• CHAPITRE 845

    Durant le reste de la journée, Meredith exécuta son travail machinalement. Plongée dans ses pensées, elle ne prêta même pas attention aux messes basses de Cristina et Izzie qui, évidemment, n'avaient rien perdu de la scène qui s'était déroulée sur la terrasse. La seule chose qui préoccupait la jeune fille, c'était d'essayer de comprendre pour quelle raison Derek avait réagi de cette façon mais elle avait beau y réfléchir, elle n'en voyait aucune de valable. Ce qui la minait aussi, c'est qu'elle ignorait si cette dispute aurait des conséquences sur leur couple. Derek était tellement excessif parfois ! Et s'il décidait de la quitter ? L'espace d'une seconde, elle avait envisagé de lui téléphoner pour tâter le terrain, voir quel était son état d'esprit, tenter une réconciliation, mais elle s'était vite ravisée, estimant que ce n'était pas à elle de faire le premier pas. Alors, elle avait guetté l'appel ou du moins un message de son amant. Au fur et à mesure que les heures s'écoulaient, elle avait dû se faire une raison, il ne se manifesterait pas. Petit à petit, la tristesse avait fait place à la colère. Elle n'avait rien fait de mal alors, il n'avait pas le droit de la traiter comme une coupable. Au contraire, il aurait dû comprendre que ce n'était pas facile pour elle non plus et la soutenir. Après tout, il était le premier à l'inciter à reprendre ses études et à ne se laisser influencer par personne quant à son choix de vie. Personne sauf lui apparemment ! Ah qu'il était agaçant quand il agissait comme si tout tournait autour de lui ! Enervée, Meredith résolut de se montrer froide et distante quand elle se retrouverait en sa présence, afin de lui faire comprendre qu'elle n'était pas disposée à tout accepter de sa part.

    De son côté, Mark était de bien meilleure humeur. La perspective de donner une première leçon de conduite à Meredith et donc de passer quelques heures avec elle le réjouissait. Cependant, un problème se posait à lui et il était de taille : le Hummer. Ce n’était pas le véhicule idéal pour apprendre à conduire, surtout quand on était petite et frêle comme Meredith. L'imaginer au volant de son char d'assaut suffisait à Mark pour comprendre qu'elle ne se sentirait pas en confiance et que cela ruinerait la leçon. Il traversait le hall de la clinique en envisageant de louer une voiture qui serait plus à la taille de la jeune fille quand il remarqua trois jeunes infirmiers qui discutaient devant la machine à café. Dans un mouvement impulsif, il les rejoignit. Dites donc, les garçons, commença-t-il, ce qui fit sursauter les jeunes gens qui ne l'avaient pas vu venir. Y en a-t-il un parmi vous qui ait une voiture ? Un des trois garçons leva timidement la main. Quel modèle ? l’interrogea Mark.

    Une Ford Mustang GT de 1999, répondit le jeune homme d'une voix mal assurée, en essayant de se souvenir quelle bêtise il avait pu commettre avec sa voiture qui lui attire les foudres du chirurgien.

    Très bien, ça fera l’affaire, décréta Mark. J’en ai besoin pour la soirée. Il mit la main à sa poche pour en sortir son portefeuille d'où il extirpa un billet de cent dollars. Voilà pour le dédommagement. Je suppose que c’est suffisant.

    Euh… oui, je pense, balbutia l’infirmier, sans oser demander en quoi sa vieille guimbarde pourrait être utile au chirurgien, lui qui était l'heureux propriétaire d’une petite merveille de technologie. Ou alors, vous gardez vos cent dollars et moi, je garde votre Hummer jusque demain, proposa-t-il soudain, au grand étonnement de ses camarades qui ne lui connaissaient pas un tel toupet. On ferait un échange en quelque sorte.

    Son aplomb amusa Mark. Ho ne rêve pas non plus ! répliqua-t-il en souriant. En temps normal, il n'aurait peut-être pas été aussi conciliant mais l'idée qu'il allait damer le pion à Derek en apprenant à conduire à sa petite amie le faisait planer. Bon, alors, tu le prends, ce billet, ou je dois m’adresser à quelqu’un d’autre ? bougonna-t-il pour tout de même sauver sa réputation. Le jeune homme s'empressa de prendre l’argent et remit sa clef de voiture en échange. Après s'être fait expliquer où se trouvait le véhicule, Mark le remercia d'une tape sur l'épaule et s’éloigna en sifflotant.

    Je vais faire une course, annonça Meredith après avoir passé la serpillère dans la salle principale. Elle prit son sac et sortit d'un pas décidé, motivée par une toute nouvelle volonté, celle de ne plus se laisser abattre et de prouver à Derek qu'elle pouvait très bien se débrouiller sans lui. Elle remonta le boulevard sur un bon kilomètre avant de bifurquer sur Divisadero Street, poursuivant son chemin jusqu'à ce qu'elle arrive devant une librairie. Quelques minutes plus tard, elle en ressortit le sourire aux lèvres en serrant un livre sur sa poitrine. Elle était presque arrivée à la boutique quand une voiture la klaxonna. Elle se retourna vivement, s'apprêtant à invectiver celui qui osait ainsi l'importuner, quand elle reconnut Mark au volant d’une vieille Ford Mustang noire

    Hey Miss ! la héla-t-il en arrêtant la voiture à son niveau.

    Meredith s’approcha en souriant. C'est quoi, ce vieux tacot ? demanda-t-elle en passant la tête à la vitre de la portière pour embrasser la joue de son ami. Tu en as eu marre de ta voiture ?

    Mark fit semblant d'être choqué. Renoncer à mon bijou pour cette caisse ? Jamais de la vie ! En fait, je l'ai empruntée pour ta première leçon de conduite.

    Meredith se vexa un peu à l'idée qu'il ait jugé utile d'emprunter cette vieille voiture, dont la carrosserie était cabossée par endroits, pour lui apprendre à conduire. Toi aussi, tu as peur pour ta voiture ? dit-elle sur un ton un peu amer. Bonjour la confiance !

    Elle s'écarta de la voiture et Mark devina qu'elle allait tourner les talons. Il la retint par la main. Arrête de dire des conneries ! Elle le fusilla du regard ce qui le fit rire. Je m'en tape, moi, de ma voiture. Mais pour une première leçon, cette bagnole sera plus pratique que mon tank, tu ne crois pas ?

    Un peu gênée, Meredith rougit légèrement. J'avais pas pensé à ça, reconnut-elle.

    Il lui sourit tendrement. Allez, va chercher tes affaires, princesse. Ton carrosse t’attend.


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Samedi 19 Janvier à 20:31

    Bonsoir à tous, ce n'est pas Mark qui boudera son plaisir bien au contraire il en profitera au maximum comment joindre l'utile à l'agréable ? yes. J'aimerais bien savoir le titre du bouquin qu'elle a acheté dans cette librairie. Bon samedi soir en ce 19 janvier 19.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :