• CHAPITRE 763

    Oui, la pilule du lendemain, confirma Derek, soulagé que soit Meredith qui propose la solution. Il faut que tu la prennes dans les soixante-douze heures qui suivent le rapport. Comme tu as plus de dix-huit ans, tu n’as pas besoin d’une ordonnance. Il te suffit d’aller dans un drugstore et de la demander.

    Eh bien, j'irai alors, dit Meredith. Et elle est vraiment efficace, cette pilule ?

    Derek acquiesça d'un signe de tête. A quatre-vingt-neuf pour cent, oui.

    Ça veut dire qu'il y a un risque qu'on fasse partie des onze pour cent restant, lui fit remarquer Meredith sur un ton légèrement perfide. Et on fera quoi dans ce cas-là ? se demanda-t-elle avec la désagréable impression que Derek l'inciterait à avorter.

    Ça ne sert à rien de penser à ça pour le moment, objecta-t-il pour éviter de répondre à sa remarque qui était lourde de sous-entendus.

    Meredith tiqua. Ah moi, je trouve que si. Onze pour cent, c'est quand même important, insista-t-elle pour le pousser à dévoiler le fond de sa pensée.

    Cependant, il ne tomba pas dans le piège. Eh bien, si par malchance on devait être dans ces onze pour cent, on en discuterait à ce moment-là.

    Meredith décida de jouer cartes sur tables. On en discuterait, oui, mais je préfère te le dire tout de suite, c'est mon corps. Alors, dans tous les cas, c'est moi qui prendrais la décision.

    Derek soupira. Je comprends. C'est normal. Et je respecterais ta décision, quelle qu'elle soit, et bien sûr, tu pourrais compter sur mon soutien.

    Ton soutien ! Meredith ricana. Je vois. Ça veut tout dire.

    Derek haussa les épaules. Qu'est-ce que tu veux que je te dise ? La paternité… Il fit la moue. Etre père, une perspective à laquelle il n'avait jamais pensé, en raison principalement de son histoire familiale. La vie de famille, ce n’est pas pour moi.

    Enervée, Meredith commença à s'agiter dans le lit. Oui, je sais. Tu es Monsieur Relations-sans-difficultés-et-sans-contraintes ! lança-t-elle sèchement.

    Le reproche à peine dissimulé agaça Derek. Arrête de me jeter ça à la figure à chaque fois qu'on n'est pas d'accord ! riposta-t-il. Des difficultés et des contraintes, il y en a eu pas mal depuis que je t'ai rencontrée et il me semble que je n'ai pas rechigné à les assumer.

    La jeune fille rejeta la couette et s'assit sur le bord du lit. Oh d'accord ! Excuse-moi de t'avoir dérangé. 

    Je n'ai jamais dit que tu m'avais dérangé. Tout ce que j'ai fait, je l'ai fait parce que je le voulais. Derek se leva et commença à faire les cent pas devant le lit avant de venir se camper devant son amie. Qu’est-ce que tu attends de moi, Meredith ? lui demanda-t-il, en écartant les bras, avant de reprendre sa marche. Que je te dise que je serais ravi d'être père ? Ce n'est pas le cas. Et de toute façon, ça ne fait pas si longtemps qu’on est ensemble. Il secoua la tête, avec des yeux légèrement écarquillés tant il était abasourdi par la tournure que prenait la conversation. On ne sait pas comment ça va évoluer entre nous. C’est beaucoup trop tôt pour envisager des choses aussi définitives qu’un moutard. Et puis, merde, il n’a jamais été question de ça ! finit-il par s’emporter.

    Choquée par sa réaction, Meredith ne dit rien. Elle savait qu’il avait tout à fait raison, qu’il était impensable de faire un enfant avec quelqu’un qu’on ne connaissait que depuis quelques semaines, d'autant plus quand on n'était pas certain, comme elle, que les sentiments qu'on avait pour cette personne étaient réciproques. Elle était très jeune aussi, avec encore beaucoup d'expériences à vivre, des études à faire et une carrière à bâtir. Oui, il était beaucoup trop tôt pour avoir un enfant. Cependant, elle aurait aimé que Derek n'agisse pas comme si la simple éventualité d'une grossesse était la pire des catastrophes qui puisse lui arriver. De plus, elle qui pensait que leur relation avait pris un tournant avait la terrible impression d'être revenue au point de départ.

    Derek comprit à son expression qu'elle n'était pas convaincue et surtout, qu'elle était déçue. Cela le contraria fortement parce qu'il détestait l'idée d'avoir écorné l'image qu'elle se faisait de lui, mais il n'aurait pas pu lui mentir sur un sujet aussi important. Il passa dans la salle de bains pour se laver les dents, espérant que Meredith le rejoindrait pour admettre qu'il avait raison et faire la paix, ce qu'elle ne fit pas. Il commença alors à ruminer. Dans quel monde elle vit ? Je ne suis pas le personnage d'un de ses romans à l'eau de rose, moi ! Je ne vais quand même pas lui faire un gosse après trois mois ! Qu'est-ce qu'elle croit, elle ? Et puis, j'ai toujours été très clair avec elle, ce genre de truc, ce n'est pas pour moi. Irrité, il revint dans la chambre et passa sans dire un mot dans le dressing dont il ressortit avec un boxer et un tee-shirt. Tu devrais te reposer encore un peu, suggéra-t-il à Meredith en s'habillant. Moi, je vais à la cuisine me faire une tasse de café. On se voit plus tard, furent ses derniers mots avant de sortir.

    Dévastée par sa froideur, la jeune fille se mit à pleurer. Comment étaient-ils passés si rapidement du bonheur le plus total à ça ? Et à cause d'un bébé qui n'était très certainement qu'une simple hypothèse ! Elle se recoucha et tira la couette sur elle jusqu'à disparaitre totalement en-dessous. Jamais elle n'aurait pu imaginer que la magnifique soirée de la veille aurait une conclusion aussi triste.


  • Commentaires

    1
    Butterfly
    Jeudi 30 Août à 20:24

    Là, je suis Team Derek ! Il a raison, ce serait dingue d'avoir un enfant maintenant. Je ne comprends pas l'attitude de Meredith. A quoi s'attendait-elle ? A ce qu'il saute de joie ?  Vu le personnage, c'est déjà très bien qu'il ne prenne pas la fuite et qu'il lui dise qu'il va la soutenir. Je trouve qu'elle en demande trop et trop vite. 

    2
    Nolcéline 97234
    Vendredi 31 Août à 09:19

    Bonjour à tous, oui Butterfly mais ça c'est Meredith elle s'imagine déjà tellement de choses avec Derek. Elle n'a pas fini d'être déçue j'ai peur que ce soit que le début...

    Dernier jour de la semaine bonne journée à vous et bon week-end.

    3
    Linda
    Vendredi 31 Août à 19:07

    Je suis d'accord avec vous Meredith abuse. A vouloir aller trop vite, elle risque de tout perdre

    4
    Samedi 1er Septembre à 07:20
    Je trouve que Meredith réagit en enfant . Derek à raison sur le fond mais aurait pu y mettre plus les formes.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :