• CHAPITRE 738

    Derek remplit à nouveau leurs verres. Moi, j’aimerais bien savoir qui t’a appris à jouer aussi bien.

    Mon grand-père. Il a participé à des championnats au Kentucky. J’étais encore toute petite quand il m’a appris à jouer et après, il m’a emmenée avec lui quand il jouait des tournois, expliqua Meredith. Et une fois par mois, je jouais avec lui et ses amis au Texas hold'em.

    Le Texas hold'em, hein ! répéta Derek, amusé. Mademoiselle est connaisseuse, effectivement.

    Mark était tout aussi épaté que son meilleur ami mais il n’était pas question qu’il le montre. Tu nous as bien entubés, petite garce.

    Tu n’as qu’à t’en prendre à toi-même, riposta aussitôt Meredith.

    T’inquiète pas, je ne me ferai plus avoir, promit Mark.

    Et moi non plus. Maintenant qu’on sait qui tu es vraiment, on ne va plus être aussi gentil, avertit Derek. L’heure de la vengeance a sonné.

    Exactement ! Mark battit une nouvelle fois les cartes avant de les redistribuer. On va te foutre une de ces raclées ! Tu vas savoir à qui tu as affaire, ma cocotte !

    Et moi, je te dis que je vais encore te battre, mon chou. Meredith regarda ses cartes et en déduisit que si elle voulait respecter la promesse qu’elle venait de faire, elle allait devoir être la reine du bluff, et aussi essayer de distraire ses rivaux. Et toi, Mark, ta grand-mère… Momsy, c’est ça ?

    Laisse ma grand-mère où elle est, marmonna Mark. Au cas où tu ne l’aurais pas remarqué, le jeu a commencé. Derek émit un petit rire sardonique.

    Hé ! Vous avez parlé aussi pendant les autres parties, leur rappela Meredith. Et je ne vous ai rien dit. Alors, tu peux bien me parler de ta grand-mère. Je ne te demande pas de me raconter sa vie mais dis-moi au moins un truc sur elle.

    C’est la meilleure des grands-mères, dit Mark avant de boire une gorgée de vin. Quand j’étais gamin et que ça bardait à la maison, c’est-à-dire souvent, je me réfugiais chez elle et elle demandait à sa cuisinière de me faire des crêpes, parce qu’elle savait que j’adorais ça.

    Derek fit un clin d’œil à sa petite amie. Et une fois qu’il n’a plus eu l’âge de se consoler avec des crêpes, il a transformé la maison de sa grand-mère en lupanar. Il jeta un regard rieur vers son meilleur ami. Toutes ses copines de l’époque y sont passées. C’était comme un rituel d’initiation.

    Meredith s’esclaffa. Sérieux ? Tu amenais tes copines chez ta grand-mère et elle était d’accord ? Elle ne disait rien ?

    Mark fit un sourire attendri. Qu’aurais-tu voulu qu’elle dise ? Elle me connaissait bien. Elle savait que de toute façon… Alors, elle préférait que je fasse ça chez elle plutôt que dans une bagnole ou je ne sais où. Et puis, c’était une manière de surveiller mes fréquentations. Il eut un petit rire plein de nostalgie. A chaque fois, elle me faisait un rapport après. Celle-là, elle est bien, celle-là, elle n’est pas pour toi, celle-là, je ne veux plus la voir ici.

    Ça, c’était ce qu’elle disait le plus souvent, intervint Derek. Mark acquiesça en riant.

    Et tu avais quel âge pour ta première fois ? se renseigna Meredith, curieuse.

    Mark la toisa avec hauteur. Tu es bien curieuse ! Est-ce que je te demande, moi, à quel âge tu t’es fait dépuceler ?

    Son aplomb stupéfia Meredith qui resta bouche bée quelques secondes. T’as pas besoin de demander, tu le sais déjà, répliqua-t-elle. Tu as même failli le voir en différé. Elle se tourna vers Derek. N’est-ce pas ?

    Il leva les mains en l’air. Je ne veux plus reparler de ça. Je me suis déjà excusé je ne sais combien de fois. Je ne vais pas recommencer.

    Meredith le regarda avec un air un peu ironique avant de recommencer à interroger Mark. Alors, t’avais quel âge quand tu es devenu un "homme" ? redemanda-t-elle en donnant au dernier mot une intonation narquoise.

    Derek éclata de rire. Elle ne va pas te lâcher, mon vieux. Tu ferais mieux de lui répondre.

    Non ! refusa catégoriquement Mark. Et je vous rappelle qu’on est en train de jouer, là. Je monte à mille cinq cents dollars.

    Je suis, dit Derek.

    Je suis. Meredith posa trois farfalle au milieu du tapis en même temps que son amant. Alors ?

    Mark soupira. Alors quoi ?

    Alors, t’avais quel âge quand tu as couché pour la première fois ?

    Mark décida de lui donner satisfaction puisque de toute façon elle ne cèderait pas. Seize ans, trois mois et dix-sept jours.

    Meredith et Derek éclatèrent de rire. Ça, c’est vachement précis, constata la jeune fille.

    Mark opina de la tête. Ouais. C’était un jour important. Je prends deux cartes.

    Trois pour moi, dit Derek.


  • Commentaires

    1
    Butterfly
    Mercredi 6 Juin à 22:14

    Je sens qu'elle va les plumer

    Et la conversation risque de dévier sur un terrain dangereux, j'ai hâte de connaitre la suite smile

    2
    Nolcéline 97234
    Jeudi 21 Juin à 19:45

    Bonsoir à tous, bonne soirée tous les trois. Bon jeudi soir à tous. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :