• CHAPITRE 1087

    Meredith écarquilla les yeux en voyant que la Porsche prenait la direction opposée à San Francisco. Où est-ce que tu m'emmènes ?

    Derek la regarda d’un air surpris. Eh bien, tu as dit qu’on devait faire des courses, non ?

    Justement. La ville, c’est par là. Meredith pointa son pouce vers l’arrière.

    Les yeux du chirurgien se teintèrent d’un éclat moqueur. Tu sais, il n’y a pas qu’à San Francisco qu’on trouve des magasins. Il émit un petit rire tendre. Ma petite provinciale…

    J’vais t’en donner, moi, des provinciales, ronchonna Meredith en le fusillant du regard. Dis-moi plutôt où on va.

    A Mill Valley. C’est seulement à cinq minutes d’ici et c’est bien plus tranquille que San Francisco. Il lui sourit amoureusement et tendit le bras vers elle. Incapable de lui résister, elle se colla contre lui et posa la tête contre son épaule, profitant du superbe paysage que lui faisait découvrir la route serpentant le long de l’océan.

    qlWUn0.jpg

    Quelques minutes plus tard effectivement, la voiture pénétrait dans une charmante petite bourgade aux rues tranquilles. Meredith se redressa. C’est sympa, ici, dit-elle nonchalamment en laissant son regard errer sur les luxueuses demeures bâties à l’ombre de grands arbres. Comment ça s’appelle encore ?

    Mill Valley, répondit Derek tout en surveillant dans son rétroviseur le véhicule qui le suivait de trop près, sans se décider à doubler.

    Meredith avait l’impression de se déplacer dans les décors d’une série américaine. Tout y était : de jolies maisons avec le jardin verdoyant et la barrière blanche. Le véritable rêve américain en somme. Ça doit être sympa de vivre dans ce genre d’endroit, fit remarquer la jeune fille avec une once d’envie dans la voix. On était très loin de la banlieue ouvrière dans laquelle elle avait grandi et même dans les quartiers plus chics de Crestwood, il n'y avait rien qui ressemblait aux propriétés qui défilaient actuellement sous ses yeux.

    Oui, ce n’est pas pour rien qu’elle a été classée parmi les dix villes du pays les plus agréables à habiter, lui apprit Derek tout en obliquant sur la droite.

    Elle se tourna vers lui. Et ils ont un supermarché ici ? demanda-t-elle avec une intonation où perçait un réel étonnement. Ou bien tu m’emmènes encore dans une de ces boutiques de luxe dont tu as le secret ?

    Ni l’un ni l’autre, répondit Derek avec un sourire énigmatique.

    Quelques mètres plus loin, il tourna sur la gauche et Meredith haussa les sourcils en apercevant l’enseigne du magasin. Ah d'accord ! Whole Foods ! Eh ben, Monsieur ne se refuse rien.

    La santé n’a pas de prix, décréta Derek tout en garant la voiture. Quand on peut se le permettre, pas de raison de s’en priver.

    Oui, à condition que ce ne soit pas de l’arnaque, répliqua Meredith. Près de chez moi, il y avait un gars qui cultivait ses fruits et ses légumes sans engrais ni aucun produit. Parfois, quand je voyais leur aspect, ça ne me donnait pas envie de les manger. Sa moue dégoutée fit sourire Derek. En tout cas, ça n’avait rien à voir avec ce qu’on trouve au département bio du Walmart*. Donc, je ne suis pas vraiment convaincue que les produits bio des grandes surfaces le soient vraiment, conclut-elle.

    Ici, c’est certain en ce qui concerne les fruits et légumes, assura son petit ami. Tu sais, ils font des prêts à des petits agriculteurs pour qu’ils développent des produits 100% naturels. Et leur viande est garantie sans hormones. Tu verras, les aliments qu’on trouve ici ont un goût différent de ceux qu’on achète ailleurs, ajouta-t-il pour tenter de la convaincre.

    Elle lui lança un regard légèrement moqueur. Eh bien, allons voir ça ! Ils sortirent de la voiture et s’enlacèrent pour marcher jusqu’aux portes du magasin. Une fois à l'intérieur, Meredith ouvrit de grands yeux en découvrant les étalages sur lesquels les fruits et les légumes, plus vrais que nature, étaient impeccablement alignés et éclairés comme des tableaux de maîtres dans un musée.

    2EM6tL.jpg

    C’est incroyable ! s’exclama Meredith, ébahie. Je n’ai jamais vu ça.

    Tu n’étais jamais allée chez Whole Foods ? s’étonna Derek.

    Si tu crois qu’il y a ça dans mon bled ! rétorqua Meredith. Il y en a un à Louisville, mais c’est le bout du monde pour nous. Et puis surtout, c’est pas vraiment dans nos moyens. Derek se sentit désolé pour elle et la serra encore un peu plus fort contre lui. Malgré tous ses efforts, il avait beaucoup de mal à imaginer quel genre de vie elle avait eu dans son Kentucky natal. Il avait toujours fait partie de ce qu’on appelle communément la jeunesse dorée et il n'avait aucune idée de ce que c’était que de grandir avec le strict minimum, sans aucun luxe. Ecoles privées, université renommée, vacances à Aspen l’hiver, sous les tropiques l’été, voitures de sports, palaces, restaurants multi-étoilés, vêtements de marque, voilà quel avait toujours été son quotidien. Avant de rencontrer Meredith, il n’avait jamais connu quelqu’un comme elle ou, du moins, il ne s’y était jamais intéressé. Bien sûr, il était conscient de ce que son mode de vie pouvait avoir de superficiel aux yeux de la majorité des gens – la jeune fille était d’ailleurs pour beaucoup dans cette prise de conscience – mais pour être honnête, il lui aurait été très difficile d’y renoncer. Du reste, il n’en avait nulle envie. Il préférait se dire que, dorénavant, ils seraient deux à en bénéficier.

    *Chaine d’hypermarchés aux Etats-Unis


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :