• CHAPITRE 1142

    Rouge de confusion, Meredith protesta légèrement au moment où son amant lui fit poser la main sur sa vulve. Derek !

    Laisse-toi faire, murmura-t-il, fou d’excitation. Je veux te donner du plaisir et tu vas m’y aider.

    La nouvelle lubie du médecin embarrassait considérablement sa compagne et, pour tout dire, ne la tentait pas vraiment. Outre le fait qu’elle ne savait pas du tout comment s’y prendre, elle trouvait cela gênant, un peu indécent même, pour tout dire. C’était une chose de caresser l’autre pour lui donner du plaisir mais se caresser soi-même ! C’était un truc d’homme, ça ! Pour elle, faire l’amour, c’était faire le don de soi et ce à quoi Derek voulait l'initier ne correspondait pas à ce concept. Non… je… je préfère que tu le fasses toi-même, lui dit-elle encore une fois, dans l'espoir que cela suffirait à le décourager d’insister.

    A son intonation, il comprit qu’elle était vraiment mal à l’aise. Il libéra aussitôt sa main et passa le bras autour de sa taille pour la ramener tout contre lui. Tu n’as pas à être gênée, tu sais, déclara-t-il d’un ton très doux et très tendre. Il n’y a que nous dans cette chambre et moi, tu ne vas pas me choquer.

    Je sais, répondit Meredith d’une toute petite voix en baissant les yeux.

    D’une légère pression sous le menton, Derek l’obligea à le regarder à nouveau. Tu sais aussi que je ne t’obligerai jamais à faire quelque chose que tu n’aimes pas ? Elle opina de la tête. Je voudrais juste que tu essaies, plaida-t-il. Au moins une fois. Si ça ne te plait pas, on arrête tout de suite, je te le promets.

    Le regard bleu océan qui fixait Meredith avec intensité la fit céder. D’accord.

    Derek passa le revers de ses doigts sur la joue satinée de la jeune fille. Je t’aime, Meredith. Et toi, tu m’aimes aussi. Elle lui sourit. Alors, il ne doit pas y avoir de honte entre nous. Ni de tabou. Jamais ! On essaie de nouvelles choses, on fait des expériences. Si tu n’aimes pas, tu me le dis et on en reste là. Il n’y aura aucun jugement, aucun reproche de ma part.

    D’accord, répéta-t-elle, vaguement soulagée. Elle mit sa main dans la sienne. Apprends-moi, suggéra-t-elle en rosissant à nouveau.

    Derek noua ses doigts à ceux de son amoureuse et rapprocha son visage du sien, si près que leurs lèvres se touchèrent presque. J’ai envie de toi, mon amour, lui susurra-t-il. Vraiment, plus que tout. Mais la soumission, c’est pas mon truc. Ça ne l’est plus, jugea-t-il bon de préciser. Pas avec toi. Alors, je ne veux pas que tu fasses des choses juste pour me faire plaisir. Je veux que tu en aies envie aussi.

    J’en ai envie, assura Meredith tout en sachant qu’elle ne disait pas tout à fait la vérité. Certes, elle avait envie de satisfaire Derek mais pas vraiment de faire ce qu’il lui proposait. Cependant, si cela lui plaisait, elle le ferait. Et qui sait, avec un peu de chance, elle apprécierait. Apprends-moi, redit-elle encore une fois avant de fermer les yeux.

    Non, regarde-moi, lui ordonna-t-il fiévreusement. Elle rentrouvrit lentement ses paupières pour le regarder, presque timidement, à travers ses cils. Fais-moi confiance, bébé. C’est naturel, il n’y a rien de mal. Leurs deux mains toujours étreintes quittèrent la poitrine de Derek sur laquelle elles s’étaient réfugiées, pour glisser entre leurs deux corps jusqu’à ce qu’elles arrivent à hauteur de leurs sexes. Je vais t’apprendre à connaître ton corps, à l’apprivoiser – la voix de plus en plus rauque du médecin fit frissonner sa compagne – à lui donner encore plus de plaisir. Le cœur de Meredith battait si fort que Derek eut l’impression qu’il venait cogner contre son torse. Pour rassurer la jeune fille et lui donner un peu de répit, il lui fit poser la main sur son pénis tandis que lui-même rejoignait sa vulve. Ils recommencèrent à se caresser mutuellement tandis que leurs lèvres se réunissaient dans un tendre duel de leurs langues. La main de Derek quitta lentement le sexe de Meredith pour se placer sur l’extérieur de sa cuisse qu’elle caressa du bout des doigts jusqu’au genou. L’air de rien, elle revint par l’intérieur, se faufilant entre les deux jambes, obligeant ainsi celles-ci à s’écarter peu à peu l’une de l’autre. Elle se fit plus virile pour soulever la jambe du dessus et la faire passer au-dessus du bassin de Derek. Les doigts de Meredith se raidirent légèrement sur le phallus qu’elle masturba un peu plus vite. Derek la laissa faire quelques minutes avant de revenir poser sa main sur la sienne, la suivant un peu dans son mouvement. Ce fut très délicatement, presque imperceptiblement, qu’il lui fit abandonner sa verge pour changer de sexe. Leurs mains jointes se retrouvèrent sur la vulve ouverte, l’effleurant d’abord à peine pour se faire un peu plus insistantes à chaque passage. Cette fois, Derek se garda bien de parler. Il était évident que Meredith restait un peu sur la défensive et il ne voulait pas la troubler davantage. Je t’aime, s’autorisa-t-il seulement à dire dans un murmure avant de reprendre la bouche de sa partenaire. Il profita de ce baiser pour saisir l’index de Meredith entre deux de ses doigts et le guider sur les grandes lèvres, se contentant dans un premier temps de les frôler. Petit à petit, il l’aida à s’insinuer entre les chairs qu’il lui fit explorer jusqu’à ce qu’il trouve le clitoris. Son index toujours superposé à celui de la jeune fille, il lui fit effleurer le petit bouton plusieurs fois pour finalement appuyer légèrement dessus et lui imprimer de petits mouvements de rotation. Deux ou trois soupirs de Meredith le rassurèrent. Elle appréciait la caresse. La main de Derek reprit le doigt de la jeune fille et l’entraina à nouveau entre les petites lèvres, jusqu’à ce qu’ils atteignent l’entrée de son vagin. Tu sens comme tu es mouillée ? se risqua-t-il à lui demander. Elle hocha à peine la tête. C’est parce que tu es excitée ?

    Oui, souffla-t-elle. Mais elle se raidit lorsqu’elle sentit qu’il voulait lui faire franchir la porte de sa grotte. Non ! Pas ça ! Je ne veux pas.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :