• CHAPITRE 827

    Meredith se laissa tomber sur le canapé. Elles se sont moquées de moi parce que je voulais reprendre des études. Cristina surtout. Elle dit que je me suis laissé bourrer le crâne par Derek et toi mais que je n'ai pas le niveau pour aller à l'université et que je ferais mieux de m'investir dans la boutique. Elle caressa Murphy qui venait de s'allonger à ses pieds.

    Mark s'assit à côté d'elle en soupirant. Je ne sais plus comment te le dire, Mer. Ces gonzesses sont jalouses de toi et elles le seront toujours, quoi que tu fasses. Il remarqua la bouteille de tequila sur la table et se tourna vers la jeune fille avec un étonnement mêlé d’amusement. Tu bois de la tequila, toi ?

    Meredith rougit de confusion. Normalement non mais ce soir… Cette discussion avec Cristina et puis le fait que je sois seule ici, et que je n'arrive pas à joindre Derek… j'avais besoin d'un coup de fouet. Je sais, c’est idiot, mais bon…

    Bah pas si idiot que ça, je trouve. Un petit verre n’a jamais fait de mal à personne, après tout. Mark saisit la bouteille. Tu m'en offres un ?

    Plusieurs même, si tu veux. Meredith courut jusqu'à la cuisine pour lui chercher un verre. Quand elle revint, il était en train de feuilleter le manuel de physique. J'avais l'intention de réviser ce soir mais avec tout ce qui s'est passé, je n'en ai pas eu le courage, lui avoua-t-elle.   

    Ce qui explique le besoin de tequila, se moqua gentiment Mark en lui faisant signe de s’installer à côté de lui. Il emplit leurs deux verres à ras-bord et vida le sien d’un trait, avant de faire claquer sa langue contre son palais. Ah putain, ça nettoie ! Il écarquilla les yeux en voyant Meredith qui buvait la tequila à petites gorgées. Qu’est-ce que tu me fais, là ?

    Elle posa sur lui un regard sincèrement étonné. Pourquoi tu dis ça ? Je bois, ça se voit, non ?

    C'est ce que tu appelles boire, toi ? Il secoua la tête en levant les yeux au ciel. Moi, j’appelle ça siroter. Et la tequila, ça ne se sirote pas, ça se boit cul sec. Il se servit un deuxième verre qu’il vida aussitôt. Comme ça ! Meredith l’imita et sentit immédiatement l’alcool lui brûler l’arrière-gorge. Elle se mit à tousser. Bienvenue dans le monde des grands ! s'exclama Mark en riant. Il la prit contre lui et lui passa lentement les mains grandes ouvertes dans le dos, depuis ses épaules jusqu'au creux de ses reins. Il n’était pas persuadé du bien-fondé de sa méthode pour faire cesser la toux mais c’était tellement bon de la serrer contre lui. Elle cessa de tousser, sans qu’il arrête ses caresses cependant.

    Meredith mit fin à l’étreinte en s’écartant pour lui tendre son verre. Tu as raison, ça fait plus d'effet comme ça.

    Mark lui versa une autre dose de tequila. Donc, tu as décidé de te saouler. Toute seule. C’est triste, ça ! Il s’enfonça dans le canapé et admira son profil, tandis qu’elle se renversait légèrement en arrière pour boire. Le mouvement qu’elle fit projeta sa poitrine en avant, en tendant le tissu de son sweat. Mark eut une bouffée de chaleur, qu’il tenta de calmer aussitôt en se répétant mentalement ce qui était devenu son premier commandement. C’est ton amie et la copine de ton meilleur ami, alors pas touche !

    Meredith tendit la main vers les manuels qu'il avait déposés sur la table. Ça fait au moins trois fois que j'essaie de m'y mettre mais je n'y arrive pas. Plus je lis la matière, plus je me rends compte que je n'y comprends rien. Et puis, pour être honnête, je déteste vraiment les sciences alors, ça ne me motive pas à faire des efforts. Et j'ai vraiment du mal à me concentrer. Elle secoua la tête. Je crois que Cristina a raison. Je suis en train de perdre mon temps. Je ferais mieux de laisser tomber, conclut-elle avec un air découragé.   

    Mark souffla bruyamment. T’en as pas marre de ce discours ? J’ai l’impression d’avoir déjà vécu cette scène des dizaines de fois.

    Mais oui, parce que c'est une évidence ! répliqua Meredith. Je vise trop haut. Tout le monde n'est pas fait pour faire des études de ce niveau.

    Mark remplit à nouveau leurs verres. Tiens, bois encore. Ça te fera peut-être voir les choses sous un angle un peu plus positif.

    Ça m'étonnerait ! déclara Meredith avant de boire la tequila d'un trait. Elle ressentit une énorme bouffée de chaleur qui fit perler des gouttes de sueur au-dessus de sa bouche et sur son front. Hou, ça donne chaud, ça ! Elle retira prestement son pull, causant un grand émoi chez Mark qui s'attendait à la découvrir en soutien-gorge. Malheureusement pour lui, en-dessous du pull, il y avait un débardeur noir.

    La respiration de Mark s’accéléra car, malgré tout, ce petit haut très moulant au décolleté arrondi lui laissait voir la naissance des seins de la jeune fille dont les pointes se dessinaient nettement dans le tissu. Il n’avait qu’à tendre le bras pour… Non, tu ne peux pas faire ça, se dit-il. Et pense à autre chose ! Elle t’a appelé pour lui remonter le moral, pas pour autre chose. Elle est comme la petite sœur que tu n’as jamais eue. Et de toute façon, ce n’est pas toi qu’elle veut !

    Meredith se serra contre lui. Tu penses que j'ai tort d'être aussi défaitiste ? Tu crois vraiment que je peux y arriver ?

    Evidemment ! Je crois en toi, Mer. Vraiment. Je sais que tu peux renverser des montagnes si tu le veux, s'emballa-t-il sous l'effet de l'alcool. Il faut juste que tu croies en toi, toi aussi.


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Lundi 31 Décembre 2018 à 22:51

    Bonsoir à tous, oui il a raison yes. Ceci  dit j'espère que le chirurgien ne va pas en profiter … Bonne nuit à tous.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :