'était comme avant mon agression, même mieux. Alors, oui, faire l'amour sans préservatif, c'était peut-être débile mais on le voulait. Lui autant que moi ! Il aurait pu arrêter tout de suite et mettre un préservatif mais il ne l'a pas fait, parce qu'il avait autant envie que moi que ça se passe comme ça. Alors, me dire le lendemain que c'était une erreur, c'est nul, conclut-elle avec un air désappointé.


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Lundi 10 Septembre à 23:10

    Bonsoir à tous, c' est vrai que dire ça après une telle nuit ce n'est pas top surtout comme elle le dit ils ont fait ça en pleine conscience et désireux de la même chose.

    Il aurait pu lui dire les choses avec plus de tact bien que cela ait été merveilleux il y a ce risque de grossesse et surtout c'est qu' elle doit penser à prendre un moyen de contraception.

    Mais ce ne serait pas parti en live si Meredith avait dit à son cher et tendre que certes elle voulait des enfants mais pas tout de suite elle le pensait mais elle ne l' a pas dit laissant penser à celui-ci qu'elle était prête à plonger dans le grand bain de fonder une famille si jamais grossesse il y a .

    Ça lui servira de leçon la prochaine fois quant à Derek ça lui permettra de comprendre que s' il veut poursuivre l' aventure avec sa petite amie il doit envisager de composer avec tout  que ça implique et construire un foyer en fait partie même si ça lui fait peur.

    Sinon ça ne pourra jamais marcher s' ils ne sont pas en accord sur ce point. Bonne nuit et merci pour cette suite 770.

      • Nolcéline 97234
        Mercredi 12 Septembre à 15:40

        *ce

    2
    Butterfly
    Mardi 11 Septembre à 18:53

    Oui Meredith, c'était nul, mais toi tu marches tellement sur les oeufs avec lui que tu n'oses pas lui dire ce que tu as vraiment sur le coeur et ce que tu attends de la vie et de lui. Je suis d'accord avec Nolcéline, tu aurais dû être plus claire. Et admettre que sur le fond Derek a parfaitement raison. Leur relation est beaucoup trop récente que pour déjà envisager un enfant

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :