• CHAPITRE 726

    Mark se sentit soulagé en entendant Derek décliner l’offre de Callie. Il n’aurait pas supporté de voir le top-model tourner autour de Meredith toute une journée. Mais quel besoin Callie avait-elle maintenant de leur ramener ses amants ? Et si demain elle rencontrait un pilote de ligne, faudrait-il que Meredith apprenne à manier un Boeing ? Il jeta un regard énervé à son amie. Elle était ridicule, assise sur ce canapé, main dans la main avec ce type qui aurait pu être son petit frère.

    Mais oui, vous ne vous rendez pas compte ! J’ai déjà les meilleurs professeurs de ski du monde. Cela serait dommage de ne pas en profiter, persifla Meredith.

    Alors là, le tableau était complet ! La voilà qui s’alliait à l’ennemi pour se moquer d’eux. Parce que c’était bien ce qu’elle était en train de faire, avec son petit sourire en coin et ses yeux rieurs. Elle les tournait en ridicule. Je n’ai jamais prétendu être le meilleur du monde, protesta Mark. Pas en ski en tout cas ! La chirurgie plastique me suffit largement, ajouta-t-il, plein de morgue.

    On n’est certainement pas les meilleurs, renchérit Derek, rageur. Néanmoins, grâce à nous, tu as pu passer ta première journée sur les pistes de ski sans te casser quelque chose.

    Meredith fit un clin d’œil complice à Brian. Je crois que je viens de les vexer. Pour me faire pardonner, je vais les garder encore un peu comme moniteurs.

    De toute façon, je n’aurais pas pu te prendre, répondit Brian en souriant. Mon planning est déjà complet. Il s’amusait beaucoup à voir les deux hommes défendre leur monopole auprès de Meredith. Le brun et le blond semblaient avoir de tendres sentiments pour elle, mais Brian n’était pas certain que tout le monde dans la pièce en était conscient, à commencer par la principale intéressée.

    Et que faites-vous quand il n’y a plus de neige ? se renseigna Mark. Il s'abstint de dire à voix haute la dernière partie de sa question. A part draguer les femmes d’âge mûr qui ont du pognon.

    C'est une Callie rose de fierté qui répondit à la place du jeune homme. Il fait des études à l’Université du Michigan.

    Meredith se montra immédiatement intéressée. Et tu étudies quoi ?

    L’aide sociale. Je veux devenir éducateur pour des enfants en difficulté. Le visage de Brian s’illumina. M’occuper des mômes, c’est vraiment mon rêve. C’est ce que je fais déjà, en quelque sorte, en leur donnant des leçons de ski, mais je veux aller plus loin. Mark et Derek échangèrent un regard. Ou ce mec était un bon comédien ou bien il était vraiment sincère et à l’écouter parler, c’était plutôt la deuxième option. Les deux hommes se souvenaient des idéaux qui les avaient animés au même âge et qui les avaient conduits à devenir chirurgiens, même si, depuis, ils avaient succombé à l’appel de l’argent et de la gloire. Ce qui était certain c’est qu’avec de tels arguments, Brian faisait un tabac auprès des filles. Callie était en train de se liquéfier sur place. Quant à Meredith, elle ne cachait pas son admiration pour ce jeune homme qui avait les mêmes ambitions qu'elle. Mais assez parlé de moi ! s’écria Brian. Parle-moi de toi, Meredith. Comment occupes-tu ton temps quand tu n'apprends pas à skier ? La familiarité avec laquelle il s’adressait à Meredith, comme s’il l’avait toujours connue, hérissa Derek. Il se leva et alla se servir un second whisky, en espérant que le jeune moniteur allait lui donner une occasion de lui river son clou, en lui faisant encore une remarque sur la consommation d’alcool. Malheureusement, il n’en fut rien.

    Meredith haussa les épaules. Oh je ne fais rien de très intéressant. Je travaille dans un tea-room.

    Mais c’est provisoire ! lança Derek, avec un regard furieux vers son amie. Il remarqua que Mark était aussi énervé que lui.

    Du provisoire qui risque de durer encore un bon moment, souligna Meredith.

    De toute façon, il n’y a pas de sot métier, fit remarquer Brian avec douceur. Il avait l’impression que les deux chirurgiens - Callie lui avait appris leur profession – étaient quelque peu honteux du métier de leur jeune amie et que celle-ci en souffrait. Il faut de tout pour faire un monde. Des chirurgiens, des serveuses…

    Nom de dieu ! Ce petit con était en train de lui faire la leçon. Bien sûr qu’il n’y a pas de sot métier ! explosa Derek en bondissant du canapé. On ne vous a pas attendu pour le savoir. Mais il y en a de plus intéressant que d’autres. Si Meredith s’épanouissait dans son boulot, si c’était ce qu’elle voulait vraiment faire, j’en serais très heureux pour elle, mais ce n’est pas le cas. Enervé, il alla jusqu'à la fenêtre avant de venir se poster près de la cheminée.

    Oui, elle a de grandes ambitions. Elle veut faire des études. Mark se redressa fièrement. Des études de psychologie. Elle veut s'occuper des enfants, elle aussi. L'intéressée fut surprise de l'entendre parler de ses projets. Elle ne se souvenait pas les lui avoir confiés. C'est donc que Derek l'avait fait, ce qui impliquait qu'il parlait d'elle à son ami. Cela lui fit plaisir.

    Callie regarda la jeune fille avec un air ébahi. Ah bon ? La psycho ?


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Mercredi 30 Mai à 17:02

    Bonsoir à tous et merci pour cet énième suite,

    Que va - t- elle dire? Bonne fin de mercredi après-midi  à tous.

      • Nolcéline 97234
        Mercredi 30 Mai à 17:06

        *cette 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :