• CHAPITRE 706

    Quelques minutes plus tard, Meredith se releva. Vous voulez quelque chose à manger ou à boire ? s’enquit-elle auprès des deux hommes. Ils firent signe que non. Elle se rendit dans la cuisine et en revint avec un verre d’eau et deux cookies. Plutôt que de se rasseoir, elle se planta devant une fenêtre et appuya son front contre la vitre pour mieux voir ce qui se passait au dehors. Hormis une voiture dont on ne voyait que les feux arrière remontant la rue, il n’y avait aucun mouvement. Les seules traces de vie, c’était les lumières qui jaillissaient des maisons. Meredith se demanda si les personnes qui habitaient derrières ces murs étaient aussi heureux qu’elle l’était en ce moment.

    Derek abandonna sa lecture pour observer la jeune fille avec un air attendri. Elle était tellement mignonne, en train de grignoter son gâteau, le front collé sur la vitre. Reprenant la brochure qu’elle avait consultée un peu plus tôt, il rechercha le programme des loisirs de la ville afin d’y trouver de quoi l'intéresser, et surtout la distraire. En feuilletant le petit fascicule, il réalisa que finalement, il ne connaissait d’Aspen que les pistes de ski le jour et les discothèques la nuit, alors qu’il y avait aussi des expositions d’art, des concerts, un cinéma et bien d’autres choses. il releva la tête au moment où son amie se tournait vers lui et ils se sourirent.

    Quant à Mark, il y avait bien longtemps qu’il avait renoncé à lire quoi que ce soit. Son traité de médecine ne lui servait plus que d’alibi, en lui permettant de contempler Meredith sans que Derek ne s’en aperçoive. Tous les trois, ils étaient en train de passer ce que d’habitude il appelait, avec un peu de condescendance, une soirée pépère et pourtant, il était obligé de reconnaitre qu'il n’en avait jamais connu de meilleure. Qu’est-ce qu’ils étaient bien ! Pourquoi cela ne pouvait-il pas toujours en être ainsi ? Une fois encore, son esprit se mit à vagabonder. Il se retrouva projeté dans le futur, à San Francisco, dans la maison du parc, qu’il partageait maintenant avec Meredith et Derek. Malgré les études de droit qu’elle avait entamées, la jeune femme trouvait toujours le temps de mitonner de bons petits plats dont ses deux hommes se délectaient. Après le repas, ils passaient leurs soirées, ensemble bien entendu, à lire un bouquin, ou regarder un DVD, ou encore à diner dans un restaurant, quand ils ne décidaient pas d’aller danser dans un night-club. Ensuite, au moment du coucher, Meredith prenait la main de son amant pour l’emmener dans sa chambre. Derek, les jours pairs, Mark, les impairs. Et toutes les nuits, la maison résonnait de leurs cris de plaisir, sans que cela ne crée de problèmes. Il n’y avait aucune jalousie entre eux, uniquement de l’amour. Emporté par la félicité dans laquelle baignait son rêve, Mark eut une idée. Pourquoi ne pas tenter le coup ? Est-ce que ça ne vaudrait pas la peine d’essayer au moins ? Meredith, Derek et lui, un trio uni par l’amour et l’amitié, la combinaison idéale, l’assurance d’un bonheur éternel ! Mais l’absurdité de son projet frappa soudain le chirurgien de plein fouet et le fit retomber durement dans le monde réel. S’il voulait voir s’effondrer ce à quoi il tenait plus que tout, il n’avait qu’à parler. Sa proposition choquerait autant Meredith que Derek. La première serait scandalisée qu’il ait pu penser qu’elle serait prête à faire une telle chose. Elle ne pouvait coucher qu’avec l’homme qu’elle aimait et elle n’aimait que Derek. Quant à celui-ci, il suffisait à Mark de se souvenir de quelle façon, violente, il lui avait interdit, avant même d’avoir couché avec elle, de s’intéresser à la jeune fille, pour savoir qu’il ne la partagerait jamais. Il valait mieux oublier ce projet, certes magnifique, mais totalement irréalisable.

    Meredith délaissa son poste d'observation pour revenir se pelotonner contre Derek. Glissant la main sur son pull, elle joua avec le dernier bouton de sa chemise. Tu t’ennuies ? s’inquiéta-t-il à mi-voix. Tu veux qu’on aille faire un tour en ville ?

    Elle secoua la tête. Non. Je n'ai pas envie de bouger. Je suis bien ici.

    Derek colla sa bouche à l'oreille de son amie. Tu n'as pas envie qu’on aille dans notre chambre ?

    L'idée qu'il avait derrière la tête était plus qu'évidente et Meredith n'avait rien contre. Elle était ici pour aller de l'avant et elle était prête à tout pour ça. Oui, mais pas tout de suite, répondit-elle pourtant, gênée par la présence de Mark. Attends encore un peu. Bien qu'un peu déçu, Derek acquiesça d'un petit signe de tête.

    Même s'il n'avait perçu que des bribes de conversation, Mark n'avait eu aucun mal à en deviner le sujet. Il lui suffisait de regarder son ami pour voir le désir que celui-ci éprouvait pour la jeune fille. Le côté magique de la soirée s'évanouit instantanément. Même si cela n’avait jamais été l’intention de ses amis, Mark se sentit de trop. Il feignit de bâiller. Je ne sais pas vous, mais moi, je suis crevé. Alors, je vais aller me coucher.

    Derek sauta immédiatement sur la perche qui lui était tendue. Oui, moi aussi, je suis fatigué. Il prit Meredith par la main. On descend ?

    Je boirais bien encore une petite coupe de champagne, répondit Meredith.

    Etonné et surtout un peu contrarié – il était clair maintenant qu'elle n'était pas pressée de retrouver leur intimité – Derek partit en direction de la cuisine tandis que Mark prenait la jeune fille dans ses bras. Bonne nuit. Repose-toi bien. N'oublie pas que demain, tu fais tes débuts sur les pistes.

    Elle l'étreignit fortement. Ah ne me le rappelle pas ! Ça pourrait m'empêcher de dormir justement.

    Faut pas ! Tout va bien se passer, assura-t-il. Tu as les meilleurs moniteurs du monde.

    Meredith fit un grand sourire. Ce que j'aime surtout chez toi, c'est ta grande modestie. Allez, bonne nuit. A demain. Elle l'embrassa sur la joue avant de courir dans la cuisine où elle arriva au moment où Derek versait le champagne dans une coupe. Oh tu as déjà servi ? Je n'en voulais pas, chuchota-t-elle pour que Mark, qui était dans les escaliers, ne l'entende pas.

    Derek la regarda avec un air perplexe. Mais tu m'as dit…


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Mercredi 28 Mars à 05:58

    Bonjour à tous,

    Merci beaucoup pour la suite,

    Ça montre que lorsque Derek se montre un trop intime devant les autres Meredith est gênée, elle est mal à l' aise.

    Donc la dernière fois quand il parlait avec son meilleur ami avant que ce dernier ne les interrompe du fait qu' il avait espoir qu' ils puissent renouer sur le plan charnel  je trouve qu' il devrait être plus discret et ce même si c' est Mark ne serait-ce que pour respecter la pudeur de sa petite amie, la volonté de garder ça pour eux.

    Quant au chirurgien plasticien son rêve là tout ça va mal finir un jour  j' ai peur que ça dérape.  Quand je vois à quel point son désir est fort vous me direz que ce n' est pas parce que c' est le

      • Nolcéline 97234
        Mercredi 28 Mars à 06:16

        Je continue ici merci 

        (...) cas qu' il va passer à l' acte c' est vrai mais l' humain est faible et la nature parfois ... Les choses peuvent très vite basculer pour peu de choses et les bonnes résolutions peuvent être très rapidement oubliées.  J' espère me tromper. Bonne journée à tous. 

         * peu  (mot oublié dans mon premier post je m' en excuse merci.)

    2
    Butterfly
    Samedi 31 Mars à 14:55

    Ah il va loin, Mark ! Un ménage à 3 carrément ! Il est fou, parce que c'est clair que ni Derek, ni Meredith ne sont partant pour ça. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :