• CHAPITRE 720

    La jeune fille regarda avec crainte la trousse que Mark tenait en main. Et t'as vraiment rien d'autre qu’une injection ?

    Il hocha la tête. Non, je te l'ai dit. Si tu n'en veux pas, je devrai aller au drugstore. Alors, qu'est-ce que tu décides ?

    Les yeux pleins de larmes, Meredith lui tendit son bras. Vas-y.

    Il ouvrit sa trousse et en sortit un garrot. Si ça peut te consoler, l’Amoxicilline est bien plus efficace en injection qu’en comprimé. Avec ça, tu seras rétablie demain et en pleine forme pour retourner sur les pistes.

    T’es intérêt, grommela Meredith en remontant la manche de son pull un peu au-dessus du coude.

    Mark plissa son nez. Ça va être un peu juste pour le garrot. Je sais qu’il ne fait pas très chaud ici, mais si tu pouvais dégager au moins ton bras. Meredith opina de la tête et souleva légèrement son pull pour pouvoir sortir son bras de la manche. Le mouvement fit apparaître un sein emprisonné dans de la dentelle blanche. Mark tenta de faire abstraction de la vision qui risquait de le mettre au supplice mais ce fut impossible. C’était comme si Meredith s’était réduite à ce sein rond et laiteux. Il ne voyait plus que ça ! Nom de Dieu ! Qu’est-ce que tu me fous là ? se morigéna-t-il. Tu es médecin, merde ! Des nichons, tu en as déjà vu. Et pas qu’un peu ! Et même, parfois, tu les fabriques. Celui-là n’est pas différent des autres. Il se corrigea aussitôt Mais bien sûr que si, il est différent. C’est le plus beau que tu aies jamais vu et il te fait envie comme aucun autre, mais il appartient à la fille la plus inaccessible au monde, la seule que tu ne peux pas avoir. Alors oublie et contente-toi de faire ton job ! Il noua le garrot sur le haut du bras de sa camarade. Tu verras, demain, tout ça ne sera plus qu’un mauvais souvenir, lui dit-il. Il commença à chercher le point d’injection idéal, en passant et repassant le bout de son index sur les veines de son bras.

    J'espère, répondit-elle, boudeuse.

    Mark lui désinfecta délicatement le creux du bras. Désolé, c’est un peu froid, s’excusa-t-il en laissant traîner discrètement les yeux sur le sein de la jeune fille. Une vraie splendeur qui ne demandait qu’à être câliné. Aurait-il cette chance un jour ? Non, bien sûr que non, et il était inutile qu’il continue de se torturer avec ce genre d’espoir inutile. Il prit la seringue qui contenait l’antibiotique et la dirigea vers le haut pour en faire sortir une goutte, afin de vérifier que l’aiguille était en état de fonctionnement.

    En le voyant qui s'apprêtait à enfoncer celle-ci dans sa peau, Meredith, affaiblie par la fatigue et la fièvre, ne put maitriser la peur irraisonnée qui l’avait envahie. Elle éclata en sanglots. J’en ai marre ! hoqueta-t-elle. Depuis que j'ai quitté Crestwood, il n'arrête pas de m'arriver des sales trucs. Et ça se termine toujours par des piqures.

    Mark reposa la seringue, non sans avoir pris soin de recouvrir l’aiguille, pour prendre Meredith dans ses bras. Ho, ho ! Qu’est-ce que tu me fais là ? Elle se serra contre lui en sanglotant de plus belle. Ne pleure pas, voyons, la supplia-t-il, le cœur brisé de la voir dans cet état. Ce n’est qu’une petite injection de rien du tout, invoqua-t-il pour la calmer.

    Petite ou pas, c'est quand même une piqure, se plaignit-elle. J'ai horreur de ça mais depuis que je suis à San Francisco, on n'arrête pas de m’en faire.

    Eh bien, justement, tu as l’habitude maintenant. Tu sais que tu n'as aucune raison d’avoir peur. Mark lui prit le visage entre ses mains et avec ses pouces, essuya les larmes qui lui coulaient sur les joues. Tu as déjà oublié à quel point j’étais doué ? plaisanta-t-il.

    Pas autant que Derek, répliqua-t-elle, ses lèvres réunies à nouveau en une grosse moue boudeuse. Elle repoussa son ami pour essuyer rageusement ses yeux.  

    Pfft ! Tu es d’une mauvaise foi ! Il lui sourit, la tête légèrement inclinée sur le côté. Alors, on se la fait, cette piqûre ?

    Elle haussa les épaules. Puisque je n'ai pas le choix. Elle le regarda désinfecter à nouveau l'endroit où il comptait injecter le médicament. Et puis, il ne faut pas qu'on reste ici trop longtemps, parce qu'alors Derek va nous chercher.

    C’est vrai Il est déjà contrarié parce que tu ne l'as pas écouté à propos des pulls. Imagine ce que ce serait s'il découvrait que tu es malade. Tu aurais droit à une bonne fessée. Mark lui fit un petit clin d’œil égrillard. Tu sais, le genre de fessée coquine… Meredith, fesses et seins nus, couchée sur ses genoux. L’image s’imposa à lui avec violence.

    La jeune fille ne put s'empêcher de sourire. Ce serait plutôt ton genre, ça, à mon avis.

    Mark reprit la seringue en riant. Si tu veux t'en assurer, je suis à ta disposition.

    Un petit sourire sur les lèvres, Meredith secoua la tête en jetant les yeux au ciel. Merci mais sans façon !

    Mark profita du fait qu’elle avait son attention détournée pour enfoncer l’aiguille. Ensuite, il défit le garrot et injecta doucement le médicament. Tu ne sais pas ce que tu rates, déclara-t-il en retirant l’aiguille. Il posa une petite compresse sur le point d’injection pour absorber la minuscule goutte de sang qui perlait. Tiens, appuie là-dessus quelques secondes. Il ramassa tous les déchets qu’il jeta dans sa boite avant de regarder la jeune fille qui examinait son bras.


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Lundi 28 Mai à 17:56

    Bonsoir à tous,

    Merci pour la suite,

    Même pour  une simple injection il se met dans un état pas possible . C'est limite !! Il va finir par craquer...

    Allez Meredith c'est fait maintenant qu'elle aille prendre du repos . Demain est un autre jour on verra ce qu'il en est . Bon lundi soir à tous.

      • Butterfly
        Lundi 28 Mai à 21:42

        Ah je suis contente de te revoir je me sentais un peu seule ici erf

      • Nolcéline 97234
        Mardi 29 Mai à 17:45

        Bonsoir Butterfly smile,

        Merci c'est gentil smile,

        Bonne fin d'après-midi à toi smile.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :