• CHAPITRE 796

    Mark essayait-il de lui faire comprendre que Derek s’était lancé dans la lecture de la biographie de Martin Luther King pour se rapprocher d’elle ? Meredith avait du mal à y croire. Sérieux ? A ce point-là ?

    Mark se méprit sur le sens de la question. Je crois bien. Il la regarda tendrement. Aimer, c’est l’écouter même quand elle n’a rien à dire, la comprendre jusque dans ses silences. C’est trouver les corvées agréables parce qu'on les fait ensemble. Il se releva et alla ouvrir une armoire, en feignant d’y chercher quelque chose, juste pour lui cacher son trouble. Jouer à ce jeu était une vraie folie mais maintenant qu’il était lancé, il n’avait plus envie de s’arrêter. Peut-être n’aurait-il jamais une autre chance de lui dire tout ce qu’elle lui inspirait. C’est rêver tous les deux à des choses impossibles et croire qu’elles peuvent se réaliser. Mais l’amour, c’est aussi… Tout à coup, il se retourna vers elle et lui lança un regard éperdu. C’est aussi se sentir mal quand elle ne va pas bien, ressentir la douleur quand elle souffre, le vide quand elle n’est pas là. Ses yeux se perdirent au loin. C’est renifler ses vêtements, enfouir son nez dans son oreiller pour retrouver son parfum. Aimer, c’est… Sa voix se brisa un instant. C'est beaucoup de souffrances, de dangers, de risques à prendre, d'obstacles à franchir, de larmes… Mais c'est le prix à payer pour ressentir cet incroyable et inexplicable sentiment, qui vous fait vous sentir vivant. Incroyablement vivant ! L’amour, ça se vit, ça ne se comprend pas. Un jour, on se réveille et on sait qu’il est là, c'est tout.

    Pour parler de l'amour de cette façon, il fallait l'avoir connu. Meredith eut la conviction que son ami, ce séducteur qui enchainait les conquêtes les unes après les autres, avait vécu un vrai grand amour, une histoire qui s'était plus que probablement mal terminée et qui avait sans doute déterminé la vie qu'il menait maintenant. En le voyant aux prises avec une émotion qu'il peinait à contenir, les yeux fixant un point au loin, elle eut la confirmation qu'il n'était pas l'homme qu'il prétendait être. Alors, c'est oui, chuchota-t-elle.

    De quoi tu parles ? s'enquit Mark avec un air intrigué.

    Il n'y a pas longtemps, je t’ai demandé si tu avais déjà été amoureux, lui rappela Meredith. Tu m’as raconté des bobards pour ne pas me dire la vérité mais… Maintenant, j'en suis certaine, tu l'as déjà été. Peut-être que tu l'es encore même.

    Mark se fustigea intérieurement de s’être laissé aller à s'épancher de façon aussi impudique. Maintenant, Meredith allait insister pour connaitre son histoire et il savait qu'elle ne le lâcherait plus tant qu’il ne la lui aurait pas racontée. Il essaya encore de s’en tirer par une plaisanterie. Moi, amoureux ? Les poules auront des dents quand ça arrivera.

    Tu peux dire ce que tu veux, je suis sûre d'avoir raison, s'entêta Meredith. Frissonnant de froid, elle referma les bras sur sa poitrine.

    Et toi, tu es en train d'attraper la crève, répliqua Mark en revenant auprès d'elle. Pas étonnant, avec juste une chemise. Il enleva sa robe de chambre et la posa sur les épaules de la jeune fille avant de s'asseoir à côté de celle-ci. Elle était là, avec lui, dans cette pièce plongée dans le noir, et il se posait tant de questions. C’était peut-être le moment d’avoir des réponses. Et s’il n’en obtenait pas, tant pis. Il saurait se contenter de ce qu’elle était prête à lui donner. Il lui passa un bras autour des épaules pour la ramener contre lui. Viens là, je vais te réchauffer.

    Meredith appuya sa tête contre le torse de son ami. Alors, tu me racontes ? Il souffla bruyamment. Mark, pour que tu parles de l'amour de cette façon, c’est que tu l'as connu. Ce n'est pas possible autrement.

    Arrête de dire n’importe quoi ! bougonna-t-il en resserrant son étreinte.

    Et toi, arrête de nier l'évidence, riposta Meredith. Et dis-moi plutôt ce qui s'est passé. Pourquoi ça n’a pas marché ?

    Voilà, Mark avait vu juste. Elle ne le lâcherait pas tant qu’il ne lui aurait pas parlé. Il soupira. L’histoire est tristement banale. Elle en aime… elle en aimait un autre, se reprit-il immédiatement. Elle, c’est toi, continua-t-il dans sa tête. L’autre, c’est mon meilleur ami. Il t’aime aussi, même s’il le nie et qu’il se conduit comme un con. Et moi… moi, cette situation me tue. Il ne put retenir les larmes qui lui montaient aux yeux et se reprocha d’être devenu soudainement aussi sentimental.

    En relevant la tête vers lui, Meredith constata que ses yeux brillaient de larmes contenues et elle en fut bouleversée. Mark, qui donnait tout le temps l'impression que rien ne pouvait l'atteindre, était en train de pleurer sur son amour perdu. Oh Mark, je suis désolée. Mais est-ce qu'elle a su que tu l'aimais au moins ?  Tu lui as dit ?

    Il haussa les épaules. Pourquoi est-ce que je lui aurais dit ? Cela n’aurait servi à rien de toute façon.

    Mais ça, tu n'en sais rien, s'écria Meredith. Peut-être qu'elle attendait que tu…

    Mark lui coupa la parole. Elle n’attendait rien du tout et certainement pas moi.

    Alors, ça veut dire que cette fille n'était pas faite pour toi, estima Meredith en lui glissant une main dans les cheveux, comme elle l’aurait fait pour consoler un enfant.

    Ça, je le sais. C’est d’ailleurs pour ça que je ne lui ai rien dit, répondit Mark. Tu mérites tellement mieux que moi, Mer, pensa-t-il. Le problème, c'est que Derek ne te mérite pas non plus. Mais lui, tu l'aimes.


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Samedi 20 Octobre à 11:30

    Bonjour à tous, 

    Pauvre Mark il souffre cry. Après l'histoire des chaussures qu'il  ne souhaitait plus remettre parce que la jeune femme ne les aimait pas voilà qu'il s'intéresse à ce qu'elle aime alors que je ne suis même pas sûre que Derek son chéri le fait. 

     Pour l'instant elle pense qu'il parle de quelqu'un d'autre mais elle est maligne, intelligente , perspicace elle finira un jour par deviner et comprendre qu'il parle d'elle le médecin joue à un jeu dangereuxno.

    Bon samedi matin en ce 20 octobre 2018 et merci pour ce chapitre 796. 

    2
    Spring
    Dimanche 21 Octobre à 12:25

    Mark est de plus en plus accroché à Meredith. J'espère qu'il va arriver à surmonter ça sans séparer Meredith et Derek ...ouch

    3
    Butterfly
    Dimanche 21 Octobre à 12:46

    C'est certain, partir en vacances ensemble n'était pas une bonne idée. Avant Aspen, Mark s'était amouraché de Meredith mais maintenant il a complètement craqué pour elle et je trouve qu'il devient de plus en pus imprudent autant dans ses propos que dans ses actes. Si jamais Derek débarque à l'improviste, il n va pas apprécier de trouver sa petite amie en petite tenue dans les bras de son meilleur ami vêtu seulement d'un boxer. Et je trouve Meredith vraiment naïve et confiante. Même si elle ne se doute pas du tout des sentiments de Mark, elle devrait quand même trouver certaines choses bizarres, comme le fait d'être à moitié nue dans les bras d'un homme à moitié nu qui lui tient ce genre de discours. Tout cette situation devient vraiment explosive 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :