• CHAPITRE 562

    En sortant de la salle d'opération presque trois heures plus tard, Derek vit Mark qui s'apprêtait à entrer dans une salle voisine. Il le héla. Hé là-bas ! Mark se retourna et Derek avança vers lui avec un grand sourire. Alors, voyou, tu te décides enfin à bosser un peu?

    Mark feignit d'être fâché. Ah c'est l'hôpital qui se fout de la charité ! M'emmerde pas sinon je ne te dis pas où est Meredith !

    Derek fronça les sourcils. Comment ça, où elle est ? Elle n’est plus dans mon bureau ?

    Non, elle est dans le mien, lui apprit Mark. Elle a décidé de changer de mec.

    Derek s'esclaffa. Mais oui, c’est ça ! Les poules auront des dents le jour où ça arrivera.

    Son assurance qui confinait presque à de la prétention aurait pu irriter son ami s’il n'avait pas été question de Meredith. Mais parce qu'il s'agissait d'elle, Mark savait que Derek avait raison. Il n'y avait vraiment aucun risque que Meredith laisse tomber son amant pour un autre. Elle travaille pour moi, expliqua-t-il. Elle déprimait à l'idée de passer la journée à lire, alors je lui ai donné un petit travail de classement.

    Ah génial ! s'exclama Derek. C’est vrai que ça ne doit pas être agréable de rester enfermée, à ne rien faire. Il regarda son ami avec reconnaissance. Merci, c'est sympa.

    De rien. Mais maintenant, laisse-moi bosser, ajouta Mark sur un ton bourru. Et toi, va la retrouver, tu en crèves d'envie. Derek ne se fit pas prier. Après avoir salué son ami d'un clin d'œil, il partit d'un pas pressé. Mark soupira avant de rentrer dans la salle de bains attenante à la salle d’opération.

    Derek prit les escaliers pour aller plus vite. Arrivé devant le bureau de Mark, il en poussa doucement la porte et trouva Meredith, assise par terre au milieu des dossiers. Totalement concentrée sur sa tâche, au point qu'elle n'entendit pas la porte s'ouvrir ni se refermer, pas plus qu'elle ne remarqua que Derek l'observait, elle se parlait à elle-même en murmurant. ça, c’est fait. ça, ça va là. Celui-là, il va ici, dit-elle en insérant un document dans un dossier. Et celui-ci… celui-ci, il doit être dans ce dossier-là. Parfait !

    Tu t’en sors ? demanda Derek.

    La jeune fille sursauta et mit la main sur sa poitrine, au niveau du cœur. Oh lala ! Tu m'as fait une de ces peurs !

    Excuse-moi. Derek s'assit à côté d'elle et après lui avoir donné un petit baiser sur la joue, il regarda les dossiers qui étaient ouverts devant eux. Tu m'as l'air très occupée.

    Je n'ai pas arrêté une minute, lui confia-t-elle. Il y avait tellement de documents à interclasser. J’ai même cru que je n’arriverais jamais au bout mais finalement, j’ai réussi, s’enorgueillit-elle. Et aussi, j’en ai profité pour changer un petit truc. Oh c’est pas grand-chose mais je crois que ça va faciliter le travail de la personne qui classe. Enfin, j’espère. Elle regarda Derek avec un peu d’appréhension. Tu veux bien me donner ton avis ?

    Oui, bien sûr. Il était ravi de la voir aussi enthousiaste et surtout que ce travail, pourtant assez peu intéressant, lui ait permis de ne pas s’ennuyer et certainement, de ne plus penser à ses problèmes pendant quelques heures.

    Alors, regarde, sur la couverture de chaque dossier, il y a une étiquette avec seulement le nom du patient et sa date de naissance, et donc je suppose qu’on classe les dossiers par ordre alphabétique. Par contre, tous les documents qui sont dedans portent un numéro qui est l’identifiant du patient, selon ce que m’a dit Mark, expliqua Meredith. J’ai remarqué que ce numéro commence par la date de naissance du patient. Donc, ça veut dire que quand tu dois classer les documents, tu dois soit ouvrir les dossiers pour trouver l’identifiant du patient, soit chercher la similitude entre la date de naissance et l’identifiant. Ça prend un temps fou et surtout, ce n’est pas logique. Alors, je me suis dit que ce serait beaucoup plus facile si l’identifiant apparaissait aussi sur la couverture – elle prit un dossier pour le montrer à Derek – et je l’ai écrit sur la couverture, juste au-dessus de l’étiquette.

    Derek approuva son initiative d’un signe de tête. Ça me semble très logique.

    Et puis – Meredith ouvrit le dossier – j’ai remarqué que certains de vos patients avaient eu affaire à plusieurs chirurgiens de la clinique.

    Oui, bien sûr, ça arrive, confirma Derek.

    Seulement, dans les dossiers, tout est classé par type de document, les résultats d’analyse dans des sous-chemises bleues, les comptes-rendus d’opération dans les vertes, les notes dans les rouges, exposa Meredith. Et finalement, si tu veux retrouver tout ce qui a un rapport avec une opération qui a été faite par toi, par exemple, tu dois commencer à fouiller là-dedans pour rassembler les documents dont tu as besoin. Alors, je me suis dit que ce serait mieux de tout classer par ordre chronologique. Et une fois que j’ai fait ça, j’ai pensé que ce serait bien de faire un classement par chirurgien. Alors, j’ai réorganisé les sous-chemises en attribuant une couleur à chaque médecin. Pour toi, c’est le bleu ; Mark, le vert ; Callie, le rouge, et ainsi de suite. Alors qu’est-ce que tu en penses ? J’espère que j’ai bien fait. Elle attendit le verdict de son amant avec un peu d’appréhension au fond des yeux. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :