• CHAPITRE 715

    Callie se sentit désarmée en entendant ce compliment auquel elle ne s'attendait pas. Tu le penses vraiment ?

    Meredith acquiesça d'un énergique hochement de tête. Evidemment ! Sinon, je ne le dirais pas. Je ne te connais pas bien mais tu es la meilleure amie de Derek et de Mark et pour moi, ça veut dire beaucoup. Et puis, tu as été là pour moi, après mon agression. Tu as été à mon écoute et tu as respecté mes demandes. Alors, je sais que tu es quelqu'un de bien. Tu mérites de rencontrer quelqu'un qui t'apprécie à ta juste valeur.

    Merci, c'est gentil, murmura Callie que les compliments faits par Meredith touchaient bien plus qu'elle ne l'aurait cru.

    Meredith lui sourit. Ce n'est pas gentil, c'est la vérité tout simplement. Elle se leva pour se resservir un verre de jus d'orange. En fait, ça ne m'étonne pas que tu sois la meilleure amie des garçons. Comme eux, tu te fais passer pour quelqu’un de dur qui n’a pas de sentiments, alors qu’en fait, c’est tout le contraire. Je comprends, tu fais ça sans doute pour te protéger, parce que tu as peur qu’on te fasse du mal, mais ça te fait passer à côté de chouettes trucs, je pense. En tout cas, je suis sûre que ce n’est pas en passant d’un homme à un autre que tu seras heureuse. A ta place, je chercherais un beau et gentil garçon avec qui tu pourrais vivre une belle histoire et qui sait, fonder une famille si c’est ce que tu veux, conseilla la jeune fille pour finir.

    Oui, c’était ce que Callie voulait. Le problème, c’est que le seul beau et gentil garçon avec qui elle voulait vivre une belle histoire et avoir des enfants était le même qui partageait son lit, et sans doute bien d’autres choses, avec celle qui donnait tous ces bons conseils. Mais cela, elle ne pouvait pas le lui dire. Elle ne pouvait en parler à personne. Elle devait garder ce secret enfoui en elle et certains jours, ça devenait trop lourd à porter. Je vais y réfléchir, dit-elle simplement.

    C’est déjà un très bon début, estima Meredith. Et tant que tu y seras, tu devrais faire le point sur ta relation avec Mark. Parce que, quoique vous en disiez tous les deux, je reste persuadée qu’il y a plus que de l’amitié entre vous.  

    Callie se retint de rire. Même si elle était un peu agacée par le romantisme excessif de Meredith, elle ne voulait pas la blesser parce qu’elle savait que la jeune fille ne voulait que son bien et celui de Mark. Tu sais, à ta place, je ne m’accrocherais pas trop à cette idée, lui conseilla-t-elle. Mark et moi, c’est vrai qu’on couche ensemble mais il n’y a pas de sentiments entre nous. En tout cas, pas de sentiments amoureux. Et il n’y en a jamais eu. Pas la moindre étincelle. Comment voudrais-tu qu’on forme un couple dans ces conditions ? Un vrai couple, je veux dire. En plus, on se connaît trop bien, on n’a plus rien à découvrir l’un sur l’autre. Tandis qu’avec Derek… Oui, même après autant d’années, Callie ne pouvait pas prétendre le connaître. Elle ne savait de lui que ce qu’il avait bien voulu lui dire, c’est-à-dire à peu près rien. Et Mark n’avait pas été plus loquace, entretenant le mystère en refusant de répondre aux questions les plus anodines, comme si la vie de son meilleur ami était entachée d’un si lourd secret qu’il était impossible à divulguer, même aux plus intimes. Callie avait tout imaginé à ce sujet, de l’histoire la plus banale à la plus extraordinaire. La première idée qui lui était venue à l’esprit, c’était que Derek avait vécu une grande histoire d’amour qui s’était très mal terminée et qu’il s’était juré de ne plus jamais tomber amoureux. Ou bien, il était un enfant rejeté par ses parents, voire abandonné, et avoir été privé de leur amour l’avait rendu incapable d’en éprouver à son tour. Ou encore, il était issu d’une de ces richissimes familles, nouvelle aristocratie américaine, comme les Kennedy ou les Rockefeller mais il gardait soigneusement le secret pour éviter qu’on profite de lui. Et si c’était un ancien délinquant, un de ces ados tourmentés qui exprime sa haine de la société en commettant les pires méfaits, et qui après, rachète ses fautes en renonçant à toute vie personnelle pour se consacrer seulement à la médecine ? Oui, Callie avait vraiment tout imaginé, et bien plus encore, mais le plus surprenant, c’était qu’à l’ère d’Internet, elle n’avait jamais cherché à se renseigner sur Derek pour vérifier ses différentes théories parce que, finalement, ce mystère faisait partie intégrante du charme du chirurgien. Elle descendit de son tabouret. Je vais essayer d’aller dormir un peu, en espérant que ça fera passer mon mal de tête. Et vous, qu’est-ce que vous avez prévu de faire ?

    Oh du ski, tu penses bien ! répondit Meredith. Enfin, moi, je vais essayer. J’en ai jamais fait et je ne suis pas du tout convaincue que je vais y arriver.

    Ne t’en fais pas pour ça. Les garçons vont se transformer en moniteurs rien que pour toi, et à mon avis, ils vont être super motivés, déclara Callie avec une pointe d’ironie que Meredith ne décela pas.

    Elle rit légèrement. Je sais. Ça m’angoisse un peu d’ailleurs, parce qu’ils vont être terriblement déçus si je ne suis pas à la hauteur. Et toi, qu’est-ce que tu vas faire ? se renseigna-t-elle.

    Si ma migraine disparait, j’irai vous rejoindre, bien sûr, certifia Calie en sachant pourtant qu’elle n’en ferait rien. Elle n’avait aucune envie de passer la journée à regarder ses deux amis être aux petits soins avec la jeune fille et se précipiter à chacun de ses faux pas pour s’assurer qu’elle allait bien. La seule raison pour laquelle elle chausserait éventuellement ses skis aujourd’hui, ce serait pour partir à la recherche d’un beau sportif qui pourrait lui démontrer ses capacités d’athlète ailleurs que sur les pistes, car il était hors de question qu’elle passe toutes ses soirées au coin du feu avec, d’un côté, Derek qui dévorerait Meredith des yeux et de l’autre, Mark qui les couverait du regard bienveillant du père de famille. A tout à l’heure, dit-elle en sortant de la pièce.

    Meredith se lança aussitôt dans la préparation du petit-déjeuner, battant les jaunes d’œufs en omelette, faisant cuire le bacon et griller les toasts. Après avoir lancé le percolateur, elle redescendit au rez-de-chaussée et frappa à la porte de Mark. Debout là-dedans ! Le petit-déjeuner est prêt, annonça-t-elle avant de regagner sa chambre pour éveiller Derek.

    Mark poussa un grognement sourd avant d’enfouir la tête sous l’oreiller pour la retirer quelques secondes plus tard. Maintenant que tu m’as réveillé, le moins que tu puisses faire, c’est de venir me servir le p’tit-dej’ au lit, cria-t-il. Dégonflée ! ajouta-t-il devant l’absence de réaction. Il soupira et rejeta sa couette pour sortir du lit.


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Vendredi 13 Avril à 13:53

    Bonsoir à tous, Callie c'est vraiment une déception je sais que la situation n'est pas facile mais tout de même elle pourrait prendre sur elle et se rejoindre au reste du groupe .

    Meredith est gentille et tout ce qu'il y a de plus sympa   avec  elle elle vient de le lui démontrer une fois encore et elle elle ne cesse que de penser à elle  et sa petite pointe d'ironie je trouve ça moyen .

     Derek  ne  l'a jamais emmenée chez lui et aujourd'hui  on apprend qu'il  ne s'est jamais ouvert à elle, jamais épanché sur sa vie privée  et ce même après tout  ce temps ça veut tout dire. C'est quelqu'un qui ne parle pas de son passé , de ses souffrances.

      Ce dernier la considère comme toutes les autres elle n'a jamais été là que pour le satisfaire sur le plan sexuel et rien d'autre . Il ne s'engage pas et tout ça ... Malgré ça elle continue d'espérer l'espoir fait vivre.

    Bon vendredi 13 à tous et bon week-end.

      • Nolcéline 97234
        Vendredi 13 Avril à 16:05

        Vous me direz que sa chérie n'est jamais venue chez lui non plus ce n'est pas faux mais ça ne fait que peu de temps qu'ils sont ensemble à mon avis ce sera chose faite d'ici peu ça ne saurait tarder alors que Callie en dépit du fait qu'ils se connaissent depuis un moment et du lien qu'il y a elle n'a jamais eu droit à ce privilège;

        Il ne s'est jamais véritablement épanché sur son passé, ses blessures , sa famille à sa petite amie également c'est vrai mais contrairement à l'orthopédiste il y a eu quelques allusions tout de même .Celles-ci étaient brèves  et rares mais il y a eu quelque chose et là aussi c'est pareil ce n'est qu'une question de temps pour qu'il se décide à lui en parler .

        Bon après-midi à tous.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :