• CHAPITRE 729

    Brian sourit. Bah on a tous fait ce genre de choses. Quand ma première petite copine m’a plaqué, j’ai cassé les oreilles de ma famille pendant quinze jours avec "Hallelujah" de Jeff Buckley.

    Oh c’est plombant, ça, s’écria Meredith. Déprime garantie pour tout le monde !

    Oui, j’ai arrêté le jour où mon père a menacé de me mettre à la porte si j’écoutais encore une seule fois cette chanson, lui confia Brian. Je n’ai pas osé prendre le risque.

    Meredith éclata de rire en renversant la tête en arrière. Bel instinct de survie !

    Voir la complicité qu'elle avait avec cet inconnu, l’écouter parler avec ce type de choses qu’elle n’avait jamais évoquées avec lui énerva Derek. C’était comme si elle l’excluait de son monde au profit de ce petit con. Et la remarque qu’avait faite Callie sur leur âge l’avait renvoyé à une réalité qu’il avait réussi à oublier ces derniers temps, mais qui venait de lui rappeler cruellement que quinze ans le séparaient de Meredith et que cet écart demeurerait toujours entre eux, même pour les choses les plus insignifiantes comme les goûts musicaux. Enervé, il se résolut à enfin se mêler à la conversation. Nous voilà bien loin d’Alicia Keys ! Timberlake, Chris Brown, Ne-Yo, vous êtes plutôt amateur de R’n’B que de soul, il me semble.

    Parce que selon vous, apprécier les deux genres, c’est impossible ? demanda Brian en souriant.

    Ce mec au sourire Ultra Brite commençait à lui taper sérieusement sur les nerfs. Jamais un mot plus haut que l’autre. Toujours souriant. Trop gentil, trop lisse, trop parfait. Disons que cela me semble contradictoire, répondit sèchement Derek en ignorant le regard mécontent de sa petite amie. Il était ridicule et il le savait mais il aurait tout donné pour voir l’autre se départir de son calme et alors, là, oui, il aurait un bon motif pour lui mettre son poing dans sa figure d’angelot.

    Alors c’est que je suis quelqu’un de contradictoire, concéda Brian. Il sentait que son interlocuteur n’attendait qu’un faux pas de sa part pour lui régler son compte. Outre qu’il n’était pas absolument pas violent, il n’avait aucune envie de lui faire ce plaisir. Cependant, comme il n’était pas d’une patience à toute épreuve, il décida qu’il valait mieux ne pas s’attarder. Il se tourna vers Callie. On y va ? La jeune femme n’attendait que ça, elle fut debout avant même qu’il ne termine sa phrase.

    Meredith les imita. Qu'est-ce que vous avez prévu de faire ? demanda-t-elle de façon totalement ingénue.

    Ils se tournèrent tous vers elle en souriant, et Derek se sentit fondre en voyant ses grands yeux innocents s’écarquiller d’étonnement. Meredith, murmura-t-il en levant légèrement les yeux.

    Comprenant alors ce que sa question avait d’indélicat, la jeune fille devint rouge écarlate. Oh pardon, dit-elle. C’est pas ça que je voulais dire. Je ne dois pas savoir. Vous pouvez aller où vous voulez pour faire… ce que vous avez à faire, bafouilla-t-elle en ayant l’impression de s’enfoncer un peu plus à chaque mot.

    Mark mit sa main devant la bouche pour cacher qu’il riait. Ah il adorait cette fille ! Tellement naïve ! Et là, elle s’enferrait, ne sachant plus comment se sortir du guêpier où elle s’était fourrée.

    Ne dis plus rien, bébé, conseilla tendrement Derek à son amie.

    Brian s’avança vers celle-ci pour lui donner l’accolade. J’ai été ravi de faire ta connaissance, Meredith. 

    Moi aussi, assura-t-elle. Il y avait longtemps que je n’avais plus parlé de Justin et Britney. C’était sympa.

    Brian lui fit un clin d’œil. C’est quand tu veux pour recommencer.

    Derek sentit son estomac se tordre sous l’effet de la jalousie. Recommencer ? Ce ne serait pas demain la veille ! Si Callie voulait se faire sauter par un minet, libre à elle mais plus ici ! Elle n’allait pas lui gâcher toutes ses soirées. Donnie avait été une catastrophe mais avec lui, au moins, il n’y avait aucun risque que Meredith se laisse séduire, tandis qu’avec Brian… A partir de demain, Callie irait baiser ailleurs, il allait se charger de le lui faire comprendre.

    Brian s’écarta de Meredith pour tendre la main à Derek qui était toujours assis. Bonne soirée.

    Il resta la main en suspens jusqu’à ce que sous la pression des yeux de Meredith, Derek daignât se lever pour le saluer. Bonne soirée. Enfin, bonne nuit est sans doute plus approprié, ne put-il s’empêcher d’ajouter. Meredith le foudroya du regard.

    Si vous préférez… Brian serra la main de Mark avant de reprendre celle de Callie. Ils allaient sortir de la pièce quand le jeune homme se retourna vers Meredith. Tu sais, c’est normal que tu aies peur. Pour tes études. Mais n’oublie pas, la peur est mauvaise conseillère. Ne la laisse pas te freiner. Fonce, Meredith, fais ce que tu as envie de faire. Et si tu te plantes, ce n’est pas grave. Tu n’auras pas de regrets à avoir. Au moins, tu auras essayé. Impatiente, Callie le tira pour l’emmener au rez-de-chaussée.


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Jeudi 31 Mai à 17:09

    Bonsoir à tous,

    Il est bien ce Brian cool.

    Callie aurait pu rester en contact avec lui après la semaine de vacances mais le seul fait qu'elle ne le considère comme un remplaçant de Derek ça me dérange fortement ce jeune homme mérite mieux que ça !

    Une personne qui l'aime pour ce qu'il est et pas quelqu'un qui ne s'intéresse à lui que parce qu'il est le sosie de l'homme dont elle est amoureuse et qui est inaccessible .

    Ils peuvent rester amis bien évidemment mais j'ai peur qu'elle ne le contacte uniquement que pour assouvir ses fantasmes . Ce serait presque malsain . Cette relation serait fausse. Bon jeudi après-midi à tous.

     

      • Butterfly
        Vendredi 1er Juin à 20:06

        Tu as raison, la façon dont Callie envisage sa relation avec Brian, c'est malsain, il vaut mieux pour lui qu'il n'y ait pas de suite

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :