• CHAPITRE 842

    La colère de Meredith, qui n'était d'ailleurs pas dirigée contre Mark, retomba d’un coup. Quelles que soient les circonstances, il arrivait toujours à trouver les mots et les gestes pour la réconforter. Elle avait particulièrement apprécié qu’il prenne son parti contre celui de Derek, alors que celui-ci était son meilleur ami et depuis bien plus longtemps qu’elle. Oui, elle avait beaucoup de chance d’avoir trouvé un ami aussi fidèle mais cette certitude n’atténuait en rien la tristesse qui était la sienne devant l’attitude injustifiée de l’homme qu’elle aimait. Quel con ! marmonna-t-elle pour elle-même.

    Mark la prit par les épaules pour la faire sortir de la pièce. Allez, viens, murmura-t-il avec toute la tendresse qu’il éprouvait pour elle, en la tenant étroitement contre lui. Tout va s’arranger, ne t’en fais pas. Revenu sur la terrasse, il lui présenta galamment une chaise pour qu’elle s’y installe. Tu vas commencer par manger un peu, exigea-t-il. Après, on pourra discuter. Pendant qu’elle s’asseyait, il se tourna vers la boutique et claqua des doigts à plusieurs reprises pour attirer l'attention d'Alex qui observait les passants depuis le seuil de la boutique. Rends-toi utile, apporte-nous du café chaud, dit-il au jeune homme qui venait vers lui.

    Meredith le gronda gentiment. Il n'est pas un animal. Ce n'est pas gentil de claquer des doigts pour l'appeler.

    Mark s’assit à côté d’elle, rapprochant au maximum sa chaise de la sienne. Qu’est-ce que tu aurais voulu que je fasse ? Des courbettes ? Je n’ai pas envie de faire des efforts avec ce type, Mer. C’est un connard ! asséna-t-il d’un ton sans réplique. Mange, allez, mange ! Il lui tendit un muffin au chocolat. Mords-moi là-dedans. Comme elle soufflait pour marquer son agacement, il insista en prenant un air sévère qui n'était pas vraiment convaincant. Tu ne te lèveras pas tant que tu ne l’auras pas terminé, de toute façon. Meredith se mit à rire et prit le gâteau dans lequel elle mordit à belles dents. Mark ne la quitta pas des yeux jusqu’à ce qu'elle ait avalé la dernière miette du muffin. Tiens, prends-en encore un, lui proposa-t-il en lui tendant la corbeille en osier.

    Elle la repoussa en secouant la tête. Non, non merci, mais je ne pourrais plus rien avaler. Si ça n'avait tenu qu'à moi, je n'aurais rien mangé. J’ai déjà fait un énorme effort pour te faire plaisir.

    OK, alors, je n’insiste plus. Mark reposa les pâtisseries sur la table et prit la main de la jeune fille entre les siennes. Tu n’étais pas sérieuse quand tu as dit que tu n'irais pas à l’université ? Pas à cause de cette histoire de permis tout de même ? C’est rien, ça, Mer, juste un détail. Quand je pense à ce que tu as fait avec mes recherches… Ce permis, tu vas l’obtenir sans problèmes, c'est sûr. Il lui adressa un sourire complice. Tu es tellement douée pour tout.

    Faudrait déjà que je trouve quelqu’un qui veuille bien m’apprendre à rouler, répliqua-t-elle. Et c'est clair que je ne dois pas compter sur Derek pour ça !

    Faudrait peut-être que tu demandes à la bonne personne, répondit Mark avec un petit sourire malicieux.

    Meredith le regarda, pleine d’espoir. Tu parles de toi ? Tu voudrais bien ?

    Comme si tu ne le savais pas !

    Touchée par son offre, Meredith posa la tête contre l'épaule de son ami. Merci. Je ne sais pas ce que je ferais sans toi. Tu es toujours là pour moi quand j'en ai besoin. Elle se redressa et plongea ses yeux dans ceux de Mark. En plus, c’est moi qui devrais te remonter le moral. Tu as d’autres choses à penser pour le moment qu’à mes petits problèmes. Les larmes lui montèrent aux yeux à la pensée du drame auquel il allait sans doute devoir bientôt faire face.

    Elle était tellement généreuse qu'elle pensait toujours aux autres avant de penser à elle. Comment Derek pouvait-il ne pas se rendre compte de la chance qu’il avait eue de tomber sur une fille comme elle ? C’était le genre de rencontres qu’on ne faisait qu’une fois dans sa vie et cet idiot était en train de tout gâcher ! Ne pleure pas, Mer, supplia Mark. Si tu pleures, je vais devoir te prendre dans mes bras pour te consoler et les gens vont jaser. Ça va ruiner ta réputation.

    Meredith essuya ses yeux d'un revers de la main en pouffant de rire. T’es bête !

    Mark lui sourit avec un air satisfait. Mais je parviens à te faire rire. Mission accomplie ! Je préfère te voir rire que pleurer, lui confia-t-il, heureux d’avoir su trouver les mots qui avaient chassé ses tristes pensées. Et ne t’inquiète donc pas pour ton permis. Avec moi comme prof, tu vas le passer les doigts dans le nez.

    Merci. J'ai envie de prouver à Cristina que je ne suis pas aussi débile qu'elle le croit, avoua Meredith. Et puis, depuis que je suis arrivée ici, je n'ai pas vécu grand-chose de bien, à part ma rencontre avec toi et Derek, alors j'ai envie d'avoir quelque chose de positif, tu comprends ? Mark opina de la tête. Il venait de réaliser que, contrairement à ce que Derek et lui avaient imaginé dans un trop grand élan d’optimisme, elle ne s’était pas totalement remise du drame qu’elle avait vécu. Elle était encore fragile et le moindre incident pouvait la plonger dans le désespoir, c’était perceptible. Il ne permettrait pas que cela se produise. Non, rien ni personne ne lui ferait encore du mal, il serait là pour y veiller. Je dois retourner travailler, dit-elle en se mettant debout.

    Mark l'imita. Tu peux bien rester encore un instant.

    Non, il vaut mieux que j'y aille. Ça fait deux fois que Cristina passe sa tête à la porte. Je n'ai pas envie de subir ses remarques encore une fois.

    Mark lui caressa la joue. Ne t’en fais pas. Si elle te dit quoi que ce soit, elle aura affaire à moi. Il l'embrassa sur le front et lui adressa un clin d’œil complice avant de reprendre le chemin de la clinique.


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Jeudi 10 Janvier à 19:38

    Bonsoir à tous, merci pour ce nouveau numéro 842, 

    Il a acheté ses bouquins maintenant il va devenir son moniteur d'auto-école il en fait vraiment plus que Derek un peu trop même mais que voulez-vous je pense qu'il aimerait que les choses soient différentes mais encore faut-il que son meilleur ami soit présent et au rendez-vous? 

    Bon jeudi soir  à tous en ce 10 janvier 2019 .

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :