• CHAPITRE 841

    Mark se campa sur la terrasse, cherchant à apercevoir Meredith à travers les vitres de la boutique. Il la vit derrière le comptoir, le visage ravagé, et comprit qu’elle luttait pour ne pas éclater en sanglots. Il pensait avoir atteint le paroxysme de la colère quelques minutes plus tôt mais s’aperçut qu’il n’en était rien en sentant une nouvelle flambée de rage l’envahir. Lui et Derek s’étaient souvent disputés, avec plus de violence même parfois, mais jamais il n’avait ressenti autant de colère contre son ami. Il lui en voulait tellement pour tout le mal qu’il faisait à Meredith. La pauvre ! Elle ne méritait vraiment pas ce qui lui arrivait. Il l'observa encore un instant, le cœur serré.

    De son côté, Meredith était partagée entre la colère et une tristesse infinie. Elle ne comprenait pas du tout pour quelle raison Derek s’en était pris à elle de cette façon. Jamais encore, il ne lui avait parlé sur ce ton. Quelle différence entre la tendresse qui transpirait de sa voix quand il lui avait téléphoné la veille et les paroles froides, coupantes qu’il venait de lui asséner ! Elle avait beau y réfléchir, elle ne voyait pas pourquoi il lui en voulait autant. Sa seule faute était d’avoir refusé de passer la soirée avec lui pour étudier. Et encore, elle n’appelait pas ça une faute. Il n’arrêtait pas de lui répéter qu’elle devait faire ce qu’elle estimait bien pour elle, sans s’occuper des autres. Eh bien, c’était ce qu’elle avait fait. Mais manifestement, quand il était concerné, Derek se montrait beaucoup moins tolérant. L'envie de pleurer devenant trop forte, elle se refugia dans l’arrière-salle pour fuir les regards curieux et moqueurs des clients et de ses collègues. Après avoir refermé la porte derrière elle, elle se laissa glisser par terre et se cacha le visage dans les mains, en repensant à la façon dont Derek l’avait rabrouée d'une façon qui confinait presque à de l'acharnement. Qu’il la garde, sa foutue bagnole ! grogna-t-elle entre ses dents avant de se mettre à pleurer, autant de chagrin que de rage.

    Lorsque Mark la vit entrer dans l’arrière-boutique et fermer la porte, il pressentit que cela n’avait rien à voir avec le travail. Cette petite semblait avoir grand besoin de réconfort. Il pénétra sans hésiter dans la boutique et traversa la salle d'un pas décidé pour rejoindre son amie. Dédaignant Cristina qui l’apostrophait, il entra dans la deuxième pièce et fut atterré en découvrant Meredith assise par terre, le corps plié en deux, le visage enfoui dans ses mains. Il referma la porte en douceur et s’accroupit devant à la jeune fille. Mer, murmura-t-il pour lui signaler sa présence, en lui passant la main dans les cheveux, les soulevant à la hauteur de la nuque pour pouvoir caresser celle-ci.

    Laisse-moi, chuchota-t-elle sans bouger d'un pouce.

    Mark fit claquer plusieurs fois sa langue contre son palais. Ah non, ça, n’y compte pas ! Je ne peux pas te laisser comme ça. Sa main quitta la nuque pour rejoindre le menton qu’il souleva, afin d’obliger la jeune fille à relever la tête.

    Elle plongea ses yeux dans les siens. Bouleversé par sa détresse, il essuya du bout de l’index une larme qui s'était arrêtée sur le bout du nez. Il a vraiment été ignoble avec moi, constata-t-elle d’une voix sourde.

    Mark haussa légèrement les épaules. Ouais, je sais. Il s’est conduit comme un gros connard, c’est vrai. Il eut un sourire empreint de regret. Tu sais comment il est, dit-il en sortant un mouchoir pour sécher le reste de ses larmes. Bien qu’il n’ait nullement envie de prendre la défense de son ami, il se sentit obligé de le faire pour essayer de remonter le moral de Meredith. Mais je suis certain qu’il ne pensait pas un mot de ce qu’il t’a dit.

    Meredith se redressa, le regard flamboyant de colère. Peut-être ! Mais ça n’excuse pas son attitude. Non mais tu as entendu comme il m'a parlé ? J'ai eu l'impression d'être une criminelle. Et quand il a dit que j’allais bousiller sa voiture ! Monsieur a peur pour sa Porsche ? ironisa-t-elle.

    Mais non, assura Mark en se relevant. Il n'en a rien à foutre de sa caisse. Il était énervé, il a dit n’importe quoi. Il lui tendit la main pour l'aider à se mettre debout. De toute façon, tu n’aurais pas pu apprendre avec la Porsche, la boite de vitesses n'est pas automatique, ajouta-t-il en reprenant l’argument de Derek.

    Meredith fit une moue boudeuse. Eh bien, tant pis. Et comme je suis trop conne pour apprendre à conduire, ce n'est pas la peine que j'aille à l'unif non plus. Comme ça, le problème est réglé.

    Mark se campa devant elle, l'air abasourdi. Pardon ? C’est une plaisanterie ? Tu te fous de moi, là ?

    Est-ce que j’en ai l’air ?

    Mark soupira. Comme d'habitude, c'était Derek qui avait déclenché la crise et c'était lui qui devait essuyer les plâtres. Ecoute, tu es trop énervée pour discuter valablement, dit-il avec douceur. Cette conversation ne nous mène à rien. On va retourner à notre table, tu vas terminer ton petit-déjeuner et on discutera de tout ça après. Il la prit par la main et la tira légèrement pour l'amener jusqu'à la porte.

    Elle lui résista. J’ai pas faim, maugréa-t-elle. Et j'ai pas le temps, j'ai du travail qui m'attend. Cristina a raison, comme je ne vais pas aller à l'unif, je dois m'investir à fond ici.

    Agacé par cette provocation, Mark grogna de dépit. Franchement, y’a des paires de claques qui se perdent, Mer.

    Meredith le défia du regard. Essaie pour voir !

    Mark lui adressa un sourire teinté de tendresse et d’amusement. Ne me tente pas. Il sourit devant son air scandalisé. Ho je plaisante ! Crois-moi, s’il y a bien une chose à laquelle je ne pense jamais quand je suis avec toi, c’est à te frapper ! assura-t-il en avançant la main pour lui caresser la joue.


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Mercredi 9 Janvier à 11:21

    Bonjour à tous,

    Il est vraiment gentil merci à lui d' être là.

     Dans quel état elle est qu' est-ce ça va être quand elle va apprendre pour la tromperie ? J' ai peur...

    Bonne journée à tous.

    2
    Butterfly
    Lundi 14 Janvier à 18:33

    Moi aussi mais d'un autre coté, je pense que Meredith est bien plus forte qu'on croit et je pense que quand elle va apprendre que Derek l'a trompée, nous allons découvrir une autre personne, bien plus déterminée

      • Nolcéline 97234
        Samedi 19 Janvier à 22:37

        Bonsoir à tous, 

        Tu as peut-être raison on verra bien smile. Bonne nuit de samedi à tous.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :