• CHAPITRE 721

    Tout à coup, dans une impulsion, Mark reprit le bras de Meredith et déposa un baiser à l’intérieur du poignet. Les yeux fermés, le souffle un peu plus court que d’habitude, il promena ses lèvres tout doucement jusqu'à l'endroit où il avait fait la piqûre. Sa tête se trouvait tout à côté du sein tant convoité. Il aurait suffi qu’il tourne légèrement la tête pour pouvoir l’embrasser, lui aussi.

    Qu'est-ce qui te prend ? demanda Meredith, désarçonnée.

    Un peu embarrassé, Mark rouvrit les yeux. L’espace de quelques secondes, il avait oublié qui ils étaient et surtout que Derek était à quelques mètres d’eux. Il s’était extrait de la réalité pour aller dans son imaginaire, là où tout était possible. Mais maintenant, il se rendait compte de son imprudence. Quand j'étais petit et que je m'étais fait un bobo, ma grand-mère me donnait toujours un baiser là où j'avais mal, prétendit-il pour justifier son geste qui, il s'en rendait compte, risquait de lui faire perdre les deux personnes auxquelles il tenait le plus, après son aïeule.

    Sauf que ta grand-mère n'avait pas de moustache ! répliqua Meredith, l'air faussement sévère. Je suis sûre que ça devait être très agréable avec elle. Toi, tu m'as juste chatouillée.

    T'es bien une gonzesse. Jamais contente ! maugréa Mark, soulagé de voir qu'elle n'avait pas perçu le sens réel de son baiser. Bon, on remonte avant que ton mec ne parte à notre recherche ? Elle acquiesça d'un signe de tête et se leva souplement de son fauteuil.

    Ils venaient à peine s'arriver au salon qu'ils entendirent Derek qui grimpait l'escalier en courant. Je suis là, annonça-t-il en pénétrant dans la pièce. Tout propre et en pleine forme. Et maintenant, je suis affamé. Tu as commandé pour le dîner ? se renseigna-t-il en s’adressant à Mark.

    Celui-ci hocha la tête. Ce soir, on mange japonais. Mais pas des sushi. Vous m'en direz des nouvelles. Je leur ai demandé de livrer vers 19h, comme ça, ça nous laisse le temps de boire un verre à notre aise, si on veut.

    Très bonne idée, approuva Derek. Rien de tel qu'un bon whisky pour se détendre ! Mark se rendit aussitôt à la cuisine.

    Eh bien, pendant que vous sirotez votre whisky, moi, je vais descendre pour finir de me sécher les cheveux et j'en profiterai pour ranger mes nouveaux vêtements, dit Meredith en ramassant les sacs qui étaient toujours à ses pieds.

    Tu vas bien ? s’inquiéta Derek en la retenant par la main alors qu’elle passait à côté de lui. Ton teint est encore rouge et ça ne peut plus être l’effet du bain maintenant. Il se tourna à nouveau vers Mark. Tu ne trouves pas qu'elle est encore fort rouge ?

    Elle est rouge parce qu’elle a passé toute la journée au grand air, tiens ! affirma son ami. Ne va pas encore imaginer je ne sais quoi.

    Mark a raison, je vais très bien, renchérit Meredith. Le grand air, le froid, apprendre à skier ! Je ne sais pas qui ne serait pas rouge après ça. Elle effleura les lèvres de Derek d’un baiser et quitta le salon avant que son amant ait le temps de dire autre chose.

    Il la suivit du regard avant de rejoindre Mark qui lui tendait un verre de whisky. J’espère que vous avez raison. Parce que si elle tombe malade, ça va foutre ses vacances en l’air et accessoirement, ça compromettra mes projets.

    Mark haussa un sourcil. Quels projets, si je ne suis pas indiscret ?

    Elle vient d’avoir vingt-et-un ans et tu sais comme moi comment elle a passé le cap, lui rappela Derek. L’air préoccupé, il prit place dans le canapé. Je veux lui faire oublier ça, enfin, autant que possible. Je veux marquer le coup. Il faut que plus tard, quand elle pensera à son vingt-et-unième anniversaire, elle puisse se raccrocher à un autre souvenir que ce qui s’est passé dans cette foutue boutique.

    C’est une très bonne idée, mon ami. Mark passa derrière Derek et lui pressa l’épaule, avant de venir s’installer face à lui. A quoi as-tu pensé alors ?

    Je t’avoue que je ne sais pas trop. Pour commencer, un dîner dans un bon restaurant, c’est sûr.

    En tête-à-tête, évidemment, précisa Mark.

    Derek hocha la tête. Oh pas nécessairement. Tu es devenu un véritable ami pour elle. Alors, je crois que ça lui ferait plaisir que tu sois là. Il tourna son verre entre ses doigts en regardant l’alcool danser contre les parois. Callie, c’est autre chose. Elles ne se connaissent pas vraiment et, vu l’état d’esprit de Cal pour le moment… Il releva la tête en faisant une petite grimace. En fait, ce qui me pose réellement problème, c’est le cadeau que je vais lui offrir. Je n’ai aucune bonne idée pour le moment. Je veux trouver quelque chose de vraiment original.

    Moi, je sais déjà ce que je vais lui offrir, confia Mark. Et pour ce qui est d’être original, je crois que ça l’est.

    Et c’est quoi ?

    En fait, je n’avais pas prévu ça spécialement pour son anniversaire, expliqua Mark. C’est une idée qui m’est venue comme ça il y a quelque temps. Il hésita un peu avant de poursuivre. J’attendais la bonne occasion pour lui annoncer. Alors, ses vingt-et-un ans, oui, ce sera bien.

    Mais qu’est-ce que c’est ? s’impatienta Derek.


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Mardi 29 Mai à 10:29

    Bonjour à tous,

    Ah oui qu'est-ce que c'est ? Hâte de savoir ...

    Un truc pour se faire pardonner son comportement de tout à l'heure?

    Sinon bonne idée espérons que l'état de Meredith s'améliore yes. Bonne matinée à tous.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :