• CHAPITRE 740

    S'occuper de la fille ? Tu veux dire qu'elles… Oh ! Meredith plissa le nez. Ce n'est pas pour moi, ça.

    J'espère bien, grommela Derek.

    Pas de travaux pratiques alors ? se moqua Mark.

    Non, pas de ce genre-là en tout cas.

    Et si on se concentrait sur la partie ? suggéra Derek qui était pressé d'abandonner ce sujet de conversation.

    J'ai encore une question, dit Meredith au grand désespoir de ses compagnons. La double pénétration, vous avez déjà testé ?

    Mais non ! protesta Mark.

    Jamais ! certifia Derek avec force. Tu es folle de poser des questions pareilles.

    C’est mon meilleur ami mais il y a des contacts que je préfère ne pas avoir avec lui, se récria Mark, scandalisé. Je me couche. Il jeta ses cartes sur la table avec un air dégouté.

    Derek regarda une dernière fois son jeu et fit une grimace. Je me couche aussi. De toute façon, pour jouer dans des conditions pareilles…

    Eh bien, vous êtes peut-être les champions du pastrami mais vous êtes nuls au poker, jugea Meredith. Elle abattit ses cartes avec un air triomphant. Full aux rois ! J’ai encore gagné.

    C'est pas possible, se désola Mark qui avait du mal à accepter l'idée qu'une fille de vingt ans soit plus forte que lui dans un jeu aussi exigeant.

    Hmm… Je commence à comprendre, dit Derek avec un petit sourire. Toutes ces questions sur la grand-mère de Mark et ces trucs sur les plans à trois que tu voulais savoir, c'était juste pour nous distraire et mieux nous battre.

    Oh la peste ! s'exclama Mark, dépité de s'être fait avoir comme un gamin.

    Reconnaissez simplement que je suis la meilleure, rétorqua Meredith en ramassant les pâtes qui jonchaient la table.

    Derek sourit. Oui, tu es la meilleure. Et te voilà riche, constata-t-il. Il faut que tu fasses tes comptes pour qu'on puisse te payer ce qu'on te doit.

    Meredith secoua la tête. Non, non, il ne faut pas. C'est trop.

    Désolé mais on avait établi les règles au départ, donc on ne va pas revenir dessus, insista Derek. On a perdu, tu as gagné et cet argent te revient.

    Dette de jeu, dette d'honneur ! ajouta Mark.  

    Meredith rosit de plaisir. Merci. Ce sera pour l'université. Tandis qu'elle partait à la cuisine pour trouver de quoi ranger son trésor, les deux hommes se regardèrent en souriant. Finalement, ils étaient arrivés à leurs fins. Non seulement, elle envisageait sérieusement d’entamer des études universitaires mais en plus, elle leur permettait de contribuer, même indirectement, aux frais. Pour la première fois de leur existence, ils furent heureux d’avoir été vaincus. C'est avec un plaisir non dissimulé qu'ils l'observèrent pendant qu'elle mettait les pâtes dans un bol. Je compterai demain, leur dit-elle. Maintenant, je préfère que Mark continue à me parler de ses conquêtes. C'est trop marrant.

    Et pourquoi on ne parlerait pas de celles de ton homme, pour une fois ? répliqua Mark, ce qui lui valut un regard noir de la part de l'intéressé.

    Ah mais je n'ai rien contre, assura Meredith. Vous n'avez qu'à me parler de vos conquêtes communes. Elle but son verre d'un trait. Je suis déjà au courant pour Laurel. Mais les autres ? Ça s'est passé de la même manière ? Pas de variante ? Ça ne devient pas monotone, à force ? Sans se concerter, les chirurgiens soupirèrent avant d’échanger un regard lourd de sous-entendus. Toutes ces questions commençaient à les mettre vraiment très mal à l’aise. S’il y avait bien une chose dont ils ne voulaient guère se vanter devant elle, c’était bien de ces quelques histoires à trois qu’ils avaient vécues. A cause d’elle, ils n’étaient plus du tout fiers d’avoir eu ce genre d’expérience et la pensée que l’une de leurs partenaires se trouvait juste à l’étage inférieur rajoutait à leur embarras. Inconsciente de leur malaise, Meredith poursuivait son flot de questions. Et vous vous parlez pendant que… Vous échangez vos impressions sur la fille ? Vous vous donnez des conseils ? Ou alors vous vous encouragez ? Ouais, vas-y mon pote, dit-elle avec une grosse voix en se versant encore un verre de vin.

    Arrête de boire, conseilla Derek, amusé. Tu es complètement pompette. Il lui retira prestement le verre qu’elle portait à ses lèvres.  

    Meredith tendit la main vers ce dernier en protestant avec la dernière énergie. Tu n’as pas le droit ! Rends-le-moi. J’ai soif.

    Ce n’est qu’à ce moment-là que Mark prit conscience de la situation. Concentré sur le jeu, et puis distrait par la conversation, il n’avait pas du tout fait attention à la consommation d’alcool de la jeune fille. Maintenant, il réalisait qu’elle était un peu ivre et que, combiné à l’antibiotique qu’il lui avait administré quelques heures plus tôt, cela pouvait présenter un certain danger. Il regarda Meredith plus attentivement. Elle avait les joues exagérément rouges et manifestait une surexcitation quelque peu intempestive qui, par chance, semblait n’éveiller aucun soupçon chez Derek. Au contraire, il paraissait s’amuser beaucoup à essayer de soustraire le verre que Meredith s’acharnait à vouloir récupérer.

     


  • Commentaires

    1
    Butterfly
    Dimanche 10 Juin à 18:02

    De retour de week-end et je découvre ton message. Tout d'abord, je te souhaite un super bon rétablissement après ton opération. C'est ce qui est vraiment important ! 

    Pour le reste, je te comprends. Ca ne doit pas être très gai quand personne ne réagit jamais. J'ai déjà fait plusieurs fois la remarque depuis que j'ai découvert le blog et ses fics, mais je n'ai jamais eu de réponse moi non plus. Je ne comprends pas les gens qui vont sur les blogs et les réseaux sociaux mais qui n'ont pas envie d'échanger. Ca ne coute pas beaucoup de dire un petit mot de temps en temps, un merci comme tu as dit, ou un j'aime bien l'histoire, j'ai hâte d'avoir la suite... Juste un petit mot pour montrer à la personne qui écrit qu'on apprécie l'histoire et les efforts qu'elle fait. 

    Le pire pour moi, c'est que personne n'a même réagi à ton message. Donc toutes celles qui lisent cette fic n'en ont rien à faire si ça s'arrête et qu'on ne connait jamais la fin ???? bad Hé réveillez-vous ! Ca vous dérange tant que ça de dire un petit mot de temps en temps ? Un peu de respect pour Boa s'il vous plait ! Et puis égoistement, je veux connaitre la fin de l'histoire. J'espère que je ne suis pas la seule.  

    2
    Spring
    Samedi 16 Juin à 18:38

    J'ai peu commenté cette fiction et je comprends que tu ne te sentes pas bien vis à vis de ça, après le travail et l'investissement fourni. Je dois dire que j'ai peu de temps libre donc je lis souvent avec du retard (comme là où je poste ce message).

    En tous cas je te souhaite un bon rétablissement !

    3
    Lundi 18 Juin à 21:18
    Bonsoir. J'ai commencé à lire cette fiction et te suivre jour par jour mais je trouvais la lecture d'un seul chapitre frustrante. C'est pourquoi je n'y viens qu'après plusieurs semaines de délai. Ce n'est pas une raison.! Et j'en suis désolée et confuse si je n'est pas mis de commentaires à chaque chapitre. Surtout avec le travail, le temps et l'investissement que ça représente pour toi. Si tu décides de continuer, je viendrais plus régulièrement.

    Mais en priorité, J'espère que ton intervention s'est bien passée et que tu vas mieux. Repose toi bien et bon rétablissement.

    Lincu
    4
    Nolcéline 97234
    Jeudi 21 Juin à 20:17

    Bonsoir à tous, ça ne fait pas bon ménage tout ça en effet . J' espère qu' elle ne  va pas le regretter demain sinon ça va barder. Bonne soirée de jeudi.

    Ps: De rien avec plaisir Mme Boa.

     Je lis il est normal que je commente.  Pour moi ça coule de source. Si je peux prendre deux minutes pour lire je peux prendre deux minutes pour donner mes impressions .  Merci pour cette histoire. 

    Prends soin de toi et prompt rétablissement bisous. 

    5
    Butterfly
    Vendredi 22 Juin à 20:00

    Je persiste à être étonnée du peu de réactions des lecteurs de ce blog et je dois dire que je comprendrais que boa ne continue pas sa fic, parce juste 4 personnes qui lui répondent, ç'est vraiment pas beaucoup. On a tous nos vies, nos occupations, et on manque tous de temps. Mais comme le dit bien Nolcéline, si on a le temps de lire une fic, que ce soit tous les jours ou une fois tous les 15 jours, on a le temps de mettre un petit mot. Moi je ne commente pas à chaque suite parce que je n'ai pas tout le temps quelque chose à dire mais je mets au minimum un commentaire pour l'ensemble des suites que j'ai lues. C'est une question de respect, je trouve.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :