• CHAPITRE 759

    Une fois encore, le tact dont faisait preuve Derek bouleversa Meredith. Lui qui n'avait pas hésité à se présenter à elle comme le pire des salauds, était en réalité le plus prévenant des hommes, n'hésitant pas à mettre ses besoins au second plan pour lui permettre de surmonter son traumatisme. En soi, cela n'avait rien d'extraordinaire, c'était même tout à fait normal, mais ce n'était pas ce à quoi on s'attendait de sa part, Meredith la première, elle devait bien l'avouer. Ce qu'elle découvrait maintenant à propos de son amant, la façon dont il avait géré les choses suite à l'agression dont elle avait été la victime, les égards dont il l'avait entourée, son dévouement, son abnégation, tout, absolument tout, lui confirmait qu'elle avait eu raison de le choisir. Elle ressentit une énorme bouffée d'amour et de désir pour lui et elle sut qu'elle était prête à se donner à nouveau entièrement à lui. Je te veux, toi, lui susurra-t-elle à l'oreille. Je veux que tu me fasses l'amour. 

    Transporté de joie, Derek souleva la jeune fille dans ses bras. Les mains dans son cou, elle s'accrocha à lui en enroulant les jambes autour de sa taille. Ils échangèrent un autre baiser fougueux pendant lequel il lui caressa le dos en s’égarant jusqu’à ses fesses. Cependant, il réalisa rapidement que leur position limitait trop les caresses qu’il voulait lui prodiguer. En la maintenant solidement contre lui, il sortit de la piscine et la porta jusqu'à un fauteuil sur lequel il la déposa. Il s'agenouilla devant elle, pour être à sa hauteur, et recommença à l’embrasser, tout en explorant avidement ses seins. Il les prit en main comme pour les soupeser, avant de les pétrir avec douceur, en les taquinant par des effleurements sur le bout de ses tétons qui commençaient à pointer et qu'il s’enhardit à pincer entre ses doigts. De son côté, Meredith promenait ses mains sur les épaules de son amant, les griffant parfois du bout des ongles. Il pencha la tête vers sa poitrine pour l'effleurer de ses lèvres. Le soupir de bien-être que poussa la jeune fille l’encouragea et il goba le premier téton qui se présentait à lui, le suçant doucement, tandis qu’il cajolait l’autre globe de la main, en dessinant le contour de l’aréole du bout de l’index avant de pincer le téton entre deux doigts. Sa bouche quitta le premier sein pour aller s’occuper de l’autre, le lécher du bout de la langue, en titiller le bout avant de le mordiller délicatement. Il posa les mains sur ses épaules et la poussa légèrement pour l'inviter à s'incliner en arrière. Alors, il parcourut avec sa bouche le chemin qui menait à son ventre, qu’il bécota d’un côté à l’autre, s’attardant au passage sur son nombril dans lequel il s’amusa à enfoncer la langue. Les jambes de Meredith s’ouvrirent d’elles-mêmes pour lui laisser l’accès à cette partie de son corps qui s’embrasait de plus en plus. Il s’abaissa encore pour arriver jusqu’à son mont de Vénus et passa d’abord simplement les lèvres sur sa fine toison encore humide, pour ensuite la câliner par de petits bécots, en même temps qu’il frôlait du doigt ses grandes lèvres, attendant qu’elles s’ouvrent pour lui.

    Meredith tendit la main vers lui pour le caresser à son tour mais elle ne réussit qu'à atteindre ses boucles de cheveux. Tu es trop loin, se plaignit-elle dans un souffle. Je peux à peine te toucher.

    Il se releva et la reprit dans ses bras pour l'emmener dans leur chambre. Il s'apprêtait à sortir de la pièce quand il avisa deux matelas gonflables qui étaient posés contre un mur. Il redéposa la jeune fille au sol, le temps de leur aménager un lit de fortune. Quand ce fut fait, elle courut vers lui et il l'accueillit dans ses bras, le cœur gonflé d’espoir. Ils s’allongèrent côte à côte, le temps de partager un nouveau baiser, jusqu’à ce que la main de Derek ne se remette en route pour retrouver l’intimité de Meredith. Il la caressa avec la paume, déclenchant une succession de gémissements de part et d’autre. Très vite, il insinua imperceptiblement son index entre les lèvres, entamant un léger aller-retour dans leurs replis. Poussant un gémissement, Meredith fit reposer sa jambe sur celle de son amant pour faciliter à ce dernier l’accès à sa vulve et aller au-devant de ses doigts. En même temps, elle put enfin prendre son sexe en main et le caresser, dans un premier temps, très lentement, comme si elle voulait apprendre à le redécouvrir. Puis, la cadence s’accéléra et elle fit de profonds va-et-vient autour du membre, passant à chaque fois la paume de sa main sur le bout. Le plaisir fut si fort que Derek dut la stopper rapidement. Arrête. Arrête. Pas comme ça, la supplia-t-il de sa voix rauque. Je ne veux pas comme ça. Si je dois jouir, je veux le faire en toi. Il ne voulut pas lui laisser le temps de répondre, de peur d’être déçu par un refus peut-être et il la fit s’allonger sur le dos en l’embrassant voluptueusement. Petit à petit, il descendit de sa bouche à son cou, se perdant un peu sur son épaule et la naissance de son bras, avant de revenir sur sa gorge, baiser ses globes laiteux, les lécher encore, un peu, les sucer avant de repartir, rejoindre le ventre plat et dur, ne pas s’y attarder, pressé qu’il était de savourer son intimité qui, il le savait, n’attendait que lui.

    Meredith écarta plus franchement les jambes. Lèche-moi, l'implora-t-elle en le regardant entre ses paupières mi-closes.

    Avec un gémissement de bien-être, Derek lui lécha la vulve du plat de la langue, lentement, avec application, en prenant tout son temps. Il refit la même chose dans l’autre sens. Il la sentit frémir sous lui. Galvanisé, il écarta ses lèvres avec sa langue et se perdit entre elles, les fouillant millimètre par millimètre, s’enfonçant de plus en plus loin, jusqu’à arriver à l’entrée de son vagin, qu’il ignora volontairement pour revenir au sommet de son intimité, et découvrir son clitoris déjà dur. Des tremblements agitèrent la jeune fille et sa respiration se fit haletante. Ses gémissements aigus se répercutèrent dans toute la salle. En ce moment précis, elle ne voulait rien d’autre que de se faire posséder entièrement et complètement par le sexe de Derek. De deux doigts, elle écarta sa vulve pour la lui offrir. Il aurait pu se jeter sur son petit bouton et le dévorer, elle ne l’aurait pas repoussé, et pourtant, il se contenta d’abord de le caresser du bout de l’index, en tournant autour. Cependant, il ne put résister longtemps à l’envie de le lécher. Alors, son doigt disparut à nouveau dans les replis sombres de la vulve tandis que sa langue venait goûter la petite excroissance rouge et dure qui commençait à créer des ondes de plaisir dans tout le corps de Meredith. Cette sensation de perdre totalement le contrôle de son corps, de se laisser posséder par les doigts et la langue experte de Derek, venait de la percuter de plein fouet. Elle n’éprouvait plus aucune peur et était presque en transe à l’idée de ne faire plus qu’un avec lui. Elle se tortillait sous lui, tout en psalmodiant son prénom dans un chuchotement, comme une supplication à ne pas s’arrêter. Alors, il répondit à sa prière et introduisit deux autres doigts qu’elle accueillit dans un cri. Il imprima des allers et venues de plus en plus larges et rapides, tout en ne cessant pas d’aspirer son clitoris. Le bassin de Meredith se souleva plusieurs, fois, signe que la jouissance était proche. Derek allongea le bras et saisit un sein qu’il pétrit avec douceur. Il était tout entier dévoué au plaisir de son amie, rien d’autre que cela ne comptait pour lui en cet instant. Aussi fut-il aux anges lorsqu’il sentit les premiers spasmes de la volupté autour de ses doigts, rythmés par autant de petits cris de plaisir qu’elle ne cherchait même plus à étouffer. Une contraction plus forte que les autres, accompagnée d’un râle, lui apprit qu’elle jouissait.


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Jeudi 9 Août à 22:21

    Bonsoir à tous, Eh bien la température augmente fortement yestonguebiggrin. Bon jeudi soir à tous.

    2
    Spring
    Jeudi 16 Août à 17:11

    C'est en bonne voie pour Meredith et Derek, j'espère que cette fois ci est la bonne ! smile

    3
    Samedi 1er Septembre à 07:10
    Génial. Pas Marc a l'horizon, il se retrouve petit à petit.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :