• CHAPITRE 997

    Derek appuya sur le bouton de la télécommande qui actionnait le déverrouillage des portes de la Porsche. Il était presque une heure du matin et il était crevé. Après avoir passé la journée au bloc, où les interventions s’étaient succédé à un rythme infernal, avec pour seule pause sa confrontation avec Meredith qui l’avait laissé sans forces, comme s’il avait livré un match de boxe, il aurait aimé pouvoir rentrer chez lui plus tôt, mais une urgence l’avait retenu à la clinique jusque maintenant. Il n’aspirait désormais plus qu’à une chose, retrouver le calme de sa péniche. Il n’avait pas encore mis la clé dans le contact que son téléphone sonnait. Il le retira de sa poche en soupirant et leva les yeux au ciel en voyant le nom de Callie clignoter sur l’écran. En rallumant son téléphone, il avait remarqué qu’elle lui avait laissé de nombreux messages mais il ne les avait pas lus. Quoi qu’elle ait à lui proposer, il n’était pas intéressé. Ce soir, il n’avait envie de parler à personne. Il laissa sonner jusqu’à ce que l’appel soit dévié sur sa boite vocale. Il appuyait sur l’accélérateur lorsqu’il reçut le deuxième appel. Il souffla longuement. Connaissant Callie, il était clair qu’elle allait insister jusqu’à ce qu’il décroche. Autant s’en débarrasser directement. Oui, Cal, dit-il d’un ton extrêmement las.

    Ah tout de même ! s’écria son amie. Où étais-tu passé ?

    Je bossais, tiens ! répondit-il avec irritation. Il entendit un brouhaha, un bruit de portes qui s’ouvraient et se refermaient, des rires et des éclats de voix. Bon sang, quel boucan ! Où es-tu ?

    Dans les toilettes du Cellar, lui apprit Callie avec entrain, comme s’il s’agissait d’une chose particulièrement plaisante. C’est plus pratique pour t’appeler. Y a moins de bruit. Elle s’écarta pour laisser le passage à une jeune femme qui désirait se repoudrer le visage. Devine qui est là ?

    Aucune idée. Derek ferma les yeux et se laissa aller contre le dossier de son siège. Ecoute, Callie, j’ai eu une journée vraiment épouvantable, alors je n’ai pas envie de jouer aux devinettes.

    OK, alors j’te dis… C'est Meredith, claironna Callie, tout heureuse d’avoir un scoop à révéler. Et quel scoop ! Elle attendit la réaction de Derek avec impatience.

    Il rouvrit immédiatement les yeux. Qu’est-ce qu’elle fout au Cellar ? maugréa-t-il. Il n’avait jamais emmené Meredith dans ce night-club que, d’ailleurs, il ne fréquentait plus depuis qu’ils s’étaient rencontrés. Soit elle y avait atterri par hasard, ce qui était peu probable, soit on l’y avait conduite. Un coup des sœurs Muffins très certainement !

    Le sourire de Callie s’étala d’une oreille à l’autre. Elle savait que son information intéresserait Derek. Ben manifestement, elle s’amuse. Comme une folle même.

    La première pensée du chirurgien fut que Meredith était en train de fêter leur rupture. Pour une fille qui disait être folle de moi, elle se console vite, pensa-t-il avec amertume. Tant mieux pour elle ! fut sa réponse à Callie. Ce qu’elle fait ne me concerne plus. On a vraiment rompu cette fois.

    Je sais, Mark me l’a dit. Callie appuya ses fesses contre le lavabo. Quelques semaines plus tôt, la nouvelle de cette séparation l’aurait comblée de joie. Maintenant, elle était seulement désolée pour son ami. Les derniers évènements lui avaient fait comprendre que, Meredith ou pas, elle n’aurait jamais aucune chance de gagner le cœur de Derek. Quoiqu’elle fasse, il ne l’aimerait jamais. Après avoir longtemps été une amie avec faveurs, elle ne pouvait plus prétendre désormais qu’au statut d’amie ce qui, finalement, compte tenu de la personnalité du bonhomme, n’était déjà pas si mal. Ce fut à ce titre qu’elle se permit un conseil. Je crois que tu devrais quand même venir, Derek.

    Il n’avait vraiment pas envie de sortir, et certainement pas dans le même endroit que Meredith. Il avait suffisamment donné dans le masochisme pour la journée. Il ne voulait rien d’autre que rentrer chez lui, prendre une douche et se jeter sur son lit, même s’il savait déjà qu’il ne trouverait pas le sommeil, surtout en sachant que Meredith s’éclatait en boite. Cal, je t’ai dit, j’ai eu une journée éreintante. Je n’ai franchement pas le cœur à m’amuser. 

    Je ne te parle pas de faire la java mais plutôt du sauvetage, riposta Callie. Ta copine…

    Ex copine ! rectifia Derek.

    Si tu veux ! Callie reprit sur un ton plus calme. Elle est complètement bourrée et… elle est avec des gars…

    Des gars ? Quels gars ? l’interrogea Derek, soudain fou d’inquiétude.

    Des gars. Plus ou moins de son âge, lui expliqua Callie. Il y en a un qui n’est pas mal foutu d’ailleurs. Elle avait passé quelques minutes très agréables, le regard fixé sur les fesses du garçon aux courts cheveux bruns qui se dandinait devant Meredith. 

    Derek l’interrompit avec un ton rageur. Callie ! Je ne te demande pas de me les décrire mais seulement si tu les connais.

    Jamais vus ! Et elle ne les connait pas non plus. Callie se pencha au-dessus du lavabo pour se regarder dans le miroir. Elle était déjà là quand je suis arrivée. Seule. Et déjà bien entamée. D’après ce que j’ai pu voir, elle carbure au Mojito, précisa-t-elle tout en essuyant du bout de l’index son mascara qui avait légèrement coulé sous l’œil droit. Et évidemment, ils ne lui laissent pas le temps d’avoir soif, si tu vois ce que je veux dire. Elle hésita une seconde avant de faire part de ses sentiments à Derek. Enfin, je ne sais pas mais j’ai l’impression que ça pourrait mal tourner pour elle. J’ai essayé de lui parler, seulement je me suis fait jeter, alors… Vaudrait mieux que tu viennes, répéta-t-elle avec un peu plus de conviction. Et vite !

    Callie n’était pas une mijaurée. Derek était conscient que, si elle avait pris la peine de le prévenir, c’était parce que la situation risquait fort de dégénérer. Putain ! Est-ce qu’elle va arrêter un jour de me faire chier ? cria-t-il dans le téléphone sans toutefois penser une seule seconde à ne pas venir au secours de Meredith. J’arrive.

    J’t’attends au bar principal, eut le temps de lui dire Callie, juste avant qu’il ne mette fin à la communication.


  • Commentaires

    1
    Butterfly
    Mercredi 14 Août à 20:36

    Aie ! On dirait que Meredith encaisse mal la fin de sa relation avec Derek, et peut-être aussi l'interrogatoire de sa mère. Mais d'après ce que Callie raconte, elle prend des risques. Pas très malin ! 

    2
    Mdbailey
    Mercredi 14 Août à 21:06
    Elle se noie dans l'alcool a cause de Derek. hum ou delà conversation avec Mama Grey ?
      • MerDer Forever
        Mercredi 14 Août à 21:31

        Les 2 à mon avis ^^

    3
    Zoé
    Jeudi 15 Août à 16:27

    J'adore ce couple et j'espère que ce n'est pas la fin pour eux.

    Au début, je détestais Derek, je trouvais que c'était un sale con mais petit à petit j'ai trouvé qu'il changeait et maintenant je le trouve super pour Meredith et je pense qu'il va être de mieux en mieux si elle lui laisse une chance 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :