• CHAPITRE 767

    Abasourdie, Meredith vit la tête de son amant disparaitre à nouveau. Quelques secondes plus tard, elle entendit la douche qui coulait. Comment osait-il lui faire une telle chose ? Non seulement il l'abandonnait après lui avoir fait des reproches infondés et immérités, mais en plus il allait la faire garder par son ami, comme on le fait avec un enfant ou un animal de compagnie. Car très certainement, il avait demandé à Mark de se sacrifier pour la distraire ou pour la surveiller. Blessée dans ses sentiments et dans son amour-propre, se sentant même humiliée, elle s'enfonça sous la couette et ferma les yeux non pas pour trouver le sommeil, mais pour cacher les larmes qui venaient d'envahir ses yeux.

    Conscient de lui avoir fait de la peine, Derek se précipita sous la douche. Il avait hâte de quitter la maison pour fuir l'ambiance pesante qui s'était installée entre la jeune fille et lui, mais aussi et surtout la culpabilité qu'il ressentait à chaque fois qu'il croisait son regard triste et plein d'incompréhension. Il s'en voulait de faire peser sur elle le poids de son histoire et des traumatismes que cela avait fait naitre en lui. C'était profondément injuste, il le savait. Pour y remédier, il ne voyait que deux solutions, affronter les fantômes de son passé ou se séparer de Meredith, mais il n'était capable ni de l'un ni de l'autre. Il ne pouvait rien faire d'autre que de poursuivre cette fuite en avant dans laquelle il s'était engagé depuis plus de dix ans et qui, aujourd'hui, consisterait à dévaler les pistes de ski à toute allure pour ne plus penser à rien.

    Quinze minutes plus tard, il revint dans la chambre sur la pointe des pieds, espérant pouvoir en sortir le plus rapidement possible. Il fut soulagé de voir que Meredith avait toujours les yeux fermés. La connaissant, il était presque certain qu'elle faisait semblant de dormir mais cela lui convenait très bien. Il n'avait aucune envie de se relancer dans une discussion où il serait sans doute amené à se positionner par rapport aux attentes de Meredith et où, sous l'effet de la contrariété, les mots risqueraient de dépasser ses pensées. Dans un cas comme dans l'autre, leur relation serait en danger et aussi étonnant que cela fût pour lui, c'était quelque chose qu'il voulait éviter à tout prix. Il se pencha sur son amie et l'embrassa sur le front avant de sortir de la chambre.

    Il avait à peine refermé la porte que Meredith, désespérée, se mettait à pleurer. Jusqu'à la dernière seconde, elle avait espéré qu'il changerait d'avis ou que du moins, il lui demanderait de l'accompagner. Au lieu de cela, il avait pris la fuite sans un mot, se contentant de lui donner ce baiser fraternel qui augurait du pire. Elle s'en voulut d'avoir feint de dormir. Si elle n'avait pas eu cette attitude que maintenant, elle trouvait puérile, Derek aurait été obligé de lui parler, elle aurait peut-être pu renouer le dialogue, lui expliquer qu'elle ne voulait pas le piéger et alors, il serait resté avec elle. Mais maintenant, il était parti et elle allait se morfondre toute la journée, avec Mark en guise de baby-sitter. Elle l'adorait mais en cet instant, il était la dernière personne qu'elle avait envie de voir.

    Derek déboula dans le salon et se trouva quasiment nez à nez avec Mark qui revenait de la cuisine. Après l'avoir regardé sévèrement, ce dernier le contourna pour aller s'asseoir au salon. Derek se tourna vers Callie. On y va ? lui demanda-t-il, pressé de s’en aller.

    Je t'attendais, répondit-elle avec un grand sourire. Elle déposa sa tasse vide dans l'évier et sortit sur le palier.

    Meredith est restée dans la chambre, mentionna Derek à l’intention de Mark. Elle va essayer de dormir encore un peu, je pense.

    Pas de problèmes ! répondit Mark avec la même froideur. De toute façon, je reste là, moi !

    Derek préféra ne pas relever cette ultime pique. Se disputer avec Mark ne ferait pas avancer les choses, d'autant plus qu'il n'était pas certain d'avoir les bons arguments pour remporter la bataille. Quand il se retrouva dans la rue, ce fut comme si un poids se retirait de son cœur et il eut l'impression de respirer plus facilement. Il allait s’offrir une journée de répit, loin de Meredith et des questions qu’elle l’obligeait à se poser sans cesse.

    Dans le salon, Mark ne décolérait pas contre son ami. Comment osait-il ? Cette nuit, il avait eu l’incommensurable chance de faire l’amour avec Meredith, seulement une petite quinzaine de jours après la plus infâme des agressions qu’une femme puisse subir. Par amour pour lui, elle avait accepté de courir un risque énorme en ayant un rapport non protégé. Et quel remerciement avait-elle de sa part ? Il l’abandonnait, la laissant se débattre avec ses interrogations, car Mark la connaissait assez bien pour savoir que la désertion de Derek l'avait profondément déstabilisée et qu'elle devait se poser beaucoup de questions sur leur relation et ce qui adviendrait si, par malheur, elle tombait enceinte. Il avait hâte qu'elle le rejoigne pour qu'il puisse résoudre au moins ce problème en la conduisant au drugstore pour se procurer cette satanée pilule du lendemain à l'origine du problème. Pour le reste, il essayerait de la rassurer autant qu'il le pourrait. Pour autant qu'elle veuille bien l'écouter ! Car elle lui en voulait sûrement encore, il lui suffisait de se rappeler leur conversation de la veille pour s’en convaincre. Il n’avait compris que trop tard à quel point ses paroles, prononcées sous le coup de la frustration, avaient blessé la jeune fille. Il y avait pensé toute la soirée, s’était maudit pour n’avoir pas pu se taire et même les litres d’alcool qu’il avait bus n’étaient pas parvenus à lui faire oublier cette maladresse de sa part. Le dernier regard que Meredith lui avait lancé était resté gravé dans son esprit, revenant même le hanter, comme un ultime reproche, alors que cette inconnue, cette Anisa qui l’avait dragué dans le dernier bar et ramené chez elle, lui faisait une fellation qu’il avait eu alors beaucoup de mal à apprécier, contrairement à ce qu’il avait affirmé à Derek. Finalement, ce n’était pas si mal que celui-ci soit parti pour la journée. Cela donnerait à Mark l’occasion de s’expliquer avec Meredith et de se racheter. Une fois qu’il l'aurait convaincue de sa bonne foi, il mettrait tout en œuvre pour lui faire oublier tous ses tracas. Il se mit alors à réfléchir au programme de la journée. Après le passage obligatoire au drugstore, ils iraient skier. Ils n’auraient qu’à éviter Aspen Highlands pour ne pas tomber sur Derek et Callie. Ensuite, ils pourraient manger un bout en ville, faire du shopping, aller au cinéma, peu importe du moment que cela plaise à la jeune fille.

    Impatient de la voir arriver, il arpenta la pièce, rangeant un magazine, déplaçant un bibelot, regardant par la fenêtre. Il revint à la cuisine pour vérifier qu’il ne manquait rien dans le frigo pour pouvoir préparer un bon petit-déjeuner, avant de descendre au rez-de-chaussée, l’oreille tendue dans l’espoir de suspendre un bruit quelconque venant de la chambre. Mais rien. Sans doute Meredith dormait-elle encore. Les retrouvailles avec Derek l'ont épuisée, pensa Mark amèrement. Il ne sut pas pourquoi, les mots de son ami résonnèrent dans sa tête tandis qu'il remontait à l'étage. Elle aussi a aimé ça. On aurait pu faire marche arrière mais on ne l’a pas fait parce qu’elle le voulait. Et ça a été la meilleure nuit de notre vie ! - Pourvu que la facture ne soit pas trop lourde à payer ! se dit Mark. Soudain à nouveau démoralisé, il alla s’asseoir dans le canapé, essayant de se distraire par la lecture d’un magazine féminin, acheté par Callie certainement. Mais ni un article sur la chasse aux rides, ni les témoignages de femmes infidèles n’arrivèrent à vraiment monopoliser son attention. Il regarda l’heure toutes les cinq minutes, espérant au moindre bruit que c’était enfin Meredith qui arrivait.


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Mercredi 5 Septembre à 21:17

    Bonsoir à tous, quelle journée qui s' annonce!

    Mark a prévu tout un programme  je ne suis pas sûre que Meredith ait envie de tout ça je pense qu' elle a envie de rester seule et pas de se retrouver avec le chirurgien et d'ailleurs à mon avis c' est la raison pour laquelle elle tarde à  rejoindre le médecin .

    Elle lui dira d' aller acheter sa pilule ne voulant pas sortir mais connaissant le meilleur ami de Derek il ne lui laissera pas le choix. 

    À propos de ce dernier ce désir absolu de se faire pardonner c' est bon la jeune femme est passée à autre chose à mon avis celui qui occupe ses pensées c' est son petit ami et leur situation et il le sait très bien. Qu' il veuille s'excuser je comprends et c' est normal mais il y a plus dans ses intentions et ça me dérange un peu.

    Quant à Derek ce n' est pas en fuyant les problèmes qu' ils vont se résoudre mais ça il le sait parfaitement bien vous me direz.   Bon mercredi soir à tous. 

    2
    Butterfly
    Mercredi 5 Septembre à 21:20

    Oui Meredith a envie d'être seule mais elle aime bien Mark et je pense qu'elle ne voudra pas lui faire de la peine, alors je pense qu'il va réussir à lui faire faire quelques unes des choses qu'il a envisagé pour elle 

      • Nolcéline 97234
        Mercredi 5 Septembre à 21:55

        De toute façon oui c'est certain elle sortira Mark n' aurait pas établi un programme pour que ça tombe à l' eau.  De toute manière il a toujours eu gain de cause sauf quand Derek est là en effet il ne peut pas rivaliser face à lui. C' est son chéri et c' est normal qu' elle lui accorde la première place. 

        Il en est bien conscient et  c' est pour ça qu' il va profiter de ce rare moment où il est seul avec elle non seulement pour cette dernière mais aussi pour lui. Il faut que ce soit agréable tout est bon à prendre dès qu' il s' agit de la copine de son copain même s' il aurait préféré que les choses se passent autrement.  Comment joindre l' utile à l' agréable. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :