• CHAPITRE 712

    La porte de leur chambre était à peine refermée que Derek reprenait Meredith tout contre lui. Alors, petite polissonne. Depuis quand mon sexe te fait-il autant rire ?

    Elle sourit. Depuis que tu veux t’en servir pour te battre en duel avec Donnie.

    Derek voulut entrer dans son jeu. Regarde la jolie épée que j’ai là, murmura-t-il en menant sa main jusqu’à son sexe, qui s’était déjà redressé. Face à un signal aussi évident, Meredith ne pouvait pas se méprendre sur les intentions de son petit ami de reprendre les choses là où elles en étaient restées. Elle éclata d'un rire nerveux, ce qui n'était pas la réaction à laquelle Derek s'attendait. Comme l’humour ne semblait pas être la bonne solution, il revint à un comportement plus romantique. Tout à l’heure, on était bien, tous les deux, non ? Il plongea le visage dans le cou de sa partenaire et en bécota la peau tendre. On pourrait recommencer, qu’en dis-tu ?

    D'accord. Meredith se mordilla l'intérieur des joues pour réprimer son envie de rire qui n'était plus motivée par rien de particulier.

    Derek l'emmena aussitôt sur le lit et il ne perdit pas un instant pour lui reprendre la bouche dans un baiser fougueux. Elle essaya de faire abstraction de tout ce qui venait de se passer et de ne plus penser à rien d’autre qu’aux lèvres de son amant qui pinçaient tendrement les siennes, qu’à sa langue qui tournoyait autour de la sienne. Elle y arrivait, commençant même à s’abandonner, lorsque les mains de Derek se mirent à courir sur son corps. Cela ramena à la réalité, à ce qui allait se passer ensuite, immanquablement. Elle sentait le désir de Derek dans chacun de ses baisers, dans chacune de ses caresses. Et elle le désirait elle aussi, vraiment. Mais elle avait peur, peur de ne pas pouvoir franchir ce cap, peur de repousser encore une fois l’homme qu’elle aimait, peur de le décevoir, peur de ne plus pouvoir lui donner ce qu’il attendait. Cela la rendit nerveuse et à cause de ce qui venait de se passer dans le couloir, cela se concrétisa d’une façon étrange. Elle imagina qu’à la place de Callie, c’était elle qui poussait des cris de plaisir à réveiller toute la maison, et que Mark avec, à ses côtés, Donnie dans le plus simple appareil, tambourinait à la porte de sa chambre pour la faire taire. L’image la fit pouffer de rire. Derek, qui était en train de lui déboutonner sa chemise pour la lui enlever, releva la tête. Pourquoi tu ris ? lui demanda-t-il, un peu surpris par sa réaction 

    Elle secoua la tête. Non, c’est rien. Ça me chatouille un peu, prétendit-elle. Continue.

    Tu es sûre ? Parce que t’as pas l’air très emballée, déplora Derek.

    Mais si, bien sûr, assura Meredith. Vas-y. Mais elle se remit à rire dès que Derek se pencha sur sa poitrine pour lui sucer un téton.

    Le chirurgien la lâcha aussitôt et s’allongea sur le dos à côté d’elle, en soupirant fortement. Je crois que c’est foutu pour ce soir. Il se redressa un peu pour jeter un coup d’œil à sa virilité qui était revenue à la normale.  

    Meredith l’imita et s’esclaffa en voyant la verge tristement avachie. Pardon. Je… je… je suis… désolée, hoqueta-t-elle.

    Etrangement, Derek ne se sentit pas vexé, ni même trop déçu, seulement soulagé que cet énième essai ne se termine pas en drame comme les autres. C’était tellement mieux de voir rire Meredith que de la voir pleurer. Il eut l’impression que cette fois, George n’avait joué aucun rôle dans l’échec. C’était une amélioration en soi. Et l’hilarité de la jeune fille était tellement naturelle, sincère qu’il ne put que la partager. Finalement, ça n’avait aucune importance s’ils n’avaient pas fait l’amour. Ça arriverait bientôt, il n’en doutait plus. Il prit son amie dans les bras jusqu’à ce que petit à petit, leurs rires se calment pour s’arrêter tout à fait. Tu n’as aucune raison d’être désolée, voyons, déclara Derek. Je suis conscient que les conditions n’étaient pas idéales. Il désigna du menton la chambre voisine. Le zigoto que Callie a ramené, Mark et moi qui avons fait les clowns dans le couloir. Ce n’était pas très romantique, tout ça.

    Non, mais c’était marrant, objecta Meredith en se serrant contre lui. Il y a longtemps que je n’avais plus ri autant. Ça m’a fait du bien, reconnut-elle avant de bâiller.  

    Derek s’écarta légèrement pour la regarder avec un air attendri. Et ce qui va te faire encore plus de bien, c’est de dormir. Il faut que tu sois en forme demain. Tu vas faire tes débuts sur des skis. C’est un grand jour.

    Je te dirai à la fin de la journée. Ce sera un grand jour si je ne me suis pas cassé la figure, ironisa Meredith. Elle bâilla encore. 

    Allez, au dodo, ordonna Derek.

    Oui. Bonne nuit. Meredith l’embrassa tendrement avant de se réfugier dans ses bras. A peine deux minutes plus tard, elle dormait déjà. En revanche, Derek, que la rencontre avec Donnie et ses conséquences avaient énervé, peina à trouver le sommeil. Après un bon quart d’heure passé à regarder le plafond, sans oser bouger pour ne pas réveiller sa compagne, il décida de calquer sa respiration sur celle de cette dernière, en pensant à tout ce que la journée avait eu de bon. Le voyage s’était bien passé, la maison était parfaite, le diner préparé par Meredith succulent. La jeune fille l’avait épaté par sa technique au billard mais surtout par le fait qu’elle ne s’était jamais laissé déstabiliser, ni par la mauvaise humeur de Callie, ni par la grossièreté de Donnie, ni plus tard par leurs ébats plus que bruyants. Mais le point culminant de la journée venait d’avoir lieu. Ils avaient franchi une nouvelle étape dans la reconquête de leur intimité physique et Derek était convaincu que s’il n’y avait pas eu les cris de leurs voisins et, surtout, l’intervention musclée de Mark, Meredith se serait donnée totalement à lui. Pour le moment, il n’avait besoin de rien de plus que la quasi-certitude que demain, ou après-demain même, elle serait à nouveau à lui. Rasséréné par cette perspective, il s’endormit enfin.


  • Commentaires

    1
    Nolcéline 97234
    Mardi 10 Avril à 17:50

    Bonsoir à tous, oh oui ils ne repartiront pas sans l' avoir fait à nouveau. Bonne fin de journée à tous et merci pour ce nouveau numéro. 

    2
    Butterfly
    Mardi 10 Avril à 22:17

    Je m'en doutais ! Mais c'est mimi quand même et Derek est terriblement attentionné

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :