• CHAPITRE 760

    Derek retira ses doigts lentement mais continua encore un peu à bécoter le clitoris de Meredith, du moins jusqu’à ce qu’elle le supplie de s’arrêter. Il remonta vers elle, en profitant pour encore embrasser ce corps dont il ne se lassait pas. Il le connaissait bien ; maintenant, il savait par cœur les caresses qui le faisaient frissonner, celles qui le faisaient se tordre, celles encore qui le faisaient se raidir avant de tout relâcher. Oui, il savait presque tout ce qu’il y avait à savoir sur lui, bien plus que ce qu’il n’avait jamais su sur les corps des autres femmes avec qui il avait couché, et pourtant il le voulait encore, et encore, et encore… Il s’allongea à ses côtés, tourné vers elle, et passa la main dans ses cheveux, avant de suivre le contour de son visage. Il se sentait gauche, ne sachant que dire, ne voulant pas être banal, ni la heurter surtout, ne rien faire qui puisse briser cet instant magique. Il n’osait pas lui dire ce qu’il désirait, ni lui demander ce qu’elle attendait de lui, maintenant qu’il l’avait fait jouir.

    Le rythme cardiaque de Meredith revint lentement à la normale. En ouvrant les yeux, elle rencontra le regard hésitant de Derek. Emue de voir qu’il lui laissait encore du temps si elle désirait s’arrêter là, elle lui sourit en se tournant sur le côté pour lui faire face. Sans aucune hésitation, elle fit glisser ses doigts sur sa poitrine, dessinant le contour de chaque muscle, s’arrêtant autour des tétons avant de descendre sur son ventre plat. Elle joua quelques instants avec son nombril avant de poursuivre son chemin plus bas. Ses doigts se posèrent sur sa verge et la caressèrent légèrement, comme pour refaire sa connaissance, effleurant la hampe, titillant le méat, frôlant les bourses. Derek se coucha sur elle et nicha son visage dans son cou, gémissant son plaisir à son oreille. C’était tellement bon, tellement fort qu’il était à deux doigts d’oublier ses bonnes résolutions. Mais il eut un sursaut et se concentra pour maîtriser l’orgasme qui s’annonçait. C’était elle qu’il voulait, pas seulement jouir. Si elle n’était pas encore prête, il l’attendrait. Il posa la main sur la sienne et lui fit ralentir sa caresse. Comprenant qu’il n’avait pas encore compris ses intentions, elle guida son membre vers sa vulve et le frotta doucement dessus. Derek s’appuya sur ses bras à demi tendus, pour qu’elle ait plus facile de se caresser avec son phallus mais surtout pour qu’il puisse la regarder dans les yeux. Elle était tellement belle, la tête dodelinant de gauche à droite, les yeux fermés, à se mordiller les lèvres, laissant de temps en temps échapper un gémissement plaintif. Quant à lui, le contact de son gland sur la vulve de sa partenaire le rendait fou. Il n’attendait qu’un mot, qu’un geste de sa part. Soudain, elle ouvrit les yeux et il sut. Elle l’espérait, elle l’attendait, elle le désirait autant que lui la désirait. Il partagea avec elle un long baiser, tandis que leurs mains se retrouvaient pour de tendres caresses. Enfin, il s’allongea sur elle, se positionnant entre ses cuisses généreusement écartées. Elle l’enferma aussitôt en repliant les jambes sur lui, les nouant sur ses fesses. Il lui prit les mains, les ramenant au-dessus de sa tête, en entremêlant leurs doigts, et se cacha le visage dans ses cheveux. Le souffle court, il sentit son pénis raidi à l’extrême s’introduire lentement en elle, presque millimètre par millimètre.

    Ce fut le contact de son phallus avec l’intimité chaude et humide de Meredith qui fit prendre conscience à Derek qu’il était en elle sans protection. Il resta immobile quelques secondes avant de se redresser un peu, juste assez pour se plonger dans les yeux de sa compagne. Il ne voulait pas arrêter, il ne voulait surtout pas se retirer mais il fallait qu’il sache que c’était ce qu’elle désirait aussi. Elle resserra ses bras autour de lui en essayant de ne pas montrer à quel point elle était surprise – ils n’avaient jamais fait l’amour sans préservatif et même dans ses rêves les plus fous, elle ne l’avait espéré – mais plutôt de faire passer dans son regard que la sensation de cette verge libre, sans entrave était merveilleuse et que c'était ce qu'elle avait attendu depuis la première fois où ils avaient fait l'amour. Derek comprit à l’éclat singulier de ses yeux, ainsi qu’à son sourire, qu’elle voulait la même chose que lui. Avec un gémissement, il se retira pour mieux la reprendre. Leurs cris de plaisir se confondirent en un seul. Les mains toujours agrippées à celles de sa partenaire, Derek entama de lents allers et retours, s’enfonçant un peu plus loin à chaque fois, poussant à chaque mouvement de rein un gémissement qui semblait venir de plus profond de lui-même. Jamais encore, non jamais, il n’avait connu de telles sensations ni ressenti de telles émotions. Jamais l’expression "ne faire qu’un" ne lui avait semblé mieux convenir que maintenant. Il était entièrement confondu avec Meredith et il ne voulait pas que cela s’arrête. C’est si bon, lui chuchota-t-il, la bouche collée à son oreille. Si bon… Tu m’as manqué… tellement manqué… Je ne veux plus que tu t’éloignes de moi, non, gémit-il, en ne cessant pas les allées et venues entre ses reins. Non… Je vais te faire l’amour… toute la nuit… Meredith… mon bébé… ma toute belle, s’enflamma-t-il soudain. Ma chérie, je te veux tellement. Je te veux tout à moi, tout le temps. Je… je… Lui vinrent alors à l’esprit des mots si forts de sens qu’il n’osa pas les prononcer. Peu importe, Meredith comprit ce qu'il voulait lui dire. Se laissant emporter par la vague de plaisir qui montait inexorablement, elle ferma les yeux pour se concentrer sur la jouissance proche. Derek se redressa un peu. Regarde-moi, regarde-moi. Elle ouvrit les yeux et il se noya dans son regard. Ils se sourirent et il lui lâcha la main pour pouvoir lui caresser le visage, passant sur sa bouche un doigt qu’elle mordilla doucement. Le sexe étroitement enserré par son vagin, il était tellement bien en elle qu’il n’était même pas pressé de jouir. Aussi continua-t-il à la prendre lentement, s’efforçant même de retarder le moment de l’orgasme. Celui-ci n’en serait que plus beau et plus fort.

    Se mordillant les lèvres sous l’intensité du plaisir qu’elle ressentait, Meredith s’accrocha aux épaules de son compagnon, en accompagnant chaque mouvement de son bassin. Elle était bouleversée par la façon dont il lui faisait l'amour. Alors qu'il devait faire face à des semaines de frustration, il avait la délicatesse de prendre son temps, de faire passer son retour à une vie de femme avant son propre plaisir. Et en ce qui la concernait, faire l’amour sans préservatif était bien plus exaltant que ce qu’elle avait imaginé. La verge de son amant en contact direct avec ses parois intimes multipliait son plaisir et ses sensations. Lorsqu'elle sentit monter une première vague de jouissance, elle fit un immense effort sur elle-même pour retarder le moment ultime. Soudain, sous un ultime coup de boutoir, elle se laissa prendre par le bonheur le plus total de ne faire qu’un. Le sexe broyé par les contractions de son vagin, Derek ne put se contrôler plus longtemps. Dans un cri, il se laissa tomber sur elle et éjacula. Meredith ne sut pas si la sensation était réelle ou si ce n’était que le fruit de son imagination exacerbée par le plaisir, mais elle eut l’impression de sentir les jets de sperme gicler en elle. C’était tellement intense ! De peur que son amant ne se retire immédiatement, comme à son habitude, elle s’accrocha à lui, resserrant l’étreinte de ses jambes et de ses bras autour de lui. Ne t’en fais pas, je n’ai pas l’intention de partir, la tranquillisa-t-il en haletant. Je suis trop bien en toi.

    Moi aussi, je suis bien.

    Tu ne regrettes pas, alors ? lui demanda-t-il en ponctuant chaque mot par un baiser sur ses lèvres.


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Mardi 28 Août à 12:04

    Bonjour à tous,

    Merci pour la suite, je ne pense pas qu'elle le regrette no. Je dirais que c'est même le contraire yes.

    Ce moment de délicatesse et de volupté  c'était juste magnifique de belles retrouvailles intimes oopscool.

    Bonne fin de matinée en ce mardi.

    2
    Butterfly
    Mardi 28 Août à 19:15

    Qui regretterait un moment comme celui-là !!!!! On sent tout l'amour qu'il a pour elle même si lui n'en est pas encore conscient

    3
    Samedi 1er Septembre à 07:13
    Waouh! Alors pour le coup ils se sont retrouvés.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :