• CHAPITRE 756

    Derek surgit soudain à l'entrée de la cuisine. Encore occupés à vous chamailler, vous deux ?

    C’est ta gonzesse ! Elle essaie encore de me persuader de me caser, expliqua Mark, presque soulagé que l’arrivée de son ami mette fin à son tête-à-tête avec Meredith.

    Elle est vraiment incorrigible ! Derek rejoignit sa petite amie et la prit dans ses bras en lui embrassant le bout du nez. Tu es magnifique, lui chuchota-t-il à l'oreille.

    Toi aussi, répondit-elle en regardant avec un air admiratif son amant vêtu d'un jean denim et d'une chemise blanche sur laquelle il avait enfilé un blazer bleu marine. Pour ne plus les voir se dévorer du regard, Mark se mit devant l’évier et commença à rincer des verres qui l’avaient déjà été.

    Tu ne trouves pas ça trop classique ? s'enquit Derek.

    Pas du tout. J'adore quand tu t'habilles comme ça. Je te trouve très sexy, lui confia Meredith.

    Il lui sourit. Hmm ! Tant mieux. Il aurait bien continué sur le même mode badin mais la présence de son ami l’en empêcha. Donc, tu n’as pas renoncé à torturer ce pauvre Mark, reprit-il.

    Ce dernier jugea bon d'intervenir. C’est pas la psychologie qu’elle doit faire. Sa vraie vocation, c’est entremetteuse. Elle doit ouvrir une agence matrimoniale, se moqua-t-il. Reste à savoir si elle aura beaucoup de succès. Parce qu’avec moi…

    Mortifiée qu'il la tourne en dérision alors qu'elle ne voulait que son bien, Meredith lui coupa la parole. Oh mais ne t'inquiète pas, à partir de maintenant, je vais te laisser tranquille, promit-elle avec une certaine sécheresse. Après tout, c'est ta vie. Moi, ce que j'en dis… Elle vit à son regard qu'il était un peu surpris par sa réaction mais elle ne lui laissa pas le temps de répondre. On y va ? proposa-t-elle à Derek.

    Et pour ta brûlure, tout est en ordre ? s'inquiéta-il. Elle opina de la tête.

    Oui, c'est parfait, confirma Mark. Ça se guérit bien. Quand vous rentrerez, tu pourras lui enlever le pansement.

    Très bien ! Tu as besoin de la voiture ce soir ?

    Mark ouvrit la porte du lave-vaisselle. Non, pas du tout. Il vaut même mieux que j’évite de conduire. Alors, si tu la veux, prends-la.

    Derek considéra son ami avec un air amusé. Ho ho ! Soirée alcool ?

    Yep ! Mark fit un signe de tête en direction de l'escalier. Les clefs doivent être dans le vide-poche, sur la commode en bas.

    Merci. Bonne soirée alors. Pas trop de bêtises, tout de même, lui recommanda Derek avant de se tourner vers Meredith. Tu viens ?

    Il faut d'abord que je repasse par la chambre pour prendre mon manteau et mon sac, lui signala-t-elle.

    Je vais aller te les chercher. Retrouve-moi en bas.

    Elle lui sourit. Merci. Elle attendit qu'il ait disparu pour s'adresser à Mark. Eh bien, bonne soirée ! J'espère qu'elle sera moins barbante que celles que tu as passées avec nous, lui dit-elle sur un ton où perçait un peu de rancœur.   

    Mark réalisa alors qu’il l’avait blessée. Mer… Il fit deux pas dans sa direction en tendant la main vers elle qui faisait déjà demi-tour. Attends, ne pars pas. Ce n’est pas ce que j’ai… Elle sortit de la cuisine sans lui laisser le temps de parler et dévala l'escalier. Voulu dire, termina-t-il dans un souffle, en entendant le bruit d'une porte qui se refermait. Il se laissa aller contre une armoire en soupirant. Ce qu’il aurait voulu lui dire, c’était que les soirées passées au chalet étaient parmi les meilleures de sa vie, que sa seule présence les avaient auréolées d’un charme particulier, qu’elles resteraient gravées à jamais dans son esprit comme des instants de grâce, mais que là, il n’en pouvait plus de la voir dans les bras d’un autre, cet autre qui était son meilleur ami, son frère, la personne la plus importante de son existence, celui pour lequel il donnerait sa vie sans l’ombre d’une hésitation, celui surtout qu’il s’était juré de ne jamais trahir, de quelque façon que ce soit. Il aurait aimé pouvoir lui dire tout cela mais il n’en avait pas le droit. La tristesse céda le pas à la frustration et à la rage. Il n’avait pas le droit de lui parler de ses sentiments mais il n’avait pas le droit non plus de lui faire du mal. Elle n’avait rien fait d’autre que de lui apporter son aide et il l’avait méprisée. Il donna un coup de poing dans l'armoire avant de se rendre dans le hall d'entrée où il arracha presque son manteau qui pendait à une patère. Il sortit de la maison et s’enfonça dans la nuit. Demain, il faudrait lui expliquer, lui dire que ses propos avaient été terriblement maladroits. Mais ce soir, il allait mettre ses projets à exécution. Boire jusqu’à plus soif, jusqu’à rouler sous la table, pour oublier, oublier tout, effacer de sa mémoire, juste pour cette nuit, le visage de son désespoir, la remplacer pour quelques heures par une femme, n'importe laquelle, pourvu qu’elle ait l'extrême obligeance d’écarter les jambes sans poser de questions.


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Jeudi 2 Août à 20:40

    Bonsoir à tous merci pour ce nouveau  chapitre 756 , 

    On est passé d'un extrême à l'autre Mark est au plus bas et dans cet état qui sait ce qu'on peut faire ? 

    En tout cas pour ne pas faire un faux pas il tente de trouver des parades, des explications qui malheureusement ne passent pas toujours on en a la preuve ici Meredith est blessée. Moi je trouve ça très dangereux parce que j'ai peur qu'un jour qu'il dise que ça suffit de mentir , de trouver des explications foireuses parfois etc .  Qu'il en a assez de  mettre un masque, de prendre sur lui et que suite à ça il lâche tout il dévoile ses sentiments pour la jeune fille.

    Le mieux pour lui c'est de s'éloigner mais est-ce que l'éloignement va résoudre quelque chose pour autant je ne pense pas. 

    On est clairement dans une impasse. 

    Bon jeudi soir à tous.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :