• CHAPITRE 716

    Une heure plus tard, Meredith fit son entrée dans le salon, vêtue de sa combinaison de ski blanche bordée de fourrure. Derek, qui admirait le paysage à la fenêtre, se retourna en l’entendant entrer et sourit en la voyant. A nouveau, l’expression de son visage reflétait une joie enfantine. Comme cela lui était déjà arrivé précédemment, Derek eut l’impression qu’elle allait se mettre à sautiller sur place en battant des mains. Attendri, il la rejoignit pour déposer un baiser sur sa joue avant de la prendre par la main pour la faire tourner sur elle-même. Regardez-moi ça ! Un vrai mannequin !  

    Elle leva les yeux au ciel en secouant la tête avec un grand sourire. N’importe quoi !

    A l’entrée de Meredith, Mark avait levé le nez du journal qu’il était en train de lire. En voyant la jeune fille, il avait immédiatement pensé à une friandise. En temps ordinaire, il n’était pas amateur de bonbons mais celui-ci lui donnait l’envie irrépressible de le déguster lentement, de le lécher à petits coups de langue, de le sucer… Il secoua la tête. Le moment était vraiment mal choisi pour se laisser aller à ses fantasmes inavouables. Pourtant, tu as de l’allure, déclara-t-il. Il faut dire que cette combinaison de ski est magnifique.

    Meredith désigna Derek de la main. C’est monsieur qui l’a choisie. Mais je vous avoue que maintenant, je me demande si j’ai bien fait de la mettre. Je n’ai jamais fait de ski, je risque d’être plus souvent par terre que debout, expliqua-t-elle pour répondre au regard interrogateur des deux hommes. Ma belle combinaison blanche risque d’être noire à la fin de la journée.

    Maintenant, c’est toi qui dis n’importe quoi, répliqua Derek en l’attirant contre lui. Si tu tombes, ce sera dans la neige et pas dans du charbon. Et en altitude, ce n’est pas comme dans les rues, la neige reste belle et propre. Il l’entraina vers l’escalier.

    Mark les suivit. Et puis, je ne vois pas pourquoi tu pars du principe que tu vas tomber souvent. On est là pour éviter ça justement.

    Arrivée dans le hall d’entrée, Meredith tourna la tête vers les chambres. Je sais qu’elle a dit qu’elle ne voulait pas venir mais vous ne pensez pas qu’on devrait quand même demander à Callie de venir avec nous ? Ne fût-ce que pour ne pas avoir l’air de la lâcher.

    Mark ouvrit la porte qui menait au garage et lui fit signe de passer. Dis donc, qui a lâché qui en premier ? En plus, si elle dort et qu’on la réveille, elle va nous faire un de ces scandales. Elle a mal à la tête d’avoir gueulé cette nuit, ça va lui faire du bien de se reposer, conclut-il sur un ton sarcastique qui fit encore penser à Meredith qu’il était jaloux.

    De toute façon, elle t’a dit qu’elle nous rejoindrait plus tard, intervint Derek. Alors, il n’y a pas de raison de s’inquiéter pour elle.

    Quelques minutes après, le trio sortait de la maison, les deux hommes entourant la jeune fille, leur paire de ski sur l’épaule. Une fois dans le centre-ville, ils s’arrêtèrent dans un magasin de location d’articles de sport, et Derek prit soin de choisir pour sa petite amie les chaussures les plus confortables et la paire de skis la mieux adaptée pour la débutante qu’elle était. Ensuite, ils prirent la direction des pistes. Au pied de la remontée mécanique, Derek aida Meredith à chausser ses skis et avec l’aide de Mark, la tira littéralement jusqu’au point de départ du télésiège. Suspendue dans les airs, coincée entre ses deux moniteurs, Meredith regarda avec une appréhension non dissimulée les skieurs qui dévalaient les pentes à toute vitesse. Mon dieu, je n’y arriverai jamais, déplora-t-elle dans un murmure plein de découragement.

    Comment ça, tu n’y arriveras pas ? bougonna Mark. Je voudrais bien voir ça !

    Tu vas très bien y arriver au contraire, renchérit Derek sur un ton rassurant. Avec des professeurs comme nous, tu ne peux pas faire autrement que réussir.

    Oui, avec nous, tu vas bientôt pouvoir t’inscrire aux prochains Jeux Olympiques, ajouta Mark avec le sens de l’exagération qui le caractérisait.

    Meredith pouffa de rire. Ce que j’adore chez vous, c’est votre grande modestie. Elle cessa de rire en voyant qu’ils étaient arrivés à destination et qu’elle allait devoir descendre du télésiège. Elle y arriva sans trop de peine, avec l’aide de Derek, mais quelques mètres plus loin, alors qu’il venait à peine de la lâcher, elle perdit l’équilibre et tomba durement sur ses fesses. Le rire tonitruant de Mark salua cette première chute. Je ne vois pas ce qu’il y a de marrant, maugréa la jeune fille, un peu vexée.

    Moi oui, répliqua Mark, appuyé nonchalamment sur son bâton.

    Derek, qui était déjà agenouillé auprès de Meredith, lança un regard sombre à son meilleur ami. Tu trouves ça malin de te moquer ! Elle s’est peut-être fait mal. Il palpa avec précaution la jambe de Meredith.

    Mark prit son téléphone portable avec un sourire goguenard. Tu veux que j’appelle une ambulance ?

    Ignorant son ami, Derek aida Meredith à se mettre debout. Tu es sûre que ça va ? On devrait peut-être rentrer pour que je t’examine, lui suggéra-t-il, inquiet.

    Mais non, ce n’est qu’une petite chute sans importance, le rassura-t-elle.

    Mark regarda le couple avec un air sarcastique. Si à chaque fois qu’elle tombe sur ses fesses, tu veux lui faire passer une radio, elle n’est pas prête de savoir skier.

    Derek fusilla Mark du regard. Si tu n’as rien de plus intelligent à dire, tais-toi.

    Bon, au lieu de vous chamailler comme des gosses, si vous me la donniez, cette leçon de ski ? lança Meredith.


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Mardi 17 Avril à 12:53

    Bonjour à tous,

    C'est gentil de sa part oops mais Mark a raison cool . Durant le reste de la journée tout restant protecteur ,attentif et bienveillant  bien évidemment yesj'espère qu'il ne l’étouffera pas . Il faut un juste milieu.

    Bonne journée à tous.

      • Nolcéline 97234
        Mardi 17 Avril à 20:37

        Elle n' est pas en sucre , la couver trop non . Bonne soirée à tous. 

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :