• CHAPITRE 751

    Meredith se tourna vers son petit ami. Tu ne trouves pas ça bizarre, toi, ce rendez-vous avec Callie qu'il vient subitement de se rappeler ? Derek la regarda avec un air interrogateur. Moi, je pense qu'il s'est vexé à cause des remarques que tu lui as faites et que c'est pour ça qu'il ne veut pas rester.

    Eh bien, si c'est le cas, ça m'est complètement égal, asséna Derek. Moi, il m'a vexé en me traitant comme si j'étais incapable de soigner une brûlure. On est quitte !

    Oh tu aurais quand même pu être un peu plus aimable avec lui, estima Meredith.

    Et lui alors ? s’exclama Derek, indigné. Tu as vu comme il s’est comporté avec moi ? J’ai eu l’impression d’être à nouveau un interne.

    Oui, je sais, mais… Meredith haussa légèrement les épaules. C’est sûr qu’il en a trop fait mais c’est parce qu’il se sentait coupable. Ça partait d’un bon sentiment. Tu aurais dû laisser courir.

    Bien sûr, ça va encore être de ma faute, bougonna Derek. Meredith sourit. Mais moi, tout ce que je sais, poursuivit Derek, c’est que s’il n’avait pas débarqué avec son maudit plateau, tu ne te serais pas brûlée. Maintenant à cause de ça, c’est foutu pour le ski et je ne parle même pas de notre petite sieste.

    Meredith posa la tête sur son épaule. Je sais mais si tu veux aller skier avec Mark et Callie, vas-y. C’est pas un problème. J’t’en voudrai pas.

    Tu es folle. C’est hors de question ! assura Derek. J’en ai rien à faire de skier. Ce que je veux, c’est rester avec toi, même si on ne fait rien de spécial. Il la serra contre lui. J’aime bien être avec toi. On pourrait rester ici, comme ça, toute la journée, à ne rien faire. Seulement à discuter et à s’embrasser.

    C’est très tentant mais… Elle s’interrompit et le regarda avec un air suppliant. T’avais dit qu’on irait en ville pour essayer de voir des stars.

    C’est vrai, reconnut Derek. Alors, on va y aller. Ravi à l’idée de passer toute la journée en tête-à-tête avec elle, il prit le toast qu’elle avait abandonné un peu plus tôt et mordit dedans avant de le lui rendre. Elle éclata de rire. Une merveilleuse journée s’annonçait et elle était décidée à profiter de la moindre seconde.

    ------------------

    Lorsque Mark rentra dans la cuisine, Callie remarqua immédiatement qu’il n’avait pas le moral. Alors, tu t’es fait jeter ? Les amoureux ne voulaient pas être dérangés ?

    Il haussa les épaules en faisant la moue. Pas du tout ! Meri m’avait invité à prendre le petit-déjeuner avec eux mais à cause de moi, elle s’est brûlée avec du café, je l’ai soignée et… Il coupa court. Qu’est-ce que tu as prévu aujourd’hui ?

    Je vais skier. Pourquoi ?  

    Je peux venir avec toi ?

    Oui, bien sûr. Elle le regarda avec étonnement. Ça ne va pas ? Tu as l’air bizarre.

    Pourquoi ? Parce que j’ai proposé d’aller skier avec toi ? ironisa-t-il.

    Non, mais… Qu’est-ce qui s’est passé en bas ? demanda Callie d’une voix douce. Quand tu préparais ton petit-déjeuner, tu étais tout joyeux et là, on dirait que tu portes tout le malheur du monde sur les épaules.

    Mark baissa la tête. Je me suis pris la tête avec Derek, prétendit-il. Il n’avait pas envie de lui dire la vérité, de lui parler de ce qu’il était en train de découvrir à propos de ses sentiments naissants envers Meredith. Et comment expliquer, sans parler de l’impression qu’il trahissait la confiance de son meilleur ami, que son cœur battait plus fort à chaque fois que la jeune fille apparaissait et que l’entendre envisager des câlins avec Derek l’avait déprimé ? 

    Pourquoi ?

    Il a fait des projets pour la journée et je n’en fais pas partie, expliqua Mark. Cette fois, ce n’était pas un mensonge même si ce n’était pas la vraie raison de son humeur.

    Callie lui posa une main sur l’épaule. Mark, il faut que tu te fasses une raison. Derek est avec elle maintenant et, même si ça me fait mal de le reconnaître, c’est sérieux, leur histoire. Elle soupira. Il ne va pas la quitter de sitôt.

    Je sais, répondit Mark d’une voix sourde.

    Alors, forcément, il va prendre ses distances, être moins disponible. Callie eut un sourire triste. Il restera notre ami, bien sûr, mais ce ne sera plus la même chose. C’est la vie.

    Vie de merde ! marmonna Mark.

    Mais je suis là, moi, lui rappela Callie en lui donnant un coup de coude. Je ne suis pas prête de me caser. Va falloir que tu me supportes encore longtemps.

    Tu parles d’une bonne nouvelle ! répliqua-t-il en lui rendant son coup de coude. Bon, alors, on va skier ou on continue à démoraliser ici ?

    On va skier, s’exclama Callie, heureuse d’avoir récupéré au moins un de ses camarades de virée. Et avec un peu de chance, on va trouver quelqu’un à se mettre sous la dent.

    Ah si Brian a une sœur jumelle, je ne dis pas non, se força à plaisanter Mark. Mais le cœur n’y était vraiment pas et il savait déjà que personne n’arriverait à supplanter Meredith dans son esprit. 


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Mercredi 25 Juillet à 22:51

    Bonsoir à tous, il en est vraiment mordu . 

    Je cite: 

    "(…)Et avec un peu de chance, on va trouver quelqu’un à se mettre sous la dent." 

    Ah Callie au moins elle se souviendra de cette semaine de vacances pour ça. Visiblement elle va enchaîner elle compte bien remplir son tableau de chasse avec un mec différent tous les soirs. Vous me direz qu'elle occupe ses vacances comme elle peut à défaut d'avoir Derek que pour elle. Bonne nuit à tous.

     

    2
    Vendredi 27 Juillet à 21:18
    Je suis pas sûr qu'il s'en aille skier car il a compris qu'il les dérangeait. Mais plutôt car il sent que Meredith est à fond sur Derek.
    3
    Vendredi 27 Juillet à 21:19
    Ah est Callie à raison. C'est la vie.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :