• CHAPITRE 975

    En temps normal, Derek aurait apprécié l’inquiétude de Meredith et il en aurait même joué. Mais elle était trop fragile et l’enjeu trop important. Non. Elle a déménagé peu après mon arrivée, ce qui m’a bien arrangé au demeurant, répondit-il franchement. Je ne suis pas très bon dans le service après-vente. Il vit que son humour n’avait pas fait mouche et que Meredith restait toujours aussi inquiète. Bébé… je te jure que cette fille n’a pas du tout compté pour moi, pas plus que les autres d’ailleurs. Je ne reconnaitrais même pas la plupart d’entre elles si je devais les croiser dans la rue aujourd’hui.

    Et Madelina, tu la reconnaitrais ? demanda-t-elle sur un ton sec.

    Derek soupira. Meredith… je me…

    Elle le coupa dans son élan, comme si ce qu’il allait lui dire ne l’intéressait pas. Tu me fais visiter ? Surpris par son intonation presque guillerette qui contrastait totalement avec l’expression dure, presque méchante, qui avait été la sienne quelques secondes plus tôt, il la regarda avancer dans le living d’un pas sautillant, sa tête s’agitant dans tous les sens, très nerveusement. Elle se retourna brusquement. Eh bien, tu ne fais pas le guide ?

    Si, bien sûr. Il la rejoignit avec l’impression qu’une crise pouvait éclater à tout moment. Le problème était qu’il n’était pas en mesure de la prévoir et surtout, il n’était pas certain de pouvoir la désamorcer. Il était clair que sa méconduite lui avait fait perdre beaucoup de son pouvoir d’influence sur Meredith. Là, tu as la cuisine, dont je ne me sers pas souvent, je l’avoue, précisa-t-il avec un petit sourire. Et puis, la salle de séjour.

    Ehf4ic.jpg

    Meredith fit quelques pas dans la pièce avant de se tourner vers Derek, en le dévisageant avec attention. Au fond, elle ne le connaissait pas vraiment. A chaque fois qu’elle avait pensé à l’endroit où il vivait, elle avait imaginé un intérieur très moderne, tout en verre et acier, un peu froid comme il savait l’être parfois. Quelque chose de luxueux aussi, assez tendance, snob pour tout dire. Or, maintenant qu’elle était là, elle constatait que c’était simple, dépouillé même, et elle trouvait l’ensemble assez sympa et chaleureux. Elle reprit son avancée, se penchant légèrement au-dessus de la rambarde qui protégeait des escaliers menant vers l’étage du dessous, avant d’aller jusqu’à la fenêtre pour regarder à l’extérieur. Des péniches et plus loin des bateaux, à perte de vue. Je ne t’imaginais pas dans un tel endroit, lui avoua-t-elle enfin. Je te voyais dans quelque chose de plus… – elle le regarda en faisant une grimace un peu embarrassée – de moins…

    Bohème ? avança Derek avec un sourire amusé.

    Meredith sourit aussi. C’est ça. Au fond, tu es bien moins conventionnel que je ne le croyais. Elle se pencha pour passer délicatement la main sur un coffre en osier qui faisait office de table de salon. C’est beau, ça. Et c’est original. Elle revint lentement vers le chirurgien. Et en bas, qu’est-ce qu’il y a ?

    Le bureau, les chambres… Tu veux voir ?

    Bien sûr ! Elle le précéda dans l’escalier et déboucha dans une pièce qu’elle identifia immédiatement comme le bureau. A nouveau, elle fut frappée par la simplicité des lieux. Une table, un ordinateur qui n’était même pas du dernier cri, un bureau, quelques chaises qui semblaient avoir été mises là pour ne pas encombrer ailleurs… Sans faire aucun commentaire, elle passa dans l’autre pièce, une chambre au décor encore plus minimaliste que le bureau.

    tKnriA.jpg

    C’est ta chambre ? s'enquit Meredith, en se fustigeant intérieurement de se sentir aussi émue.

    Non, c’est la chambre d’ami. Derek afficha soudain un large sourire. L’expression convient tout à fait d’ailleurs puisqu’il n’y a que Mark qui ait dormi ici, quand il était trop bourré pour rentrer chez lui.

    Et ta chambre ? insista Meredith avec le sentiment obscur et étrange qu’elle saurait qui il était vraiment une fois qu’elle aurait vu l’endroit où il dormait. Il sortit de la pièce et elle le suivit, le cœur battant, avec l’étrange impression qu’elle allait pénétrer dans un lieu sacré. Derek ouvrit une porte et s’effaça pour la laisser entrer.

    MmG8A1.jpg

    Une fois encore, Meredith fut surprise par la décoration. Les murs peints en blanc, des poutres en bois foncé qui soutenaient le plafond, un petit tapis en fausse fourrure blanche au bout du lit, d’imposantes lampes de chevet dont la couleur était coordonnée à celle des coussins qui gisaient sur le lit, un fauteuil original qui juxtaposait un coffre en bois, des livres entassés pêle-mêle sur les étagères d’un petit meuble… A nouveau, elle ne put que constater combien c’était différent de l’image qu’elle s’était faite. C’était simple, décontracté et néanmoins classe. Elle s’assit sur le bord du lit et passa lentement, plusieurs fois, sa paume sur la couette recouverte d'une simple housse blanche, ses yeux suivant le mouvement de sa main. Elle les releva en même temps qu’elle mettait fin à sa caresse. Un jour, Mark m’a dit que tu ne ramenais jamais aucune femme chez toi.

    Il ne t’a pas menti. Derek vint s’asseoir à ses côtés, pendant garde toutefois de ne pas être trop proche, comme s’il avait peur de l’effaroucher. Personne n’était encore jamais venu ici, à part Mark. Et ma femme de ménage. Elle a quarante-cinq ans et elle n’est pas du tout mon genre. Meredith resta imperturbable. Elle a de la moustache, se sentit-il obligé de préciser. Alors, tu vois…

    Cette fois, elle daigna sourire. Elle était heureuse qu’il se soit enfin décidé à l’amener chez lui mais en même temps, elle n’arrivait pas à s’ôter de l’esprit qu’il ne l’avait fait que parce qu’il voulait la faire fléchir en frappant un grand coup. Elle le connaissait assez pour savoir qu’il était prêt à tout pour remporter la bataille qu’ils étaient en train de se livrer. Pourquoi m’avoir fait venir chez toi, Derek ? Tu joues ton dernier va-tout ?


  • Commentaires

    1
    Butterfly
    Mardi 16 Juillet à 21:16

    Vraiment très chouette la péniche de Derek ! C'est vrai que c'est assez simple. La chambre d'amis est même élémentaire biggrin

    Maintenant, voyons la suite de la discussion. Est-ce que ça va permettre à Meredith de commencer à pardonner ? 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :