• CHAPITRE 1074

    Nom de dieu, jura Derek sur un ton qui traduisait à la fois son énervement et son émerveillement.

    Quoi ? Qu’est-ce qu’il y a ? s’inquiéta Meredith avec de grands yeux effrayés.

    C’est trop bon, geignit Derek en se tenant au-dessus d’elle à bout de bras. C’est trop fort. Je ne vais pas tenir.

    Viens alors. C’est pas grave, on recommencera après.

    Il secoua énergiquement la tête. Non, ça ne m’intéresse pas comme ça.

    Meredith s’emporta. On n’est pas là pour faire des performances, Derek. Ah le foutu orgueil des hommes et de celui-là en particulier !

    Je sais, bébé, mais c’est notre première fois depuis… Il lui sourit et elle se sentit fondre. A ce moment-là, elle sut qu’elle ferait tout ce qu’il voudrait. Je ne veux pas jouir sans toi, chuchota-t-il en se laissant doucement retomber sur elle. Tendu comme un arc, il s’introduisit une nouvelle fois en elle et ne bougea plus, en espérant que sa volonté serait plus forte que son plaisir. Oh c’est bon, répéta-t-il dans un gémissement. Tu m’as tellement manqué.

    Toi aussi, tu m’as manqué, haleta-t-elle. Te sentir en moi… Viens, viens, l’encouragea-t-elle encore une fois. Il se retira légèrement avant de s’enfoncer à nouveau et le plaisir se renforça. Comprenant qu’il ne serait pas assez fort pour le maitriser, du moins pas tout de suite, il se retira rapidement. Derek, non ! cria Meredith. Il ne l’écouta pas et glissa sur elle, parsemant son corps de baisers, jusqu’à ce que son visage se retrouve au-dessus de la vulve ouverte. Il fondit sur celle-ci pour recommencer à la lécher tandis que dans le même temps, il enfonçait doucement trois doigts dans le vagin. Le nouveau cri de Meredith lui apprit que son initiative était bien accueillie. Tandis que sa langue passait et repassait sur le clitoris, l’agitant dans tous les sens, il fit des allers retours de plus en plus rapides, chaque passage étant souligné par un encouragement. Oui… oui… oh oui… n’arrête pas… c’est bon… oh oui, mon amour, oui… oui, ouiiiiiii Les doigts du chirurgien furent serrés par des contractions rapides qui lui indiquèrent que sa partenaire avait eu le plaisir qu’il avait voulu lui donner, une fois encore. Il se redressa et se tint sur ses genoux, entre les cuisses de Meredith, sur lesquelles il passa ses paumes ouvertes, tandis qu’il la regardait reprendre ses esprits. 

    Me regarde pas ! maugréa-t-elle en cachant son visage dans ses mains.

    J’vais me gêner ! riposta Derek. T’es trop belle quand tu jouis. Elle écarta les doigts qui cachaient ses yeux pour pouvoir l’observer à son tour. Il était magnifique avec sa virilité toujours dressée comme un étendard. Elle s’assit devant lui et prit son membre en main. Quand elle fit mine d’en approcher son visage, il la repoussa doucement en riant. Oh non, non, sûrement pas ! Même pas en rêve !

    Ce refus surprit la jeune fille. Pourquoi ?

    Parce qu’alors je ne garantis vraiment plus rien ! expliqua Derek, en riant de plus belle devant sa mine désappointée. T’en fais pas, va ! Tu auras encore bien d’autres occasions. Il la prit par les épaules pour la faire se rallonger. Toute la vie, mon amour. Il prit un sein en main et commença à le caresser. J’ai envie de toi.

    Alors, viens et fais-moi l’amour, le supplia-t-elle. Je n’en peux plus d’attendre.

    Il n’en pouvait plus non plus. Il se recoucha sur elle et, le regard planté dans le sien, la pénétra encore une fois. Ils fermèrent les yeux en même temps, en poussant un soupir de bien-être. Bizarrement, Derek se sentit plus détendu, comme s’il n’avait plus aucune pression. Meredith avait raison. Ils n’étaient pas dans la performance mais seulement dans la quête du plaisir. Ils s’aimaient tellement tous les deux que cela ne pourrait être que beau et merveilleux. Il entama de lents va-et-vient tout en malaxant un sein et en suçant le téton de l’autre. Les gémissements de sa compagne lui confirmèrent rapidement que la magie d’antan était toujours au rendez-vous. Encore une fois, il eut l’impression que cela tenait du miracle. Combien de gens avaient la chance de rencontrer leur âme sœur et de se retrouver en totale communion, autant de l’esprit que du corps ? Combien surtout auraient réussi à surmonter les évènements qu’ils avaient traversés et même à en ressortir plus forts ? Derek était persuadé que c’était une chance unique, un cadeau du ciel, et il était déterminé à ne plus le gâcher. Surtout quand il voyait cette merveilleuse jeune femme poser sur lui de grands yeux où brillait tant d’amour, quand il la sentait répondre à chacun de ses tendres assauts avec autant d’ardeur, quand il l’entendait prononcer des mots d’amour d’une voix où vibrait la passion. L’excitation monta d’un cran et il pénétra son amie plus profondément. Elle l’accueillit avec un cri qu’il interpréta comme du soulagement. Il donna un coup encore plus fort et la sensation de son gland butant au fond du vagin le transporta. Les ongles de Meredith se plantèrent dans ses épaules tandis qu’elle s’arc-boutait pour venir à sa rencontre. Il se sentit alors autorisé à accentuer le rythme et l’intensité de ses coups. Les petits cris de son amie lui indiquèrent que la délivrance était proche. Il en fut soulagé parce qu’après une si longue période d’abstinence, il était conscient de ne pas pouvoir résister très longtemps au tsunami qui commençait à l'emporter. Il commença à alterner les longues pénétrations puissantes avec les petits coups très rapides, en espérant que cela accélérerait l’orgasme de Meredith. Son vœu fut exaucé presque instantanément. Il le sut quand les ongles de la jeune fille quittèrent ses épaules pour labourer la peau de son dos jusqu’à la naissance de ses fesses, en même temps qu’elle poussait un cri strident. Au même moment, il sentit sa verge broyée par de multiples spasmes violents qui libérèrent son propre plaisir. Il poussa un râle sauvage avant de se laisser tomber sur le corps de son amoureuse, qu’il serra dans ses bras, le temps que la tempête qui venait de s’abattre sur eux se calme.


  • Commentaires

    1
    Butterfly
    Lundi 2 Décembre 2019 à 17:53

    Merveilleuses retrouvailles kiss C'était très chaud mais aussi très tendre. Et ça doit être très rassurant pour Derek de voir l'impatience de Meredith. Nul doute que son incartade est derrière eux maintenant. Il faut juste qu'il ne déconne plus et tout ira bien

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :